CRISE DU LOGEMENT – Après la décision de la Cour Suprême, les occupants de l’Apollo House refusent de quitter le bâtiment.

 

 

Le bâtiment, occupé depuis près d’un mois devait être évacué ce mercredi 11 janvier à midi. Le collectif « Home Sweet Home » refuse de quitter les lieux, en raison de la vétusté des hébergements d’urgences proposés aux sans-abris.

 

L’immeuble de l’Apollo House, occupé par le collectif « Home Sweet Home », accueille actuellement 40 sans-abris. Ce mercredi 11 janvier un dernier recours a été déposé devant la Cour Suprême, afin de prolonger d’une semaine l’occupation du bâtiment. Cette demande fait suite aux témoignages d’anciens occupants de l’Apollo House, ayant dû trouver abri dans d’autres centres d’hébergements.

            Les conditions décrites par ces sans-abris sont « déplorables et inhumaines » selon un membre du collectif. En effet, des propos rapportés dans le Irish Times décrivent des centres où il est « impossible de dormir avant 4h du matin à cause du bruit », où la drogue est omniprésente avec « certaines personnes qui s’injectent de l’héroïne dans les dortoirs », et un manque criant d’équipement : « certains n’ont même pas de salles de bain ou de casiers pour mettre leurs affaires. »

            Mais ce mercredi, aux alentours de midi, la Cour Suprême a rejeté cette demande de prolongation de l’occupation.

 

 

Depuis ce matin, de nombreux militants et habitants de Dublin se mobilisent, devant l’Apollo House, pour apporter leur soutien. Le collectif « Home Sweet Home » a fait savoir qu’il ne comptait pas quitter les lieux pour le moment.

 

Benjamin Monnet (lepetitjournal.com/dublin) Mercredi 11 janvier

 

 
Dublin

RENCONTRE - John Mahon, musicien de rue

Vous l’avez certainement déjà croisé si vous êtes un habitué de Grafton Street. Chaque semaine, il joue entre 2 et 3 fois dans cette rue piétonne et…
Une internationale

UNE ETUDIANTE LILLOISE A JAVA - 24h dans la peau d'une Indonésienne

Quand Chloé accepte de suivre Pipin et Punta, deux étudiants indonésiens de son université d’accueil, dans leur ville natale près de Yogyakarta, elle est loin d’imaginer la richesse de la culture qu’elle s’apprête à découvrir. Une escapade touristique qui se transforme vite en excursion au sein de la réalité des habitants du pays. Récit d’une journée à l’indonésienne, vécue par une étudiante française nouvellement arrivée à Jakarta.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine