GLITCH FESTIVAL 2017 : Rencontre avec l'artiste Cécile Babiole au Rua Red de Dublin

 

Le Glitch Festival revient pour sa sixième édition du 2 mai au 10 juin au Rua Red de Dublin. Aujourd'hui l'un des premiers festivals d'arts numériques d'Irlande, il accueille entre autres l'artiste française Cécile Babiole et son installation sonore interactive Couloir aérien.

En partenariat avec l'Ambassade de France en Irlande, le Glitch Festival réunit tous les ans des artistes, des conservateurs et des groupes d'artistes de premier plan avec l'envie de partager et de faire connaître les pratiques artistiques numériques au plus grand nombre. Son objectif est ainsi de réunir les spectateurs autour des artistes afin "d'établir un lien entre l'art, la culture et la technologie avec le désir de promouvoir".

À cette occasion nous avons pu rencontrer l'artiste Cécile Babiole et découvrir son installation sonore intitulée Couloir Aérien. Une expérience unique qui permet aux visiteurs de prendre conscience de "la réalité et de l'intensité de l'activité aérienne, qui passe le plus souvent inaperçues en ville, car les aéroports sont situés loin des centres-villes et les avions volent à une altitude élevée soit environ 10 000 mètres."

Un "détournement d'avions" sur le centre d'art

L'artiste a souhaité introduire cette activité aérienne au sein même d'une galerie d'exposition. Ainsi, Couloir aérien met en scène la surveillance du trafic aérien en jouant et diffusant les sons amplifiés des avions qui décollent, volent et atterrissent dans les parages du centre d'art. La scène nous transporte au coeur du couloir aérien tant les sons sont fidèles à la réalité. Cependant, que ce soit à Paris, à Strasbourg, Nice, Montpellier ou encore Dublin, l'activité sera plus ou moins intense. "Nous ne choisissons pas les lieux d'expositions et ensuite l'installation s'adapte aux lieux. Il y a des endroits où il n'y a quasi pas d'avions comme par exemple à Strasbourg. C'est le propre de cette installation, c'est un processus, ce n'est pas une oeuvre finie."

Outre l'expérience sonore, un écran vidéo indique l'identité des appareils qui survolent les sites d'expositions dès que ces derniers sont détectés. Nous retrouvons le nom du vol, l'altitude, la vitesse, la latitude et la longitude des avions qui nous entourent. À Paris, le ciel fourmille d'avions de toutes compagnies confondues, à Dublin en revanche, seuls deux avions ont fait leur apparition durant la visite ; "Ils font irruption de manière tonitruante selon le planning des vols dans la région".

Un détournement d'objet à des fins artistiques

Le détournement n'est pas exclusif à l'expérience sonore et interactive, il est aussi à l'origine même du fonctionnement de l'oeuvre. En effet, l'installation agit grâce à une pièce qui détecte le trafic aérien de manière à l'introduire dans le centre d'exposition, "C'est en quelque sorte un détournement d'avion vers le centre d'art." Cécile Babiole explique : "Nous avons mis en place un système de détection radio grâce à un outil en vente libre dans le commerce. Son rôle premier est de recevoir la TNT sur l'ordinateur, c'est donc quelque chose d'accessible à tous. Mais il se trouve que ce petit dongle permet de recevoir beaucoup plus de fréquences que simplement celles de la TNT. En particulier on peut recevoir 1090 Mega-Hertz, ce qui est la fréquence sur laquelle les avions transmettent à chaque seconde leur position et leur identification aux contrôleurs aériens."

Afin de donner vie à son expérience, Cécile Babiole a donc réutilisé cet outil à des fins artistiques. De ce fait elle exploite cet outil conventionnel et permet aux visiteurs de prendre connaissance de l'importance du réseau aérien en fonction du lieu où ils se trouvent.

Ce n'est pas sa première installation qui s'intéresse aux avions. En 2007 déjà, Cécile Babiole avait réalisé Shining field, une installation lumineuse et sonore évoquant une activité aéroportuaire invisible et pourtant omniprésente.

Mais elle "n'avait pas eu l'idée ni les moyens de corréler ça au traffic aérien réel". Elle avait donc ce souhait de refaire une installation en reprenant les codes de Shining Field, mais cette fois "en se concentrant uniquement sur le sonore et non plus le visuel." C'est une oeuvre beaucoup demandée. Cette demande et cette curiosité illustre en quelque sorte "le fait que les gens sont plus écologistes, ou du moins plus sensibles aux nuisances, ils se rendent compte de ce que cela induit en terme de nuisances sonores, de pollution de l'air et que le trafic aérien est pléthorique".

L'installation Couloir Aérien est à découvrir dans la galerie 1 du Rua Red de Dublin jusqu'au 10 juin prochain.
INFORMATIONS :
South Dublin Arts Centre Tallaght,
Dublin 24.
Tel: 01 451 5860
Email: info@ruared.ie

Elisa Mau (www.lepetitjournal.com/dublin) vendredi 12 mai 2017

CREDIT PHOTO D'ILLUSTRATION : CECILE BABIOLE, 8 AOUT 2012 - PRODUCTION RESIDENCY - DIAPO LAMP, IMAL, BRUSSELS
CRÉDIT VIDEO : "SHINING FIELD" @ RENNES, 2008

 
Dublin

ON A TESTÉ POUR VOUS – Le TOKEN, ou l'art du retrogaming

Le TOKEN, un petit paradis de nostalgie qui ravira le gamer qui sommeille en vous.
Avec des compagnies telles que Riot ou Activision/Blizzard, l'Irlande est incontestablement devenue l'une des destinations privilégiées de l'industrie vidéoludique en Europe. Mais il n'est pas nécessaire d'intégrer l'un de ces mastodontes pour réaliser ses rêves professionnels les plus fous. Pour preuve, l'ouverture récente du TOKEN, un petit paradis de nostalgie qui ravira le gamer qui sommeille en vous.
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine