LÉGISLATIVES 2012 - Christophe Schermesser : "J'ai envie de hausser la voix"

Christophe Schermesser est le candidat du Parti Fédéraliste Européen aux élection législatives dans la troisième circonscription des Français de l'étranger. Il présente aux lecteurs de Lepetitjournal.com son parti ainsi que ses différentes expériences dans trois pays de la circonscription Europe du Nord. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

Lepetitjournal.com - Pouvez-vous vous présenter brièvement à nos lecteurs ?

Christophe Schermesser - J'ai 31 ans, je suis marié et j'ai une fille depuis trois mois. Je vis en Finlande depuis 7 ans et dans la circonscription depuis 10 ans. J'ai habité successivement en Irlande, en Angleterre puis je suis retourné en Irlande et je suis désormais en Finlande.

Dans quelles circonstances vous êtes-vous lancé dans ces élections législatives ?


L'été dernier je me suis rendu compte qu'on pouvait avoir notre propre député pour nous représenter à l'Assemblée. Malheureusement je n'ai trouvé aucun parti qui partageait mes idées. J'ai donc cherché et trouvé le Parti Fédéraliste Européen et comme ils n'avaient pas de candidat ici, je me suis proposé.

Depuis quand êtes-vous engagé politiquement ?


Activement, je débute. Mais j'ai toujours eu des idées très engagées sur l'Europe et ce qu'on devrait en faire. Mon expérience d'avoir voyagé en Europe et d'avoir pu me rendre compte de ce qui marche et ne marche pas m'a donné envie de m'engager et de changer les choses. C'est un constat simple. Quand quelque chose doit être fait, il y a deux solutions : attendre que quelqu'un d'autre le fasse sans se plaindre ou le faire soi-même.

Qu'est-ce que le Parti Fédéraliste Européen ?

C'est un ensemble de plusieurs partis qui avaient différents noms et existences pendant les dix dernières années. C'est un mouvement qui a vocation à promouvoir la constitution d'un état fédéral en Europe qui ne couvre pas forcément tous les pays de l'Union Européenne mais qui débute avec un certain noyau.

À quoi ressemblerait votre Europe parfaite ?

La chose sur laquelle on est tous d'accord, c'est qu'il faut ouvrir un débat pour savoir sous quelle forme on doit monter une fédération. De mon côté, je suis pour une fédération des régions plutôt qu'une fédération des nations. C'est quelque chose qui doit être débattue. Il y a des avantages et des inconvénients dans les deux. Nos régions sont assez petites donc il faudra quelques regroupements pour être au niveau des "Länder" allemands. Il faut que la fédération s'occupe des choses qui sont essentielles pour nous. Pour les affaires étrangères par exemple, il est important de parler d'une seule voix. La fédération aurait aussi sa propre armée, sa propre force policière, ce qui est quand même autre chose que d'avoir 27 polices qui ne collaborent pas autant qu'elles le devraient. On parle également beaucoup des contrôles aux frontières mais ce serait tellement plus simple avec un système fédérale puisqu'on en aurait plus besoin au milieu…Une harmonisation de la justice est aussi nécessaire au moins pour gérer plus facilement les cas transfrontaliers. Même chose pour les services sociaux qui pourraient être établis sur une base commune à tous les pays…Il y a beaucoup de choses qui pourraient être appliquées au niveau européen.

Et en terme de valeurs ?


On pense bien sûr à une Europe solidaire et à une Europe consciente de l'écologie. La protection de l'environnement ne marche pas bien au niveau national. C'est à "coups de hache dans l'eau" alors qu'à l'échelle d'un continent, c'est tout à fait autre chose. Nous voulons aussi une Europe forte capable de parler d'égale à égale avec les États Unis et la Chine, ce qui n'est plus concevable pour un seul Etat.

Lire la suite de l'interview sur notre édition de Londres

Dublin

REPORTAGE PHOTO – Balade dublinoise

Aujourd'hui, le photographe du petitjournal.com/dublin, Christian Hernandez, nous invite à partager son regard lors d'une balade de fin d'après-midi…
A la une

ERIC-EMMANUEL SCHMITT - "J’ai découvert que j’étais français à l’étranger"

Romancier, réalisateur, dramaturge, conteur… À 54 ans, Éric-Emmanuel Schmitt est une machine naturelle à créer. À succès aussi puisque ses œuvres littéraires et théâtrales sont saluées de par le monde et reçoivent des récompenses en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Suisse et, bien sûr, en France. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman épistolaire Le poison d’amour, paru aux éditions Albin Michel, qui plonge dans le journal intime de…
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

SINGAPOUR - Paradis des start-up

Start up Singapour
Selon une étude menée par la Singapore Venture Capital and Private Equity Association (SVCA), Singapour serait le meilleur endroit pour créer et développer une start-up en Asie du Sud-Est .

EXPATRIATION - Je me sens nulle… Est-ce normal docteur ?

"Si je vous disais, Docteur Bobo, que pas plus tard qu’hier je suis restée paralysée au téléphone car il fallait que je prenne rendez-vous chez un médecin et que l’on m’a demandé des tas d’informations notamment sur mon assurance, et là j’ai paniqué. C’était un échange dans la langue locale que je pensais « maîtriser » et pourtant en raccrochant je me suis sentie si « nulle »".
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.