Une étudiante brésilienne et un jeune Russe ont mis leur virginité aux enchères dans le cadre d'un documentaire australien. Pour leur premières foi, ils devraient empocher respectivement 600.000 et 2.300 euros. Retour sur une affaire qui passionne le web

C'est une mise aux enchères peu ordinaire et qui a fait le tour du net. Dans le cadre d'un documentaire australien "Virgins wanted", Catarina, une Brésilienne âgée de 20 ans, a mis sa virginité en vente sur le site internet virginswanted.com.au. Un Japonais de 53 ans, identifié sous le nom de Natsu, a remporté la mise pour la somme de 600.000 euros. Pas moins de 15 hommes ont enchéri pour devenir le premier amant de Catarina.

Dans une interview au magazine Terra, l'étudiante s'est déclarée satisfaite du montant de l'enchère. "C'est une belle somme", a-t-elle affirmé, tout en ajoutant ne pas encore avoir pris de décision quant à l'usage qu'elle ferait de cet argent. Dans de précédentes entrevues avec la presse, l'étudiante avait affirmé qu'elle l'utiliserait pour faire des études universitaires en Argentine et qu'elle en reverserait aussi une partie à une association de mal-logés de Santa Catarina au Brésil. Les parents de la jeune femme ont déclaré au journal Globo avoir découvert l'affaire il y a peu et ne pas soutenir le projet de leur fille. "Je ne suis pas d'accord avec ce que fait ma fille, mais je l'aime et la soutiendrais quoiqu'il arrive", a déclaré la mère de l'étudiante au journal carioca.

Un Brésilien acquiert la virginité du jeune Russe
La première fois de Catarina aura donc lieu aux alentours du 15 novembre à Sydney. Selon les termes du contrat, le Japonais devra utiliser un préservatif et fournir des examens médicaux prouvant qu'il n'est porteur d'aucune maladie sexuellement transmissible. La jeune femme a d'ores et déjà affirmé qu'elle voulait passer un peu de temps avec lui avant de se rendre dans la chambre d'hôtel. "Je n'ai pas fait de plans mais je pense que la discussion est fondamentale avant qu'il ne se passe quoique ce soit", a-t-elle précisé au magazine Terra, en ajoutant qu'elle comptait bien dîner avec son premier partenaire.

Un autre étudiant a également mis sa virginité aux enchères. Alexander, de nationalité russe, aura eu moins de succès. C'est un certain Néné.B du Brésil qui a emporté la dernière enchère pour la somme de 2.300 euros face à seulement 7 autres concurrents. Selon la presse brésilienne, la maison de production australienne aurait confirmé que l'acquéreur était bel et bien un homme brésilien. A l'heure actuelle, la production craint un désistement du jeune Russe qui, n'étant pas homosexuel, pourrait renoncer à partager sa première fois avec un homme.

A l'origine de cette affaire se trouve une société de production australienne. Le réalisateur Justin Sisely filmera toutes les étapes de cet étrange défi. Un grand concours avait été ouvert pour recruter les participants au tournage de ce documentaire, qui se veut une exploration de la virginité.

ALS (www.lepetitjournal.com - Brésil) mardi 30 octobre 2012

A la une
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie