Après avoir terminé son premier CDD d’un an en comptabilité, Erlé Tenk a décidé de partir un an en Australie, dans le cadre d’un Programme-Vacances Travail. Retour sur son expérience

Lepetitjournal.com : Pourquoi avoir choisi l’Australie ?

Erlé :J’ai décidé de partir en Australie, en novembre 2009. J’avais entendu parler du P.V.T par le bouche-à-oreille, peu de gens en parlaient à ce moment-là. J’avais des amis qui avaient tenté l’expérience là-bas. Ils m’ont vraiment donné envie de partir. Je voulais faire une césure d’un an dans ma carrière professionnelle, non pas pour travailler, mais pour découvrir, vivre une autre expérience.

Comment avez-vous fait votre demande de visa ?

En ce qui concerne les formalités administratives, tout a été très vite : je me suis inscrit sur le site internet de l’Etat Australien : en quinze minutes, c’était fait. J’ai payé 80 dollars, et 10 jours après, j’obtenais une réponse positive.

Comment vous-êtes vous organisé sur place ?

Je suis arrivé à Perth, où j’ai trouvé une agence qui proposait des services d’hôtellerie. C’est une agence installée dans toutes les grandes villes australiennes, avec plusieurs antennes locales. Grâce à cette agence, j’ai pu me rendre dans plusieurs villes et travailler dans chacune d’entre elles : Perth, Melbourne, Brisbane et Sydney. J’ai immédiatement trouvé du travail, sans avoir aucune expérience dans la restauration. Ça ne me permettait pas de gagner ma vie à proprement parler, mais je ne dépensais pas mes économies. Je n’ai pas voulu faire de woofing, parce que j’avais entendu des anecdotes négatives.

En ce qui concerne le logement, je vivais dans chaque ville dans une collocation, trouvée par le site. Pour voyager de ville en ville, je m’invitais dans des itinéraires d’autres voyageurs, le plus souvent dans des vans.

Pourquoi recommanderiez-vous le V.V.T ?

J’ai pu faire des rencontres avec des gens de toutes les nationalités, dans des cadres et paysages magnifiques. J’ai pu travailler sans m’occuper de toutes les formalités administratives : tout était très facile. Le fait de pouvoir changer d’employeur, donc de ville, était aussi un grand avantage. Je ne vois donc globalement que des points positifs à cette expérience en P.V.T.

Il faut toutefois faire attention Beaucoup de jeunes voulant faire du woofing, certains exploitants en profitent, en faisant payer l’hébergement, alors qu’il s’agit de la contrepartie, en théorie, du travail fourni.

Aujourd’hui, quelle est votre situation ?

Le retour a été très dur : j ai voulu repartir très vite. J’ai mis une annonce sur civiweb pour partir en VIE. Mon expérience en P.V.T a été très appréciée par les employeurs. J’avais une expérience originale, qui m’avait permis d’acquérir un très bon niveau d’anglais, appréciable dans les grandes entreprises. J’ai été pris en V.I.E à Bruxelles, pour faire du contrôle de gestion dans un grand groupe.

Propos recueillis par Constance de Guernon (www.lepetitjournal.com) jeudi 25 octobre 2012

Si vous avez réalisé un V.V.T dans l’un des sept pays signataires, et que vous souhaiter contribuer à l’un de nos articles, n’hésitez pas à nous en envoyer votre témoignage à l’adresse suivante : emploi@lepetitjournal.com.

 
Une internationale

DIPLOMATIE – Etre consule de France à Istanbul pendant le coup d'Etat militaire

Muriel Domenach a occupé de septembre 2013 à août 2016 le poste de Consule générale de France à Istanbul. Entre suppression des festivités du 14 juillet du fait de menaces terroristes et coup d'Etat militaire, elle raconte comment elle a vécu personnellement les événements, les mesures prises pour rassurer les ressortissants français et revient sur trois années très riches en Turquie
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

6 Astuces pour une rentrée réussie

 Ca y est, c’est la fin des vacances et avec elles une certaine forme d’insouciance et de légèreté. La rentrée est pour beaucoup synonyme de stress et d’appréhension. Pour les enfants, il faut se refaire de nouveaux amis, rencontrer de nouveaux professeurs et, pour les parents, installer une nouvelle routine avec une myriade d’activités et une multitude de contraintes à gérer. VivaLing vous aide à aborder cette période de l’année avec confiance et sérénité en vous livrant 6 conseils.

BNP PARIBAS : Check-list pour bien préparer votre départ en expatriation

Tout projet d’expatriation nécessite une logistique importante et de nombreuses démarches à effectuer, qu’il s’agisse de sujets bancaires, de protection sociale, de la scolarité des enfants, etc…BNP Paribas vous propose un aide-mémoire, à titre indicatif, qui vous permettra d’organiser au mieux votre expatriation.
Expat
Expat - Emploi

LEPETITJOURNAL.COM - Soyez la voix des Français et francophones dans votre ville

Vous cherchez un défi personnel, professionnel et dans les médias ? Vous voulez être votre propre patron tout en intégrant un réseau en pleine expansion ? Vous possédez de fortes attaches dans la communauté des expatriés et des Francophones de votre ville que vous désirez faire fructifier ? Devenez partenaire du site lepetitjournal.com !

MANAGEMENT - Christian Barqui, président de l'APM : "On n’apprend pas sans émotion"

Créée en 1987 à l’initiative de Pierre Bellon, alors PDG de Sodexo, l’APM, Association pour le Progrès du Management, suscite l’engouement d’un nombre croissant de dirigeants en France et à l’international. L’association compte désormais 353 clubs réunissant une fois par mois de 20 à 25 dirigeants autour d’un expert. Le Président et le Directeur Général de l’APM, reviennent sur les éléments clés qui concourent à ce succès.
Expat - Politique

DIPLOMATIE – Etre consule de France à Istanbul pendant le coup d'Etat militaire

Muriel Domenach a occupé de septembre 2013 à août 2016 le poste de Consule générale de France à Istanbul. Entre suppression des festivités du 14 juillet du fait de menaces terroristes et coup d'Etat militaire, elle raconte comment elle a vécu personnellement les événements, les mesures prises pour rassurer les ressortissants français et revient sur trois années très riches en Turquie

MICHAELLE JEAN - "Nous n’agissons pas seulement pour le français, mais pour le public et les 77 délégations sportives francophones"

La secrétaire générale de la Francophonie était à Rio la semaine dernière afin d’assister à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques, accompagnée du musicien Manu Dibango, Grand Témoin de la Francophonie pour ces Olympiades. Notre édition de Rio a pu s’entretenir avec la Canadienne lors des premières épreuves d’aviron, à la Lagoa de Rio. 
Magazine
En direct de nos éditions locales