Ces dernières années, la demande d’accession à la propriété résidentielle a été très soutenue sur tout le territoire de Hong Kong notamment sur les logements neufs. La demande des investisseurs locaux et étrangers a été amplifiée du fait de taux d’intérêt très bas alors que, dans le même temps,  l’offre restait faible. Ces derniers mois, l’économie de Hong Kong a montré des signes de ralentissements liés à la dette souveraine de l’Euro et le trop lent redressement de l’économie américaine. Malgré ce fléchissement de l’économie, les prix du  marché immobilier continuent de grimper : le prix des petites et moyennes surfaces ont cru de 21% pour les 9 premiers mois de 2012 pendant que les plus grands appartements s’appréciaient de 11%.

Afin d’assurer un meilleur équilibre entre offre et demande immobilière, le gouvernement a annoncé cette année, en août, une dizaine de mesures pour augmenter l’offre à court et surtout à moyen terme. Les autorités monétaires de Hong Kong ont également restreint les conditions du crédit immobilier. Les taux de la taxe SSD  Special Stamp Duty, mise en place en novembre 2010, ont été réévalués pour réduire la spéculation sur la revente rapide des biens immobiliers.

Cette taxe, payée par le vendeur ou l’acheteur suivant les termes de la promesse de vente et du contrat de vente,  s’élevait à 15% s’il y avait revente du bien dans les 6 mois, 10% pour une revente entre 6 et 12  mois et 5% entre 12 et 24 mois. Cette mesure a été efficace puisque les reventes d’appartement dans les 12 mois ont quasiment disparues depuis novembre 2010 ; en revanche, les reventes de biens entre 12 et 24 mois, après un fléchissement, ont à nouveau progressé cette année : 83 ventes en mars pour 218 en septembre.

Pour lutter contre ce phénomène, les taux de la SSD ont été remontés fin octobre, de 5% supplémentaires pour chacune des tranches et la dernière période a été allongée pour taxer désormais les reventes faites dans les 36 mois (contre 24 précédemment).
Une deuxième mesure a été prise, applicable également dès son annonce fin octobre: la création d’une nouvelle taxe la BSD Buyer’s Stamp Duty due par les acheteurs de biens résidentiels. Cette taxe ne s’applique pas aux achats des résidents permanents hongkongais mais aux non résidents et même les sociétés, locales ou étrangères, doivent s’en acquitter. Son  taux est de 15% sur le prix des transactions et vient s’ajouter à la SSD.

Cette nouvelle taxe pourrait n’être que temporaire et elle disparaitra quand le marché aura retrouvé son équilibre car elle pénalise les acheteurs étrangers. Le nombre de transactions immobilières conduites par des acheteurs étrangers  n’a pas cessé de croître ces dernières années avec une évolution de 3,1% en 2008 puis 4,5% en 2010 et 6,5% en 2011. Ces transactions portent surtout sur le marché de l’immobilier neuf : leur croissance qui était de 5,7% en 2008, est passé à 13,7% en 2010 pour atteindre 19,5% en 2011. Cette mesure devrait permettre de prioriser l’accession à la propriété des Hongkongais.

Le gouvernement de Hong Kong continue de suivre attentivement les évolutions du marché immobilier et prendra d’autres mesures, qu’il a déjà en réserve,  si celles-ci s’avèrent insuffisantes.
Cependant, la création de la BSD, qui visait une baisse de la demande, semble déjà faire des dégâts collatéraux sur l’offre, un mois après son lancement, en ralentissant des projets de rénovation urbaine. Dans la zone de Hung Hom (à Kowloon,  la station suivant celle d’East Tsim Sha Tsui) les négociations de rachats de vieux bâtiments auraient été stoppées juste après l’annonce de cette nouvelle taxe car celle-ci rendrait le prix des logements inaccessibles aux acquéreurs potentiels dans cette zone.

A savoir : Les prix d’achat des appartements s’envolent entrainant dans leur sillage la hausse des loyers résidentiels. Mais les loyers des biens commerciaux suivent aussi la même tendance. Selon les derniers chiffres, les loyers des boutiques de Causeway Bay sont maintenant plus chers que ceux de la 5ème Avenue de New York et 2 fois plus chers que ceux des Champs Elysées à Paris… 

 

Claudine Cicut (www.lepetitjournal.com/hongkong.html), lundi 19 novembre 2012

 
Une internationale

COEXISTER - Loin des clivages et des amalgames

Faire un tour du monde n'est jamais une aventure anodine, encore moins lorsque celui-ci s'inscrit dans un projet ambitieux : explorer les initiatives interreligieuses aux quatre coins du globe et prouver, loin des clivages et des amalgames, que la pluralité religieuse de nos sociétés contemporaines est une véritable force pour le vivre-ensemble.
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Préparez dès maintenant votre retour en France !

La France vous manque ? Sa pointe d’Etretat, ses plages de Saint Tropez, ses vignobles bourguignons ou encore ses menhirs de Carnac ? Vous ressentez ce besoin irrépressible de revenir au pays ? A moins que ce soit pour venir profiter des grands évènements sportifs qui animeront ces mois d’été ? N’hésitez plus, revenez ! La France vous attend !
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - Pourquoi se reconvertir est important ?

Que vous soyez une femme, un homme, le conjoint suiveur ou le/la salarié(e) qui est expatrié(e), la problématique est totalement identique. Il arrive des moments (une expatriation ou une nième expatriation, un accouchement, un burn-out ou tout autre évènement) qui peuvent être un déclencheur. Ce(s) moment(s) permettent de « sortir la tête du guidon » et nous aident à prendre du recul pour nous apercevoir que nous avons été, jusque-là, en mode automatique. Nous avons suivi un chemin sans même nous poser trop de questions et/ou prendre de vraies décisions quant à la vie que nous souhaitons avoir.

STARTUPS - Où fait-il bon entreprendre ?

Le monde est chamboulé par l'arrivée massive de startups qui remettent au goût du jour l'économie collaborative et qui reconfigurent le marché du travail. Rien qu'au niveau des "licornes", ces jeunes entreprises valorisées à plus d'un milliard de dollar, on en compte actuellement 47 en Europe sur 140 dans le monde. Venez découvrir d'autres faits marquants à propos de ce nouveau business avec l'infographie ecoreuil.fr. 
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL – "Il ne faut pas affoler tout le monde avec le Brexit"

Bientôt deux ans que Matthias Fekl occupe le poste de secrétaire d’Etat au commerce extérieur, à la promotion du tourisme et aux Français de l’étranger. Le ministre est confronté à de nombreux chantiers à commencer par les négociations en vue du futur traité transatlantique, le TTIP. Plus récemment s’est aussi posé le problème des Français au Royaume-Uni. Retour sur les principaux enjeux de la fonction de Matthias Fekl. 
Magazine
En direct de nos éditions locales