L’Indec publie une fois de plus des chiffres controversés. Est-il réellement possible de subvenir à ses besoins journaliers avec 13 pesos en poche et de bien manger avec 6 pesos par repas ? Quel est le taux de pauvreté en Argentine ?

6 pesos par repas
Selon l’organisme officiel argentin de statistiques, l’Indec, une personne pourrait vivre convenablement avec 13 pesos par jour et une famille composée de quatre personnes avec 52 pesos.

L’Indec va plus loin et fixe le seuil de pauvreté à 688 pesos de dépenses alimentaires mensuelles pour une famille de quatre personnes. En d’autres termes, une personne pourrait subvenir à ses besoins alimentaires journaliers avec 17,20 pesos, soit 5,75 pesos par repas. 6 pesos représentent aujourd’hui le prix d’un biscuit alfajor ou encore d’une boisson gazeuse de 500 ml achetés dans un kiosko. Selon cette méthode de calcul, le seuil de pauvreté en Argentine s’élèverait à 6,5% de la population et toucherait 2,2 millions de personnes.

L’indec, remis en cause
L’indec, a déjà fait l’objet de nombreuses critiques en ce qui concerne la fiabilité de ces données, jugées souvent fantaisistes et au service d’un  gouvernement qui souhaite faire bonne figure face à la réalité économique.

Le FMI a déjà remis à l’ordre le gouvernement argentin à plusieurs reprises afin qu’il révise ses méthodes de calcul.

Le journal britannique The Economist, dans un article intitulé Don't lie to me Argentina, explique, lui, sa décision, de prendre en compte des données émanant d’un organisme privé basé aux Etats-Unis, plus apte à ne pas subir de pression locale. En effet, alors que le taux d’inflation de l’Argentine est estimé par l’Indec à 10%, les organismes privés s’accordent à dire qu’il s’élèvent à près de 25%.

22% de pauvres selon l’Université catholique
Selon une étude menée par l'Université catholique de l'Argentine, le budget quotidien nécessaire à une alimentation saine est estimée à 24 pesos par personne, soit quatre fois le chiffre officiel. L’Université catholique de l'Argentine utilise le même panier d’aliments de l’Indec, mais, cette-fois ci, indexé à l’inflation réelle, soit 24% contre 10% selon les chiffres officiels.

L’Université catholique considère comme pauvre, une famille de quatre personnes disposant d’un revenu inférieur à 3.600 pesos par mois ou 30 pesos par personne par jour.

Selon cette estimation, la pauvreté en Argentine serait estimée à 21,9% de la population et toucherait 10,8 millions de personnes dans le pays.

KT (www.lepetitjournal.com/buenos-aires.html) jeudi 1er novembre 2012

 
Une internationale

PSYCHOLOGIE – Les familles expatriées, des patients pas comme les autres

Si les problèmes matériels liés à l’expatriation et notamment au retour sont progressivement pris en compte par les pouvoirs publics, les conséquences de l’expatriation sur le psychisme humain sont rarement abordées par les spécialistes. Philippe Drweski, psychologue clinicien, entend remédier à cette situation.
Votez pour le Prix du Public
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Actionnariat Managers : un casse-tête pour les expatriés

Toute personne ayant vécu dans plusieurs pays connaît les complexités inhérentes à la mobilité internationale sur le plan fiscal, patrimonial comme sur le plan administratif. Pour les salariés bénéficiaires de plans de stock-options ou actions gratuites, cette situation peut vite se transformer en véritable casse-tête, tant les facteurs de complexité sont multiples.
Expat
Expat - Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.
Expat - Politique

BENOIT HAMON - "Je suis plutôt favorable à l’harmonisation fiscale"

Benoît Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire à l’élection présidentielle de 2017 en France, était en visite à Lisbonne. L’occasion pour lui de rencontrer les dirigeants portugais de la gauche au pouvoir, notamment le Premier ministre Antonio Costa. Il était accompagné, lors d'une rencontre avec des ressortissants français installés au Portugal, de Gabrielle Siry, candidate du PS pour la 5ème circonscription pour les prochaines législatives.
Magazine
En direct de nos éditions locales