Les dirigeants asiatiques et européens ont fait état mardi d'"incertitudes substantielles" sur la croissance mondiale, exprimant pourtant une certaine confiance en la capacité de l'Europe de sortir du marasme, après un sommet au Laos dominé par les conséquences de la crise de la dette

Photo DR

Les quelque cinquante responsables ont "noté que la croissance mondiale avait ralenti, avec la persistance d'incertitudes substantielles" qui risquent selon eux de peser sur les machines économiques des deux blocs, selon la déclaration de la présidence du sommet publiée à la clôture des deux jours de réunion.
Les dirigeants "s'attendent à ce que l'économie européenne se rétablisse progressivement, et saluent les mesures prises par l'Union européenne et ses Etats membres pour traiter le problème".
L'UE a mené pendant deux jours une offensive de charme auprès des nations asiatiques, affirmant contrôler la crise des dettes souveraines et s'appliquant à démentir le risque d'effondrement de la zone euro, lors de ce 9e sommet de l'Asem (Asie-Europe).

--

LIRE AUSSI

L'article d'Asie-Info.fr L’Asem au Laos : un sommet pour pas grand-chose

Non au protectionnisme
Mais elle entendait aussi appeler ses partenaires à faire davantage pour la croissance. Plusieurs voix se sont élevées, en particulier du côté européen, pour éviter toute démarche protectionniste et développer les échanges commerciaux entre deux blocs de plus en plus interdépendants au sein de l'économie mondiale.
"Les dirigeants se sont engagés à s'abstenir de lever de nouvelles barrières aux investissements et au commerce (...), d'imposer de nouvelles restrictions aux importations et de mettre en œuvre des mesures incompatibles avec l'Organisation mondiale du commerce", selon le texte.
"L'UE est certainement du côté de ceux qui veulent un commerce plus ouvert, nous pensons que c'est la façon d'avancer", a confirmé en conférence de presse le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.
"Une partie de la croissance en Asie est aussi le résultat de l'ouverture du marché en Europe car nous sommes la première destination pour les produits asiatiques".
"La pire des choses (...) est d'adopter des mesures protectionnistes. C'est exactement l'inverse de ce dont nous avons besoin", a déclaré de son côté le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Garcia Margallo.

Chapeau bas face à une croissance asiatique insolente
Au même moment, à Madrid, son Premier ministre Mariano Rajoy affirmait qu'il ne renonçait pas à demander un sauvetage global pour l'économie de son pays afin de soulager les tensions pesant sur sa dette souveraine, tout en laissant entendre qu'il ne s'y résoudrait pas cette année.
L'Asie se présentait pour sa part dans une position un peu paradoxale, avec des perspectives de croissance aujourd'hui en légère baisse par rapport aux objectifs d'il y a quelques mois, mais des taux à faire pâlir les Etats européens.
Le FMI pronostique en effet une croissance de 6,7% cette année et 7,2% en 2013, soit un léger ralentissement après les 7,1% et 7,5% respectivement espérés au début de l'été.
La déclaration finale du sommet de Vientiane a salué "la performance robuste des économies émergentes d'Asie". Mais le souvenir de la cuisante crise de 1997-98 semblait encore vivace dans les esprits.
"Nous sommes suffisamment humbles pour ne pas penser que nous serons, seuls, le moteur de la croissance mondiale. Nous faisons partie d'un système plus grand", a relevé le chef de la diplomatie indonésienne, Marty Natalegawa, se réjouissant de la "résilience" dont ont fait preuve les nations asiatiques ces derniers mois.
(http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) jeudi 8 novembre 2012

A la une

ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L’ÉTRANGER – Comment limiter les frais de scolarité ?

Sur la période 2007-2012, pour l’ensemble des établissements français de l’étranger, les frais de scolarité se sont envolés. Avec une hausse moyenne de 45,25%, c’est l’avenir du réseau qui est en péril. La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 propositions pour freiner cette spirale.
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Que sont devenus les anciens lauréats ?

A quelques semaines de la 3ème cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, qui se déroulera sous les dorures du Quai d’Orsay le 17 mars prochain, lepetitjournal.com vous propose de revenir sur le parcours des lauréats 2014 depuis la remise de leur trophée. DJ, entrepreneur, chercheur, judoka… Ces Français de l’étranger avaient été choisis par le jury pour leur parcours atypique et leur engagement. Un an après l’euphorie de la remise de trophées, ils font le bilan. 
Expat
Expat - Emploi

EMPLOI EN ANGLETERRE - Tout savoir pour trouver sans stresser

En arrivant à Londres, vous êtes nombreux à rechercher un travail sans savoir vraiment par où commencer ni ce sur quoi il faut être vigilant. Le système au Royaume Uni étant parfois différent du notre, il est important de connaître quelques points importants pour réussir son insertion professionnelle de l’autre côté de la Manche. Voici quelques informations qui pourront vous aider. 
Expat - Politique

ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L’ÉTRANGER – Comment limiter les frais de scolarité ?

Sur la période 2007-2012, pour l’ensemble des établissements français de l’étranger, les frais de scolarité se sont envolés. Avec une hausse moyenne de 45,25%, c’est l’avenir du réseau qui est en péril. La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 propositions pour freiner cette spirale.
Magazine
Francophonie

EXPOSITION - Retour vers le futur avec le Rio du 19e siècle vu par Jean-Baptiste Debret

Debret
Le centre culturel Correios accueille, jusqu’au 3 mai, l’exposition “O Rio de Debret“ qui rassemble 120 dessins et peintures originales de l’artiste français. Des esclaves à la vie du palais royal, des paysages aux quartiers de l’époque, c’est un voyage dans le temps qui nous est proposé, pour comprendre les origines du Rio d’aujourd’hui. Lepetitjournal.com était présent mercredi soir à son vernissage.