Le Brésil a exporté des quantités record de maïs en 2012, y compris aux Etats-Unis et est en passe de devenir le 2ème exportateur au monde de cette céréale

Les exportations de maïs du Brésil ont atteint un sommet avant même la fin de l'année, selon les données du gouvernement brésilien. Une tendance qui devrait continuer à la hausse en 2013 face à la forte demande internationale, d’après les analystes. Si les dernières prévisions de la Compagnie brésilienne d’approvisionnement (Conab) se confirment, le Brésil pourrait même dépasser l'Argentine comme numéro deux mondial des exportateurs de maïs, derrière les États-Unis.

"L'Argentine a eu une mauvaise récolte et n’en fait qu'une (ndlr. le Brésil fait deux récoltes de maïs par an). En revanche, le Brésil connaît une année exceptionnelle", indique l’analyste José Carlos Hausknecht du consultant MBAgro.  

Record historique
La Conab estime que les exportations brésiliennes du grain devraient atteindre un niveau historique de 17,5 millions de tonnes. Ce serait une hausse de 88 % par rapport aux 9,31 millions de tonnes en 2010-11, et au-dessus des prévisions précédentes de 16 millions de tonnes. De janvier à la troisième semaine d'octobre, 11,87 millions de tonnes ont été embarquées pour d’autres cieux. En moins de dix mois, le record annuel de 10,9 millions de tonnes de 2007 a été battu. Si cela se produit, aucun doute, "nous prendrons la place de nos voisins en 2012".

Les raisons d’une aussi bonne récolte ? La moisson d'hiver a joui d’un climat idéal, puis l'utilisation plus généralisée des semences de haute technologie, ont permis au Brésil de récolter autant de maïs cette année — 72 millions de tonnes, contrairement à 57 en 2011. Mais surtout, "les prix ont monté en flèche sur le marché international, cela lié à une mauvaise récolte aux États-Unis, un taux de change favorable et les stocks abondants", note José Carlos Hausknecht. De plus, l'Union européenne, touchée par la sécheresse, lorgne également vers les céréales brésiliennes.

Prudence
Il ne faut toutefois pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, avise-t-il. "Même si la production va augmenter, cela ne veut pas dire que le Brésil va demeurer en deuxième. Parce que si l’an prochain l’Argentine a une récolte normale, elle peut reprendre sa place". Malgré tout, conclut-il, les exportations brésiliennes vont poursuivre sur leurs lancées. Quant à savoir si le Brésil peut se consolider comme deuxième exportateur de maïs, les prochaines années le diront.  

Marc GALLICHAN (www.petitjournal.com – Brésil) lundi 12 novembre 2012

 

 
Une internationale

ETUDES – Les parents les plus généreux avec leurs enfants sont français

Pour beaucoup de parents à travers le monde, payer les études de ses enfants est l’engagement le plus important. Cela passerait avant les factures ou la retraites. Mais qui sont les parents les plus prévoyants ? Et où sont les parents qui sont les plus respectueux du choix de l’orientation de l’enfant ?
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Expatriés : 3 bonnes raisons de rentrer en France cet été !

Pour les expatriés, les mois d’été riment souvent avec vacances en France. Pour retrouver ses proches, pour (re)goûter aux plaisirs de la gastronomie ou pour que les enfants gardent un lien avec leur pays d’origine, les raisons qui poussent à passer quelques semaines dans l’Hexagone sont nombreuses. Nous en avons choisi trois et nous vous les faisons partager !
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Anne Barraud, les pieds sur le terrain, la tête dans le potentiel humain

Créer de la synergie dans les équipes, il y a des gens qui savent faire ça en vrai ? Le métier d’Anne est de résoudre des problèmes sur lesquels on s’arrache les cheveux : LES PROBLEMES HUMAINS. Anne est une pure opérationnelle, il n’y a qu’une vérité à ses yeux : le terrain. Les hommes et les femmes. Qu’ils soient péruviens, français ou camerounais. Elle n’a fait qu’une bouchée du défi interculturel. 
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine
En direct de nos éditions locales