Les dirigeants asiatiques et européens ont fait état mardi d'"incertitudes substantielles" sur la croissance mondiale, exprimant pourtant une certaine confiance en la capacité de l'Europe de sortir du marasme, après un sommet au Laos dominé par les conséquences de la crise de la dette

Photo DR

Les quelque cinquante responsables ont "noté que la croissance mondiale avait ralenti, avec la persistance d'incertitudes substantielles" qui risquent selon eux de peser sur les machines économiques des deux blocs, selon la déclaration de la présidence du sommet publiée à la clôture des deux jours de réunion.
Les dirigeants "s'attendent à ce que l'économie européenne se rétablisse progressivement, et saluent les mesures prises par l'Union européenne et ses Etats membres pour traiter le problème".
L'UE a mené pendant deux jours une offensive de charme auprès des nations asiatiques, affirmant contrôler la crise des dettes souveraines et s'appliquant à démentir le risque d'effondrement de la zone euro, lors de ce 9e sommet de l'Asem (Asie-Europe).

--

LIRE AUSSI

L'article d'Asie-Info.fr L’Asem au Laos : un sommet pour pas grand-chose

Non au protectionnisme
Mais elle entendait aussi appeler ses partenaires à faire davantage pour la croissance. Plusieurs voix se sont élevées, en particulier du côté européen, pour éviter toute démarche protectionniste et développer les échanges commerciaux entre deux blocs de plus en plus interdépendants au sein de l'économie mondiale.
"Les dirigeants se sont engagés à s'abstenir de lever de nouvelles barrières aux investissements et au commerce (...), d'imposer de nouvelles restrictions aux importations et de mettre en œuvre des mesures incompatibles avec l'Organisation mondiale du commerce", selon le texte.
"L'UE est certainement du côté de ceux qui veulent un commerce plus ouvert, nous pensons que c'est la façon d'avancer", a confirmé en conférence de presse le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.
"Une partie de la croissance en Asie est aussi le résultat de l'ouverture du marché en Europe car nous sommes la première destination pour les produits asiatiques".
"La pire des choses (...) est d'adopter des mesures protectionnistes. C'est exactement l'inverse de ce dont nous avons besoin", a déclaré de son côté le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Garcia Margallo.

Chapeau bas face à une croissance asiatique insolente
Au même moment, à Madrid, son Premier ministre Mariano Rajoy affirmait qu'il ne renonçait pas à demander un sauvetage global pour l'économie de son pays afin de soulager les tensions pesant sur sa dette souveraine, tout en laissant entendre qu'il ne s'y résoudrait pas cette année.
L'Asie se présentait pour sa part dans une position un peu paradoxale, avec des perspectives de croissance aujourd'hui en légère baisse par rapport aux objectifs d'il y a quelques mois, mais des taux à faire pâlir les Etats européens.
Le FMI pronostique en effet une croissance de 6,7% cette année et 7,2% en 2013, soit un léger ralentissement après les 7,1% et 7,5% respectivement espérés au début de l'été.
La déclaration finale du sommet de Vientiane a salué "la performance robuste des économies émergentes d'Asie". Mais le souvenir de la cuisante crise de 1997-98 semblait encore vivace dans les esprits.
"Nous sommes suffisamment humbles pour ne pas penser que nous serons, seuls, le moteur de la croissance mondiale. Nous faisons partie d'un système plus grand", a relevé le chef de la diplomatie indonésienne, Marty Natalegawa, se réjouissant de la "résilience" dont ont fait preuve les nations asiatiques ces derniers mois.
(http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) jeudi 8 novembre 2012

 
Une internationale

Idée cadeau Saint Valentin : offrez (lui) la Bleu Blanc Box

La Saint Valentin approche à grands pas et comme chaque année, on a envie de faire plaisir à l’être aimé… Idée cadeau romantique : offrez-vous, offrez-lui une Box! La Bleu Blanc Box, coffret cadeau rempli de surprises “Made in France”, s’invite ce mois-ci dans le coeur de tous les amoureux de la France sous la thématique de l’Amour…et ravit tous les expatriés en manque de produits bien de chez nous.
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Rejoignez la meilleure école de commerce post-bac en France !

Implantée à Lille et Paris, l’IÉSEG forme depuis plus de 50 ans ses étudiants aux diverses disciplines du management en leur inculquant les valeurs d’accomplissement, responsabilité, intégrité, solidarité et engagement. L’IÉSEG se place dans le cercle très fermé des écoles de commerce mondiales ayant la triple accréditation EQUIS, AACSB et AMBA.

Combien l’immobilier à Paris rapporte t-il vraiment ?

Certains professionnels de l’immobilier n’hésitent pas à annoncer des taux de rentabilité étonnamment élevés, autour de 7% ! Pourtant, ces taux uniquement destinés à attirer le chaland ne représentent que très rarement la réalité du marché parisien. Voici tout ce qu’il faut savoir, exemple à l’appui, pour comprendre ce que la mise en location de votre appartement parisien peut vraiment vous rapporter.
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine
En direct de nos éditions locales