ACTU CULTURE - The Watchmaker

''Et si on profitait vraiment du moment présent ?''. C'est la question que pose Veronique Sardiko dans son ballet street dance contemporain « The watchmaker ».

Ce projet qui se produira à l'Olympia à Dame Street pour une seule représentation le 5 Mai 2017, vient nous rappeler que chaque instant de notre vie est précieux et qu'il faut savoir le savourer car il ne se répète pas.

C'est aussi la concrétisation d'un rêve, celui de Veronique, fondatrice de l'école des arts et de la Danse My art à Dublin. Une magnifique création originale jouée par 21 danseurs de 13 pays avec un mélange de ballet classique, théâtre, de danses de rue telles le popping, le hip hop, le break danse ou encore le krump.
Dans ce ballet il y a le personnage principal The Watchmaker, un horloger passionné par son travail et conscient de la beauté de chaque instant. Il aime observer les gens, et il va tout au long du ballet les inciter et les convaincre de ne plus perdre leurs temps dans des occupations futiles.

Mais comme dans chaque conte il y a des fantômes, qui s'immiscent comme des virus dans nos vies paisibles pour nous inciter à gaspiller ces instants uniques, tel l' instant avec l'être aimé ou un verre entre amis.

Rencontre ici avec l'un de ces « fantômes », Aziz, jeune Français de la troupe et danseur popping qui nous en dit plus sur ce beau projet intelligent et novateur.

lepetitjournal.com: Explique-nous-en quelques mots ce projet ?
Aziz : C'est du théâtre danse ballet.... C'est de la danse à travers une histoire. Ce spectacle va mettre en avant à quel point nous perdons notre temps pour des choses futiles et qu'il est pourtant important au travers de toutes nos activités quotidiennes de profiter plutôt que gâcher notre précieux. Et nous allons mettre en scène cette idée au travers de la danse classique et de la Street dance (Break dance,popping, hip hop, krump)

Quel est ton rôle dans la pièce ?
Dans le spectacle j'ai deux rôles différents : Je suis un des fantômes qui pousse les gens à perdre leur temps dans des actions et des pensées négatives de leurs quotidiens. Et dans une autre partie du spectacle je joue l'assistant du Watchmaker, qui l'accompagne dans son travail sur le temps.

Comment es-tu arrivé à participer à ce projet ?
Je connais bien l' acteurprincipal Ernest Ray, qui est mon professeur de Popping à Dublin. C'est lui qui m'a généreusement proposé, avec Veronika la chrorégraphe du ballet, de participer au spectacle sans même devoirpasser d'auditions.

Et le projet t'a séduit tout de suite ?
Au début j'ai hésité à prendre le projet car Ernest m'en avait parlé mais sans rentrer dans les détails, ce n'était pas très clair pour moiEt puis comme beaucoup d'expats je me disais que je n'allais pas rester em Irlande, que j'allais surement rentrer en France. Et puis finalement j'en ai parlé à mes proches qui, trouvant ce projet intéressant, m'ont poussé à y aller, me rappelant qu'on ne sait pas ce que sera demain, que c'est maintenant ! Alors j'ai saisi l'occasion et j'en suis très content. On a créé une telle dynamique autour du projet avec tous les danseurs que maintenant c'est une famille, une vraie troupe.

Combien de personnes y a-t-il dans ce spectacle ?
21 danseurs de plusieurs nationalités et styles de danses différents avec chacun un background bien à lui. La chorégraphe est d'ailleurs très attachante et attaché d'ailleurs à la culture française Elle enseigne la danse classique avec du vocabulaire français. « Les pas chassés, etc... » (Rires)

Ça doit être enrichissant ?
C'est très intéressant, on passe beaucoup de temps ensemble, on découvre au fur et à mesure les différentes cultures et surtout les différentes approches de la danse.
Ces différents backgrounds m'ont poussé à me sensibiliser à la danse classique et je me suis d'ailleurs mis au stretching intense. (Photo ci-dessous). Mais oui c'est vrai que quand je pense au personnage principal (Ernest) et la chorégraphe qui viennent de Lituanie et de Russie, cela se ressent dans leur investissement et leur approche : Ils se donnent à 300%.

Depuis combien de temps préparez-vous à ce projet ?
Ça fait un an que je travaille sur le projet mais on a commencé à intensifier les répétitions il y a 6 mois. Avant on était sur les idées concepts, l'organisation, et puis très vite c'est devenu plus concret avec les répétitions.

D'autres dates à venir ?
Alors on espère que le spectacle sera un succès afin de proposer d'autres dates en Irlande je l'espère ! Si d'ailleurs il y a des salles dispos en France nous sommes preneurs* !! (Rires)

Tu fais du popping. Quelle école de danse conseillerais-tu ?
Ben Myart direct !

Une phrase pour résumer ?
Des fois il ne faut pas réfléchir, il faut saisir sa chance !

Rendez-vous donc le Vendredi 5 Mai pour l'unique représentation. Une excellente manière de profiter de son temps avec votre conjoint ou vos amis !

Et n'oubliez pas : « le temps perdu ne se rattrape jamais... »

Le teaser pour vous donner un aperçu

Angélique Rey-Brot (www.lepetitjournal.com/dublin) Mercredi 3 Mai

Ci-dessous les informations relatives au spectacle :
http://myartdublin.com/
https://www.facebook.com/TheWatchmakerBallet/
http://www.olympia.ie/whats-on/the-watchmaker/
https://www.youtube.com/channel/UCCIxisiA-oV6xmN-vFvamcA
https://www.facebook.com/myartdublinschool/
https://twitter.com/MyArt_Dublin

 

 
Dublin

ON A TESTÉ POUR VOUS – Le TOKEN, ou l'art du retrogaming

Le TOKEN, un petit paradis de nostalgie qui ravira le gamer qui sommeille en vous.
Avec des compagnies telles que Riot ou Activision/Blizzard, l'Irlande est incontestablement devenue l'une des destinations privilégiées de l'industrie vidéoludique en Europe. Mais il n'est pas nécessaire d'intégrer l'un de ces mastodontes pour réaliser ses rêves professionnels les plus fous. Pour preuve, l'ouverture récente du TOKEN, un petit paradis de nostalgie qui ravira le gamer qui sommeille en vous.
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine