JAMES BOND - 50 ans de classe britannique

 

James Bond est certainement l’espion britannique le plus connu au monde. Son charme, son intelligence, sa classe et ses gadgets on fait de lui un héros indémodable après un demi-siècle au cinéma. Le Barbican Centre lui consacre une rétrospective originale, "Designing 007 : 50 years of Bond Style", jusqu’au 5 septembre. A voir, écouter et regarder !

(Designing 007 - Barbican Installation Images © Jane Hobson)

"Mon nom est Bond, James Bond"… La fameuse réplique de l’agent double 0 7 est mythique. Elle s’enchaîne généralement avec une petite musique récurrente dans tous les films du héros britannique. C’est au rythme de ce refrain que les spectateurs sont accueillis dans l’exposition du Barbican Centre. L’ambiance est feutrée, un lit circulaire est placé au milieu de la pièce avec une femme peinte en or allongée dessus. Pas de doute, nous sommes plongés dans l’épisode Goldfinger diffusé en 1964. La jeune femme est Jill Mesterson et elle est décédée après avoir été peinte en or par le maléfique Auric Goldfinger.

(Designing 007 - Barbican Installation Images © Jane Hobson)

400 accessoires réunis

Storyboards des films, costumes des acteurs et gadgets de Q…Le Barbican Centre a réuni une collection extraordinaire de près de 400 accessoires des 23 films réalisés à ce jour. Une rétrospective originale qui rend un bel hommage au héros de Ian Fleming. Parmi les accessoires phares de l’exposition, on retrouve le fameux pistolet utilisé par le méchant Scaramanga, dans L’homme au pistolet d’or diffusé en 1974. On apprend d’ailleurs qu’il a été spécialement créé et imaginé pour le film à partir d’objets de la vie courante : le canon du pistolet est formé d’un stylo et un bouton de manchette fait office de gâchette. Autre gadget à ne pas manquer, le fameux chapeau du vilain Oddjob, le serviteur de Goldfinger. Avec des rebords rembourrés d’une lame métallique tranchante, ce chapeau était une arme redoutable. Il était équipé d’un moteur électrique pour qu’il puisse voler à la façon d’un frisbee.

Du smoking au bikini

Outre les accessoires du film, l’exposition donne aussi un coup de projecteur sur les costumes. Car la classe de l’espion 007 passe d’abord par son smoking. Les complets de Roger Moore, Sean Connery, Pierce Brosman et plus récemment de Daniel Craig sont ainsi exposés dans une salle au décor de casino. Les James Bond girls ne sont pas épargnées. Le visiteur pourra notamment découvrir le bikini porté par la belle Ursula Andress quand elle sort de l’eau dans le premier film James Bond 007 contre Dr. No sorti en 1962 ainsi que le deux pièces orange de Halle Berry qui la rendait si sexy dans Meurs un autre jour.

(Designing 007 - Barbican Installation Images © Jane Hobson)

Le Barbican Centre expose enfin des dizaines de croquis et storyboards conçus pour fabriquer les décors les plus fous. Il aura fallu par exemple plus de 700 tonnes d’acier pour construire le décor de la base secrète de Ernst Stavro Blofeld, retranché dans le cratère d’un volcan dans On ne vit que deux fois, 1967.

L’exposition "Designing 007 : 50 years of Bond Style" réserve encore bien d’autres surprises et souvenirs liés à James Bond, un héros qui même après 50 ans, n’a pas pris une ride. Et pour terminer la visite en beauté, le Barbican Centre a ouvert un Martini Bar, afin de savourer la boisson favorite du héro de Ian Fleming, une vodka-martini, mais attention, "au shaker, pas à la cuillère" !

Laurène Casseville (www.lepetitjournal.com/londres) Jeudi 19 juillet 2012

Informations :

http://www.barbican.org.uk/bond/#info-tab

Jusqu’au 5 Sep 2012

Du dimanche au mercredi  de 11h – 20h

Du jeudi au Samedi de 10h – 21.30h

Tickets

Standard: £12
Concessions: £10
moins de 16 ans: £8

Dublin
A la une

W PROJECT - Le Mexique, une économie oubliée ?

Le Mexique vit un drôle de paradoxe. C’est un pays en pleine croissance, 12ème puissance économique mondiale (PIB), qui n’est pourtant mis sous le feu des projecteurs que pour les nombreux clichés qui lui sont attachés : insécurité, sauce pimentée, ponchos et autres moustachus. Focus du W Project sur un grand oublié.
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

W PROJECT - Le Mexique, une économie oubliée ?

Le Mexique vit un drôle de paradoxe. C’est un pays en pleine croissance, 12ème puissance économique mondiale (PIB), qui n’est pourtant mis sous le feu des projecteurs que pour les nombreux clichés qui lui sont attachés : insécurité, sauce pimentée, ponchos et autres moustachus. Focus du W Project sur un grand oublié.

EMPLOI - Comment trouver un travail à Dubaï ?

Vous avez envoyé des dizaines de CV et n'avez pas reçu une seule réponse d’un employeur ? Arrêtez tout maintenant, faites le point sur votre méthode et apportez ces quelques changements à votre stratégie de recherche d'emploi.
Expat - Politique

EXIL FISCAL – Pas de sauve-qui-peut généralisé

Près de 35.000 contribuables français ont quitté l’Hexagone en 2012. Seuls 587 d’entre eux étaient soumis à l’ISF. Un chiffre encore modeste, mais en hausse de 20% par rapport à 2011. Un rapport dresse les profil de ces expats un peu particuliers

ARNAUD LEROY - "Je suis un parlementaire, donc je veux débattre, proposer et peser sur les orientations"

"Je ne suis pas un lobbyiste mais un relai des Français établis hors de France" affirme clairement, M. Arnaud Leroy, jeune député des Français de la 5ème circonscription. La rédaction de Lisbonne a été à la rencontre de ce "frondeur" afin de l´interroger sur les résultats et les défis qui se posent à lui dans le cadre de son mandat; ceci à un moment où la situation politique est délicate pour la majorité en place.
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.