A la Une

JAMES BOND - 50 ans de classe britannique

 

James Bond est certainement l’espion britannique le plus connu au monde. Son charme, son intelligence, sa classe et ses gadgets on fait de lui un héros indémodable après un demi-siècle au cinéma. Le Barbican Centre lui consacre une rétrospective originale, "Designing 007 : 50 years of Bond Style", jusqu’au 5 septembre. A voir, écouter et regarder !

(Designing 007 - Barbican Installation Images © Jane Hobson)

"Mon nom est Bond, James Bond"… La fameuse réplique de l’agent double 0 7 est mythique. Elle s’enchaîne généralement avec une petite musique récurrente dans tous les films du héros britannique. C’est au rythme de ce refrain que les spectateurs sont accueillis dans l’exposition du Barbican Centre. L’ambiance est feutrée, un lit circulaire est placé au milieu de la pièce avec une femme peinte en or allongée dessus. Pas de doute, nous sommes plongés dans l’épisode Goldfinger diffusé en 1964. La jeune femme est Jill Mesterson et elle est décédée après avoir été peinte en or par le maléfique Auric Goldfinger.

(Designing 007 - Barbican Installation Images © Jane Hobson)

400 accessoires réunis

Storyboards des films, costumes des acteurs et gadgets de Q…Le Barbican Centre a réuni une collection extraordinaire de près de 400 accessoires des 23 films réalisés à ce jour. Une rétrospective originale qui rend un bel hommage au héros de Ian Fleming. Parmi les accessoires phares de l’exposition, on retrouve le fameux pistolet utilisé par le méchant Scaramanga, dans L’homme au pistolet d’or diffusé en 1974. On apprend d’ailleurs qu’il a été spécialement créé et imaginé pour le film à partir d’objets de la vie courante : le canon du pistolet est formé d’un stylo et un bouton de manchette fait office de gâchette. Autre gadget à ne pas manquer, le fameux chapeau du vilain Oddjob, le serviteur de Goldfinger. Avec des rebords rembourrés d’une lame métallique tranchante, ce chapeau était une arme redoutable. Il était équipé d’un moteur électrique pour qu’il puisse voler à la façon d’un frisbee.

Du smoking au bikini

Outre les accessoires du film, l’exposition donne aussi un coup de projecteur sur les costumes. Car la classe de l’espion 007 passe d’abord par son smoking. Les complets de Roger Moore, Sean Connery, Pierce Brosman et plus récemment de Daniel Craig sont ainsi exposés dans une salle au décor de casino. Les James Bond girls ne sont pas épargnées. Le visiteur pourra notamment découvrir le bikini porté par la belle Ursula Andress quand elle sort de l’eau dans le premier film James Bond 007 contre Dr. No sorti en 1962 ainsi que le deux pièces orange de Halle Berry qui la rendait si sexy dans Meurs un autre jour.

(Designing 007 - Barbican Installation Images © Jane Hobson)

Le Barbican Centre expose enfin des dizaines de croquis et storyboards conçus pour fabriquer les décors les plus fous. Il aura fallu par exemple plus de 700 tonnes d’acier pour construire le décor de la base secrète de Ernst Stavro Blofeld, retranché dans le cratère d’un volcan dans On ne vit que deux fois, 1967.

L’exposition "Designing 007 : 50 years of Bond Style" réserve encore bien d’autres surprises et souvenirs liés à James Bond, un héros qui même après 50 ans, n’a pas pris une ride. Et pour terminer la visite en beauté, le Barbican Centre a ouvert un Martini Bar, afin de savourer la boisson favorite du héro de Ian Fleming, une vodka-martini, mais attention, "au shaker, pas à la cuillère" !

Laurène Casseville (www.lepetitjournal.com/londres) Jeudi 19 juillet 2012

Informations :

http://www.barbican.org.uk/bond/#info-tab

Jusqu’au 5 Sep 2012

Du dimanche au mercredi  de 11h – 20h

Du jeudi au Samedi de 10h – 21.30h

Tickets

Standard: £12
Concessions: £10
moins de 16 ans: £8

 

RENCONTRE - John Mahon, musicien de rue

Vous l’avez certainement déjà croisé si vous êtes un habitué de Grafton Street. Chaque semaine, il joue entre 2 et 3 fois dans cette rue piétonne et…
Une internationale

Idée cadeau Saint Valentin : offrez (lui) la Bleu Blanc Box

La Saint Valentin approche à grands pas et comme chaque année, on a envie de faire plaisir à l’être aimé… Idée cadeau romantique : offrez-vous, offrez-lui une Box! La Bleu Blanc Box, coffret cadeau rempli de surprises “Made in France”, s’invite ce mois-ci dans le coeur de tous les amoureux de la France sous la thématique de l’Amour…et ravit tous les expatriés en manque de produits bien de chez nous.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine