Le Brésil a exporté des quantités record de maïs en 2012, y compris aux Etats-Unis et est en passe de devenir le 2ème exportateur au monde de cette céréale

Les exportations de maïs du Brésil ont atteint un sommet avant même la fin de l'année, selon les données du gouvernement brésilien. Une tendance qui devrait continuer à la hausse en 2013 face à la forte demande internationale, d’après les analystes. Si les dernières prévisions de la Compagnie brésilienne d’approvisionnement (Conab) se confirment, le Brésil pourrait même dépasser l'Argentine comme numéro deux mondial des exportateurs de maïs, derrière les États-Unis.

"L'Argentine a eu une mauvaise récolte et n’en fait qu'une (ndlr. le Brésil fait deux récoltes de maïs par an). En revanche, le Brésil connaît une année exceptionnelle", indique l’analyste José Carlos Hausknecht du consultant MBAgro.  

Record historique
La Conab estime que les exportations brésiliennes du grain devraient atteindre un niveau historique de 17,5 millions de tonnes. Ce serait une hausse de 88 % par rapport aux 9,31 millions de tonnes en 2010-11, et au-dessus des prévisions précédentes de 16 millions de tonnes. De janvier à la troisième semaine d'octobre, 11,87 millions de tonnes ont été embarquées pour d’autres cieux. En moins de dix mois, le record annuel de 10,9 millions de tonnes de 2007 a été battu. Si cela se produit, aucun doute, "nous prendrons la place de nos voisins en 2012".

Les raisons d’une aussi bonne récolte ? La moisson d'hiver a joui d’un climat idéal, puis l'utilisation plus généralisée des semences de haute technologie, ont permis au Brésil de récolter autant de maïs cette année — 72 millions de tonnes, contrairement à 57 en 2011. Mais surtout, "les prix ont monté en flèche sur le marché international, cela lié à une mauvaise récolte aux États-Unis, un taux de change favorable et les stocks abondants", note José Carlos Hausknecht. De plus, l'Union européenne, touchée par la sécheresse, lorgne également vers les céréales brésiliennes.

Prudence
Il ne faut toutefois pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, avise-t-il. "Même si la production va augmenter, cela ne veut pas dire que le Brésil va demeurer en deuxième. Parce que si l’an prochain l’Argentine a une récolte normale, elle peut reprendre sa place". Malgré tout, conclut-il, les exportations brésiliennes vont poursuivre sur leurs lancées. Quant à savoir si le Brésil peut se consolider comme deuxième exportateur de maïs, les prochaines années le diront.  

Marc GALLICHAN (www.petitjournal.com – Brésil) lundi 12 novembre 2012

 

Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine