Mardi 16 octobre dernier, Ubifrance (agence qui accompagne les entreprises françaises dans le développement à l'export) organisait le forum V.I.E à l’espace Charenton, pour la 13ème édition. Près de 2 000 candidats sélectionnés se sont déplacés pour tenter de décrocher le Graal : un contrat de volontariat international en entreprise (V.I.E).

Ils étaient près de 2000 à franchir les portes de l’espace Charenton. Tous portent un tailleur ou un costard ; tous se sont déplacés avec une dizaine de CV sur eux. Leur objectif : décrocher un contrat de V.I.E, pour partir travailler à l’étranger. Après avoir été sélectionnés par Ubifrance, ils viennent vendre leur parcours et leur profil.

Des entreprises prestigieuses…

Sur place, 38 entreprises sont présentes, pour auditionner et sélectionner des candidats aux postes à pourvoir. Parmi elles, BNP Paribas, Bouygues Construction, GDF, Orange, PSA Peugeot Citroën, Saint Gobain ou encore la Société Générale… de très grands groupes donc, qui constituent un tiers des entreprises qui emploient les V.I.E, mais en embauchent les deux tiers. Chaque entreprise bénéficie d’une fiche de description dans le livret de la journée, et y expose le type de missions qu’elle propose. A titre d’exemple, L’Oréal proposait des missions en marketing, finance, business development, Ressources humaines, opérations, ou en recherche et innovation.

... pour des candidats diplômés

La majorité des candidats présents sont diplômés d’une école de commerce ou d’ingénieur, et ont déjà vécu à l’étranger pour un échange universitaire.

Pierre, 25 ans, souhaiterait partir travailler en Allemagne. Ingénieur de formation, il a vécu en Espagne et en Allemagne pour ses études.Tristan, 25 ans également, est quant à lui diplômé d’une école de commerce, et a vécu à Dublin ainsi qu’en Chine. Il souhaite travailler dans un pays anglophone, mais n’émet pas de préférence particulière : il prendra ce qu’on lui offre !

Tous deux considèrent le V.I.E comme la voie idéale pour s’expatrier à leur âge, parce qu’il permet de travailler dans conditions contractuelles idéales. Tous deux, aussi, sont venus avec une dizaine de CV sur eux pour optimiser leurs changes de décrocher un V.I.E.

Sur place : Passeport Avenir et le Club V.I.E

(Sebastien Lailheugue, Responsable des programmes chez Passeport Avenir)

D’autres associations étaient présentes sur place. Passeport Avenir, association fondée par SFR en 2005, favorise l’insertion des jeunes issus de milieux modestes dans les filières dites d’excellence, du système – unique – français. Depuis deux ans, en association avec Ubifrance, Passeport avenir propose à ces jeunes de les encadrer (tutorat collectif et individuel, cours de langues, simulations d’entretiens…) pour qu’ils décrochent un V.I.E : Retours d’expérience, et networking, tous les moyens sont bons pour leur donner leur chance. Chaque année, 15 à 30 candidats sont sélectionnés pour participer au forum V.I.E.

Plus d’informations sur le site officiel

Le Club V.I.E était lui aussi présent sur le forum. Créé en 2006, le club fédère et entretient le réseau d’anciens V.I.E / V.I.A, VSN et CSN (anciens V.I.E / V.I.A, ndlr): près de 2 000 membres actifs constituent le réseau et échangent leurs propres expériences. Une vingtaine de clubs V.I.E est ouverte à travers le monde, et propose à ses membres des rencontres professionnelles avec ses partenaires, des afterworks (le dernier s’est déroulé le 17 octobre dernier) et du partage. Véritable "club", ce réseau fonctionne sous le signe de la solidarité et de l’entraide.(Thibaut de La Bouvrie, Trésorier du Club V.I.E)

Plus d’informations sur le site officiel

Constance de Guernon (www.lepetitjournal.com) mercredi 24 octobre 2012

 
Une internationale

FRANCE RETOUR ACCUEIL – Rester connecté et actif au retour d’expatriation

Une centaine de personnes s’est retrouvée au Grand café de rentrée à Paris pour célébrer le premier anniversaire de France Retour Accueil. Cette association a pour vocation d’épauler ceux qui rentrent en France après un séjour à l’étranger, de créer du lien et de proposer de nombreuses activités dans la convivialité
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Bon plan de la rentrée : développer son patrimoine grâce à l’investissement locatif

L’investissement locatif en France est un placement prisé des Français expatriés. Que ce soit pour leur retraite ou simplement pour développer un patrimoine et des revenus passifs, plus d’un expatrié sur deux est prêt à sauter le pas. Si l’immobilier est un excellent support d’investissement, reste à choisir la ville et le type de projet, que ce soit dans le neuf ou dans l’ancien, selon vos objectifs patrimoniaux personnels.

10 astuces déménagement

ags
Logement, emploi, scolarisation des enfants... Un déménagement implique de nombreux changements. Afin de bien préparer votre déménagement et votre relocation, AGS Déménagements Internationaux vous fait partager ses 10 conseils pratiques.
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Devenir riche, oui et alors ?

Jean, fils d’ouvriers de la banlieue parisienne, prend l’avion demain pour la ville de Mexico, un départ qu’il espère définitif, « la France ce n’est pas pour moi, cela ne l’a jamais été »
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine
En direct de nos éditions locales