REPORTAGE - "Free the weed" à Dublin pour la journée internationale du cannabis

Plus de 200 personnes se sont rassemblées jeudi 20 avril au Garden of Remenbrance de Dublin à l'occasion de "la journée internationale du cannabis". Les manifestants sont venus demander la légalisation de la marijuana en Irlande et dans le monde.

Il est 16 h 20 à Dublin, la foule scande "Free the weed !" et un nuage de fumée vient re-couvrir l'herbe du Garden of Remembrance. Ce jeudi 20 avril, jeunes et plus âgés, étu-diants ou travailleurs, ils étaient plus d'une centaine réunis pour l'événement "420 Cloud In The Garden" à l'occasion de la journée internationale du cannabis. 16 h 20 c'est l'heure symbolique à laquelle les fumeurs ont allumé leurs joints pour protester contre la réglementation irlandaise concernant l'usage du cannabis.

4/20 ou 4:20 c'est l'expression couramment utilisée en Amérique du Nord comme réfé-rence discrète à la consommation de cannabis. Elle désigne entre autre le moment de la journée propice pour fumer un joint, après une journée de cours par exemple. C'est au-jourd'hui une manière pour beaucoup de s'identifier à la contre-culture entourant le cannabis.

Attendant que les travailleurs viennent grossir les rangs des protestataires, les manifes-tants ont ensuite pris la direction du Dáil Éireann, la chambre basse de l'Oireachtas ou le parlement irlandais pour "mettre fin à la honte" autour des stéréotypes qui entourent les consommateurs de cannabis en Irlande et ailleurs dans le monde. Ils demandent unani-mement un élargissement de la législation visant à rendre le cannabis légal à usage médi-cal mais espèrent aussi et surtout la fin de la criminalisation des fumeurs.

Le cannabis pourrait être légalisé en Irlande pour un usage médical

Dans le débat pour la légalisation du cannabis, les défenseurs de la cause argumentent en mettant en avant les bienfaits de la marijuana sur les patients atteints de maladies chro-niques. Pour Richard 18 ans, le cannabis aide beaucoup pour l'aider à lutter contre son épilepsie. "Je ne fume pas régulièrement, peut-être juste en soirée ou le week-end, ça m'aide surtout à éviter les symptôme de l'épilepsie. Bien sûr que je suis pour la légalisation à l'usage médical, puis même à l'usage récréatif. J'ai déjà été contrôlé par la police pour détention de stupéfiant alors que ça ne devrait même pas être considéré comme un crime ou un délit." Pour son amie Alison, 18 ans également, "la légalisation permettrait avant tout la régularisation du marché de revente du cannabis.


Un projet de loi pour la légalisation porté devant le Parlement

En décembre dernier déjà, les parlementaires irlandais s'étaient entretenus sur un projet de loi afin de permettre la légalisation et la réglementation des produits à base de cannabis pour usage médical.

Soutenu par People Before Profit (Ou PBP, un parti politique socialiste, trotskiste et euro-sceptique, fondé en octobre 2005) devant le parlement, Gino Kenny (député membre du parti PBP) avait déclaré à la chaîne RTÉ que ce projet, "S'il était finalisé, donnerait aux médecins le pouvoir de décider si leurs patients pourront bénéficier du cannabis". Ce fai-sant, ce serait une avancée majeure pour les malades atteints de cancer, de la sclérose en plaques ou bien de la fibromyalgie, maladies qui provoquent des douleurs chroniques et pour lesquelles les traitements actuels sont lourds et présentent des effets secondaires importants.

C'est ce que soutient Adam, 29 ans, qui a manifesté à Dublin en faveur de la légalisation. Infirmier de profession, la légalisation du cannabis permettrait de "proposer aux patients une alternative au traditionnels traitements médicamenteux."

Pour Casey "la marijuana ne devrait pas être illégale, elle ne devrait même pas être consi-dérée comme une drogue." "Pour usage récréatif ou médicinal, le cannabis ne doit plus être considéré comme une drogue dangereuse et diabolisée mais autorisé et encadré au même titre que l'alcool ou la cigarette."

« C'est ridicule d'interdire de consommer le cannabis. C'est une plante qui était là bien avant notre civilisation. Aujourd'hui on criminalise, on envoie des gens en prison parce qu'ils ont pris du cannabis pour soigner leurs douleurs ou leurs maladies, vraiment je trouve ça ridicule. Que ce soit pour usage récréatif ou pour soigner des personnes, le cannabis de-vrait être légalisé dans le monde entier. »

Le projet de loi avait été adopté en décembre 2016 dans la chambre basse irlandaise.

Le camps de l'opposition campe sur ses arguments

La députée Kate O'Connell qui exerce en tant que pharmacienne avait alors déclaré au comité lors de l'examen du texte de loi que les propositions de Gino Kenny visant à légaliser le cannabis médicinal nuiraient gravement aux réglementations en vigueur visant à pro-téger le public.

Ajoutant que les arguments en faveur de la légalisation reposaient sur des «faits faux», et que des preuves scientifiques de l'efficacité et de la sécurité du cannabis n'avaient jusqu'alors pas été vérifiées.

Elle déclarait ainsi : "Je considère que ce projet de loi porte atteinte au cadre réglementaire actuel que nous avons établi avec l'Autorité de réglementation de la santé et la Société pharmaceutique d'Irlande, ces dernières étant internationalement reconnues comme les autorités compétentes".

Le cannabis demeure illégal en Irlande pour usage récréatif. Cependant, l'usage médical a été légalisé mais reste très réglementé. Il faut aujourd'hui une approbation au cas-par-cas par le Ministre de la Santé. Sauf que dans les faits, un enfant épileptique ne peut pas se voir prescrire du cannabis thérapeutique, c'est justement cette impasse juridique qui a poussé certains parlementaires à proposer une nouvelle loi pour légaliser cet usage du cannabis devant la Chambre basse du Parlement.

Une dizaine de pays a légalisé ou toléré la consommation de cannabis dans le monde

La législation du cannabis dans le monde n'a cessé d'évoluer depuis quelques années, plus récemment aux Etats-Unis où 30 États autorisent l'usage récréatif ou médical. Nombreux sont les projets de lois en cours et les initiatives citoyennes en faveur de la légalisation de la marijuana dans le monde.

En moins d'un an plusieurs pays lui ont emboîté le pas. C'est le cas pour l'Uruguay et le Canada, et plus près de nous l'Allemagne ou l'Espagne. Une récente étude publiée par le Cato Institute, un think tank libertarien américain, démontre que l'industrie du cannabis semble affecter positivement le taux d'emploi et génère aujourd'hui 135 millions de dollars pour les seuls consommateurs récréatifs au Colorado. Parallèlement, la Drug Policy Al-liance a publié une étude allant dans le même sens et conclut à une baisse mécanique des arrestations liées au cannabis, une non augmentation de la consommation des jeunes ou des accidents de la route, et des gains fiscaux massifs.

Elisa Mau (www.lepetitjournal.com/dublin) jeudi 04 mai 2017

CREDIT PHOTO : ELISA MAU

 
Dublin

ON A TESTÉ POUR VOUS – Le TOKEN, ou l'art du retrogaming

Le TOKEN, un petit paradis de nostalgie qui ravira le gamer qui sommeille en vous.
Avec des compagnies telles que Riot ou Activision/Blizzard, l'Irlande est incontestablement devenue l'une des destinations privilégiées de l'industrie vidéoludique en Europe. Mais il n'est pas nécessaire d'intégrer l'un de ces mastodontes pour réaliser ses rêves professionnels les plus fous. Pour preuve, l'ouverture récente du TOKEN, un petit paradis de nostalgie qui ravira le gamer qui sommeille en vous.
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine