Après avoir terminé son premier CDD d’un an en comptabilité, Erlé Tenk a décidé de partir un an en Australie, dans le cadre d’un Programme-Vacances Travail. Retour sur son expérience

Lepetitjournal.com : Pourquoi avoir choisi l’Australie ?

Erlé :J’ai décidé de partir en Australie, en novembre 2009. J’avais entendu parler du P.V.T par le bouche-à-oreille, peu de gens en parlaient à ce moment-là. J’avais des amis qui avaient tenté l’expérience là-bas. Ils m’ont vraiment donné envie de partir. Je voulais faire une césure d’un an dans ma carrière professionnelle, non pas pour travailler, mais pour découvrir, vivre une autre expérience.

Comment avez-vous fait votre demande de visa ?

En ce qui concerne les formalités administratives, tout a été très vite : je me suis inscrit sur le site internet de l’Etat Australien : en quinze minutes, c’était fait. J’ai payé 80 dollars, et 10 jours après, j’obtenais une réponse positive.

Comment vous-êtes vous organisé sur place ?

Je suis arrivé à Perth, où j’ai trouvé une agence qui proposait des services d’hôtellerie. C’est une agence installée dans toutes les grandes villes australiennes, avec plusieurs antennes locales. Grâce à cette agence, j’ai pu me rendre dans plusieurs villes et travailler dans chacune d’entre elles : Perth, Melbourne, Brisbane et Sydney. J’ai immédiatement trouvé du travail, sans avoir aucune expérience dans la restauration. Ça ne me permettait pas de gagner ma vie à proprement parler, mais je ne dépensais pas mes économies. Je n’ai pas voulu faire de woofing, parce que j’avais entendu des anecdotes négatives.

En ce qui concerne le logement, je vivais dans chaque ville dans une collocation, trouvée par le site. Pour voyager de ville en ville, je m’invitais dans des itinéraires d’autres voyageurs, le plus souvent dans des vans.

Pourquoi recommanderiez-vous le V.V.T ?

J’ai pu faire des rencontres avec des gens de toutes les nationalités, dans des cadres et paysages magnifiques. J’ai pu travailler sans m’occuper de toutes les formalités administratives : tout était très facile. Le fait de pouvoir changer d’employeur, donc de ville, était aussi un grand avantage. Je ne vois donc globalement que des points positifs à cette expérience en P.V.T.

Il faut toutefois faire attention Beaucoup de jeunes voulant faire du woofing, certains exploitants en profitent, en faisant payer l’hébergement, alors qu’il s’agit de la contrepartie, en théorie, du travail fourni.

Aujourd’hui, quelle est votre situation ?

Le retour a été très dur : j ai voulu repartir très vite. J’ai mis une annonce sur civiweb pour partir en VIE. Mon expérience en P.V.T a été très appréciée par les employeurs. J’avais une expérience originale, qui m’avait permis d’acquérir un très bon niveau d’anglais, appréciable dans les grandes entreprises. J’ai été pris en V.I.E à Bruxelles, pour faire du contrôle de gestion dans un grand groupe.

Propos recueillis par Constance de Guernon (www.lepetitjournal.com) jeudi 25 octobre 2012

Si vous avez réalisé un V.V.T dans l’un des sept pays signataires, et que vous souhaiter contribuer à l’un de nos articles, n’hésitez pas à nous en envoyer votre témoignage à l’adresse suivante : emploi@lepetitjournal.com.

 
Une internationale

UNE ETUDIANTE LILLOISE A JAVA - 24h dans la peau d'une Indonésienne

Quand Chloé accepte de suivre Pipin et Punta, deux étudiants indonésiens de son université d’accueil, dans leur ville natale près de Yogyakarta, elle est loin d’imaginer la richesse de la culture qu’elle s’apprête à découvrir. Une escapade touristique qui se transforme vite en excursion au sein de la réalité des habitants du pays. Récit d’une journée à l’indonésienne, vécue par une étudiante française nouvellement arrivée à Jakarta.
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

BNP PARIBAS : Ouvrir un compte à l’étranger, un casse-tête ?

A l’étranger, l’utilisation de votre compte et carte bancaire française pour les dépenses courantes peut s’avérer très onéreuse, en dehors de la zone euro notamment. Sur le long terme, il est recommandé de disposer d’un compte dans votre nouveau pays de résidence.
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine
En direct de nos éditions locales