Après avoir achevé sa deuxième année d’école de commerce à La Rochelle, Camille a décidé de partir en Australie dans le cadre d’une année de césure. C’était en 2011. Retour sur son expérience.

(Syndey / Corbis) Lepetitjournal.com: Pourquoi avoir choisi l’Australie ?

Camille :J’étais en école de commerce à La Rochelle, et j’ai simplement décidé de faire une année de césure, pour vivre une expérience nouvelle, dans un pays que je ne connaissais pas, et y apprendre la langue. Je suis partie en Australie, en décembre 2010 pour 6 mois. J’avais déjà effectué un stage au Canada de 6 mois, à Montréal. A mon retour, je ne voulais surtout pas rester en France. J’ai donc atterri à Sydney parce j’avais des amis qui y habitaient..

Comment avez-vous fait votre demande de visa ?

J’ai fait ma demande de P.V.T en quelques minutes seulement, alors que je ne parlais pas anglais. Il suffit d’aller sur le site du gouvernement australien, sans se faire avoir par d’autres sites qui proposent des services payants.

Comment vous-êtes vous organisé sur place ?

La vie est très chère en Australie, donc j’ai immédiatement cherché un travail. J’ai mis un bon mois à trouver, parce que je ne parlais pas la langue. Après avoir déposé des C.V partout, j’ai finalement été prise au Casino de Sydney, où j’ai travaillé pendant 3 mois. J’y ai très bien gagné ma vie, je le recommande vivement aux futurs PVTistes ! Le reste du temps, j’ai fait des petits voyages : Brisbane, Cairns… le tout en vanne.

Pourquoi recommanderiez-vous le V.V.T ?

Pour l’environnement, c’est idéal : les Australiens sont des gens très accueillants, très serviables. Les paysages sont magnifiques, et il fait beau ! Concernant le P.V.T, il permet de garder une grande liberté, d’allier travail et vacances comme bon nous semble. D’autant que pour le renouveler, il suffit d’effectuer 3 mois de Fruit picking, même si je ne le recommande pas : les conditions sont plutôt dures et les employeurs profitent du grand nombre de PVTistes. Enfin, le P.V.T offre des conditions idéales : à mon retour de France, j’ai été remboursée de toutes les taxes que j’avais payées en Australie, et j’avais cotisé pour ma retraite en travaillant en Australie.

En revanche, la vie est très chère, notamment les logements dans Sydney. Je vivais dans une colocation de 8 personnes, certes bien placée, mais je payais 800 $ australiens par mois. Il existe certains sites par lesquels il est facile de trouver.

Aujourd’hui, quelle est votre situation ?

J’ai repris ma dernière année à La Rochelle, puis ai effectué un stage de 6 mois à Paris dans le marketing. Aujourd’hui, je souhaite repartir, en  V.I.E si possible. J’aimerais travailler dans le tourisme, donc mon P.V.T est très appréciable sur mon C.V. Après une telle expérience, les employeurs perçoivent rapidement nos capacités de sociabilité et d’adaptation. Je recommande vivement l’expatriation, surtout dans le cadre  d’un P.V.T !

Propos recueillis par Constance de Guernon (www.lepetitjournal.com) jeudi 25 octobre 2012

Si vous avez réalisé un V.V.T dans l’un des sept pays signataires, et que vous souhaiter contribuer à l’un de nos articles, n’hésitez pas à nous en envoyer votre témoignage à l’adresse suivante : emploi@lepetitjournal.com.

Une internationale

FORMATION - Les écoles hôtelières suisses s'accrochent pour rester les meilleures

Cela ressemble à un repas dans un restaurant de luxe, avec une vue spectaculaire sur les Alpes et des serveurs en tenue amidonnée versant un grand cru et détaillant aux convives un menu complexe. Mais il n'en est rien. Les serveurs, les convives en tenue habillée et même l'équipe en cuisine élaborant des assiettes soignées sont en fait des étudiants de l'une des célèbres écoles hôtelières de Suisse.
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Melbourne - Actualité Australie

"SI J'OZAIS" - Ikea, le retour...

Il existe un moment exaltant dans la vie de nombreux couples français, c'est lorsque, après une quinzaine d'années à suer sang et eau au…
Expat
Expat - Emploi

LAOS - Repenser l'idée d'entreprendre

S'installer au Laos, c'est choisir sa qualité de vie, et un engagement humain. Cette dimension est en effet essentielle dans le pays, car on vient pas ici pour faire fortune. La responsabilité sociétale de ceux qui s'y sont installés ne laisse pas de place au doute sur les raisons qui leur ont fait choisir ce pays! Un reportage vidéo du W Project (équipe sociale et solidaire)

MERCI MAMAN – Des bijoux personnalisés qui plaisent à Kate Middleton

Créée il y a sept ans, Merci Maman est une start-up qui propose divers bijoux personnalisables par gravure connaît un succès grandissant au Royaume-Uni et en France. En 2014, elle a bénéficié d'un coup de pouce spectaculaire : Kate Middleton, Duchesse de Cambridge, porte régulièrement l'un des colliers. L’histoire a tout de suite été relayée dans la presse internationale. Rencontre à Londres avec Béatrice et Arnaud de Montille, co-fondateurs de Merci Maman. 
Expat - Politique

ENRICO LETTA – L’ancien Premier ministre italien s'expatrie à Paris

Enrico Letta, prédécesseur de Matteo Renzi à la tête du Conseil des ministres a annoncé sa démission de la Chambre des députés italienne. Il s’apprête à quitter Rome et l’Italie pour Paris afin de prendre la tête de l’Ecole d’affaires internationales de Sciences Po, qui forme de futurs hommes d’affaires à l'international.
Magazine
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala