Alarmant mais sans surprise le communiqué de presse publié hier par l’Institut des statistiques italiennes, ISTAT. La récession sera encore au rendez-vous en 2013. Hausse du chômage, baisse du PIB, baisse de la consommation. Tous les indicateurs sont au rouge. Tableau noir des prévisions pour 2012/2013

Chômage : retour au seuil symbolique des 10%, taux record chez les jeunes
Après une année 2012 marquée par une augmentation significative du taux de chômage dans la péninsule, l’ISTAT prévoit la poursuite de la tendance pour 2013. Avec une moyenne annuelle de 10,6% pour l’année en cours, le taux de chômage pourrait en effet concerner 11,4 % de la population active l’année prochaine. Un résultat expliqué par le taux de chômage de longue durée, conjugué à la contraction du marché du travail. D’ici à la fin de 2012, pas moins de 378.000 contrats à durée déterminée sortiront des statistiques de l’emploi. Une étude publiée au mois d’août par la Confartigianato, la fédération italienne des artisans, dénonçait les taux records de l'Italie en matière de chômage des jeunes : 29,6% pour les 15- 24 ans et 23,2% pour les 25-54 ans contre des taux moyens européens, respectivement de 21 % et de 15,2 %. Une autre étude, réalisée par l’institut de sondage Datagiovani, confirme la situation difficile des jeunes Italiens, se basant cette fois sur des données psychologiques plutôt qu’économiques. Ainsi, 47 % des jeunes interrogés espèrent obtenir un contrat à plein temps. Avec seulement 20 % des jeunes qui espèrent en une rémunération d'au moins 1.000 euros, contre 50% en 2007, la précarité s’installe. Elle serait passée, toujours d’après cet institut de sondage, de 20% en 2004 à 39% en 2011. Le seuil des 40% aurait été franchi au premier trimestre de 2012.
Conséquence, 4 millions d’italiens de 18 à 35 ans rêvent d’immigrer comme 2 millions de la même tranche d’âge l’ont déjà fait en 2010.

Indicateurs de croissance en berne
La diminution du produit intérieur brut commencée au troisième trimestre 2011 devrait se poursuivre. L'Istat prévoit en effet une réduction en 2012 du PIB italien de 2,3%.  Les mesures prises devraient porter leurs fruits sur le 2ème semestre 2013 et conduire à une diminution moyenne de 0,5% sur 2013.
Dans le contexte global de crise, les dépenses de consommation courante ont baissé de 3,2% depuis le début de l’année. En 2013, elles devraient continuer de baisser (-0,7%), du fait des difficultés sur le marché du travail et de la faiblesse du revenu nominal. La durée de la crise actuelle dépasserait ainsi celle de 2008/2009 (5 trimestres) et celle de 1992/1993 (6 trimestres).
Enfin, l’Istat fait part d’une baisse des investissements lourds de 7,2%. Une dégradation liée à la réduction des investissements par les entreprises et les administrations publiques. 2013 devrait connaître une légère reprise du cycle de production et une légère amélioration des conditions d'accès au crédit permettant de tabler sur un ralentissement de l’ordre de -0,9% Toutefois, un retour aux investissements de la part des entreprises est peu probable du fait de la chute des profits, du faible niveau des capacités utilisées et des difficultés du côté de la demande.

Le ralentissement du commerce mondial et les éventuelles tensions sur les marchés financiers sont des facteurs majeurs de risque à la baisse de ces prévisions, précise enfin le communiqué de presse. Comme si le tableau n’était pas encore assez sombre.

Sophie Her (www.lepetitjournal.com/milan) - mardi 6 novembre 2012

Lire aussi :

REFORME - Marché du travail : ce qui va changer

creditphoto : corbis

Une internationale

ALEXANDRE JARDIN - "La France n’a jamais été inventée par des trouillards mais par des fous furieux"

Le grand public connaît Alexandre Jardin le romancier – "Bille en tête" en 1986, "Le Zèbre" en 1988 – et Alexandre Jardin le réalisateur – "Fanfan" en 1993, "Oui" en 1996. Depuis quelques semaines, il a vu débouler sur la toile et dans les médias le Alexandre Jardin mobilisateur et créateur d’initiatives pour relancer son pays, avec notamment son association Bleu Blanc Zèbre. À l’occasion de la sortie de son livre "Laissez-nous faire ! On a déjà…
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

MALAISE D'UNE EXPAT - "Et moi dans tout ça?"

Rentrée 2005: Anne rencontre John à la cafétéria de La Sorbonne. Le coup de foudre est immédiat. Et réciproque. Elle étudie la sémantique. Il finit son doctorat en communication grâce à un programme d’échange entre la célèbre université parisienne et Columbia University à New York, dont il est originaire. Hiver 2012: Une limousine rutilante se gare en face d’un immeuble bourgeois de l’Upper West Side de New York. Anne et ses deux fils viennent rejoindre John, embauché deux mois plus tôt comme directeur du marketing d’une agence de publicité sur Madison Avenue.

PORTRAIT D’EXPAT - Arrivés avec 5 valises et quelques économies

Il en faut du culot pour tout plaquer et partir à l'étranger. C'est pourtant ce qu'on fait Line et Samuel, la bonne trentaine et deux enfants. Un jour ils sont venus s’installer à Saigon, se donnant deux ans pour trouver leur projet de vie ou rentrer. Aujourd’hui, ne leur parlez plus de retourner vivre en France !
Expat - Politique

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat

FRANCOIS HOLLANDE – Sa visite au Pavillon de la France sur Expo 2015

Dimanche 21 juin, François Hollande s’est rendu sur le site d’Expo 2015 pour l’inauguration officielle du Pavillon de la France et la signature avec Matteo Renzi de la Charte de Milan sur le droit à l’alimentation. Un déplacement initialement placé sous le signe de l’environnement à 150 jours de la COP 21 et de la candidature de Paris à l’Exposition universelle de 2025. Mais les relations entre la France et l’Italie ont davantage porté sur la question des migrants, au coeur des relations bilatérales du moment.
Magazine