LÉGISLATIVES 2012 - Christophe Schermesser : "J'ai envie de hausser la voix"

Christophe Schermesser est le candidat du Parti Fédéraliste Européen aux élection législatives dans la troisième circonscription des Français de l'étranger. Il présente aux lecteurs de Lepetitjournal.com son parti ainsi que ses différentes expériences dans trois pays de la circonscription Europe du Nord. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

Lepetitjournal.com - Pouvez-vous vous présenter brièvement à nos lecteurs ?

Christophe Schermesser - J'ai 31 ans, je suis marié et j'ai une fille depuis trois mois. Je vis en Finlande depuis 7 ans et dans la circonscription depuis 10 ans. J'ai habité successivement en Irlande, en Angleterre puis je suis retourné en Irlande et je suis désormais en Finlande.

Dans quelles circonstances vous êtes-vous lancé dans ces élections législatives ?


L'été dernier je me suis rendu compte qu'on pouvait avoir notre propre député pour nous représenter à l'Assemblée. Malheureusement je n'ai trouvé aucun parti qui partageait mes idées. J'ai donc cherché et trouvé le Parti Fédéraliste Européen et comme ils n'avaient pas de candidat ici, je me suis proposé.

Depuis quand êtes-vous engagé politiquement ?


Activement, je débute. Mais j'ai toujours eu des idées très engagées sur l'Europe et ce qu'on devrait en faire. Mon expérience d'avoir voyagé en Europe et d'avoir pu me rendre compte de ce qui marche et ne marche pas m'a donné envie de m'engager et de changer les choses. C'est un constat simple. Quand quelque chose doit être fait, il y a deux solutions : attendre que quelqu'un d'autre le fasse sans se plaindre ou le faire soi-même.

Qu'est-ce que le Parti Fédéraliste Européen ?

C'est un ensemble de plusieurs partis qui avaient différents noms et existences pendant les dix dernières années. C'est un mouvement qui a vocation à promouvoir la constitution d'un état fédéral en Europe qui ne couvre pas forcément tous les pays de l'Union Européenne mais qui débute avec un certain noyau.

À quoi ressemblerait votre Europe parfaite ?

La chose sur laquelle on est tous d'accord, c'est qu'il faut ouvrir un débat pour savoir sous quelle forme on doit monter une fédération. De mon côté, je suis pour une fédération des régions plutôt qu'une fédération des nations. C'est quelque chose qui doit être débattue. Il y a des avantages et des inconvénients dans les deux. Nos régions sont assez petites donc il faudra quelques regroupements pour être au niveau des "Länder" allemands. Il faut que la fédération s'occupe des choses qui sont essentielles pour nous. Pour les affaires étrangères par exemple, il est important de parler d'une seule voix. La fédération aurait aussi sa propre armée, sa propre force policière, ce qui est quand même autre chose que d'avoir 27 polices qui ne collaborent pas autant qu'elles le devraient. On parle également beaucoup des contrôles aux frontières mais ce serait tellement plus simple avec un système fédérale puisqu'on en aurait plus besoin au milieu…Une harmonisation de la justice est aussi nécessaire au moins pour gérer plus facilement les cas transfrontaliers. Même chose pour les services sociaux qui pourraient être établis sur une base commune à tous les pays…Il y a beaucoup de choses qui pourraient être appliquées au niveau européen.

Et en terme de valeurs ?


On pense bien sûr à une Europe solidaire et à une Europe consciente de l'écologie. La protection de l'environnement ne marche pas bien au niveau national. C'est à "coups de hache dans l'eau" alors qu'à l'échelle d'un continent, c'est tout à fait autre chose. Nous voulons aussi une Europe forte capable de parler d'égale à égale avec les États Unis et la Chine, ce qui n'est plus concevable pour un seul Etat.

Lire la suite de l'interview sur notre édition de Londres

Dublin
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine