A la Une

POLITIQUE- L'annonce du budget 2011 entre austérité et protestations

Le ministre des Finances, Brian Lenihan a annoncé mardi soir les dispositions pour le budget 2011. Les Irlandais devront payer des impôts plus élevés, tandis que le système de protection sociale verra ses bénéfices réduits. 500 personnes ont manifesté hier devant le Dail

(Photo Céline Pastezeur)

Le budget 2011 a franchi sa première étape avec succès mardi soir, le gouvernement ayant obtenu une majorité de 82 votes contre 77 pour ce premier vote du projet de loi de finances. Les principales mesures annoncées ces dernières semaines y figurent. Alors qu'aucune réduction n'affectera les pensions de retraites, les prestations sociales (chômage, parent isolé, handicapés et assurance maladie) subiront une baisse de huit euros par semaine, et passeront à 188 euros, au lieu de 196. Les allocations familiales subiront, elles, une baisse de dix euros par mois pour deux enfants, et 20 euros pour trois enfants. Le salaire horaire minimum passe de 8,65 à 7,65 euros tandis que les salaires du service public restent inchangés. Seuls les barèmes en début de carrière seront revus à la baisse, ainsi que les allocations retraite des fonctionnaires.
Un salaire maximum est instauré dans la fonction publique, établi à 250.000 euros annuels. Il sera même appliqué à la présidente Mary McAleese. Les salaires du Taoiseach et des ministres seront réduits de 14.000 et 10.000 euros respectivement.
Un nouveau prélèvement (Universal social charge) sera mis en place et englobera les prélèvements sociaux et l'impôt sur le revenu.

Hier matin, sur la radio RTE, le ministre des Affaires étrangères, Micheal Martin, a déclaré que chaque partie de la société serait affectée par le budget. Richard Bruton, porte-parole du Fine Gael, a affirmé, quant à lui, que le budget "manque de réelle ambition d'opérer des changements futurs, il n'y a aucune tentative sérieuse de réforme, aucune stratégie de croissance (...)".

(Photo Marie Villacèque)

Un budget très contesté
Mardi après-midi, aux environs de 15 heures, quelques protestataires étaient postés devant le Dail, en prévision d'une plus grande manifestation en fin de journée. Dans le calme, les Irlandais présents venaient dire leur colère. Des slogans forts tels que "la Leinster House est contrôlée par l'Etat britannique" ou encore "Cher Père Noël, pourrais-je avoir un nouveau gouvernement pour Noël? Brian" attaquaient directement le gouvernement de Brian Cohen. Ce dernier est au plus bas de sa popularité, avec seulement 8% d'opinions favorables.

Vendredi dernier, les partis d'opposition ont rendu publiques leurs propositions pour le budget 2011. Le Fine Gael s'est déclaré en accord avec le gouvernement afin que les dépenses publiques soient réduites de six milliards d'euros, mais il souhaite surtout conserver les taux d'imposition sur le revenus (20% et 41% selon les tranches).
Le Labour a, au contraire, déclaré que seuls 4,5 milliards d'euros devaient être économisés en 2011. Cependant, il ne s'oppose pas à la somme totale, 15 milliards d'euros en moins, qui devrait permettre de réduire les dépenses publiques d'ici 2014. Le Labour souhaiterait appliqué un taux d'imposition de 48% pour les revenus supérieurs à 100.000 euros par an pour une personne seule, 200.000 euros pour un couple.

Le Fonds Monétaire International (FMI) s'est dit satisfait de l'annonce du budget 2011 par le parlement irlandais. "C'est une preuve évidente que l'Irlande cherche à résoudre ses problèmes et à reprendre sa croissance économique".

Marie Villacèque (www.lepetitjournal.com/Dublin) Jeudi 9 décembre 2010

 
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

POLITIQUE – La Suède et la transparence

En Suède, l'affaire Fillon ne fait pas la une, c'est à peine si la presse l'évoque tant il est ici difficile de concevoir qu'un élu emploie…
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine