LÉGISLATIVES 2012 - Jérôme Lussan : "Je veux être une force de frappe"

Avocat et chef d'entreprise installé à Londres, Jérôme Lussan est candidat aux élections législatives dans la troisième circonscription. Pour les lecteurs de Lepetitjournal.com, il revient sur les motivations de son engagement. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

Lepetitjournal.com - Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?


Jérôme Lussan - Je vis à Londres depuis 30 ans. Je suis avocat de formation, gérant de mon propre cabinet. J'ai 4 associés et une vingtaine d'employés. J'ai été au lycée français de Londres dès 1982 et à la Westminster School à 14 ans donc je connais plutôt bien les systèmes français et anglais ici. J'ai ensuite étudié le droit européen en Écosse et grâce à Erasmus, j'ai aussi eu l'occasion d'aller étudier en Espagne. Enfin, j’ai fait mon barreau, ici, à Londres.

Pourquoi avoir décidé de vous présenter à ces élections législatives des Français de l'étranger ?

À la fin de l'année 2011, j'ai réorganisé la structure de mes affaires pour être plus libre. Il s'avère que j'ai eu mon deuxième enfant au mois d'août et que c'est à ce moment là, quand je suis allé l'enregistrer au consulat, que j'ai découvert la création de ces circonscriptions pour les Français de l'étranger. Cela s'est combiné avec le fait que j'avais plus de temps et que, peut-être, en étant père de deux enfants, je suis plus inquiet de leur futur. Franchement inquiet, car je ne vois pas comment ils pourraient rentrer en France si on continue dans cette voie. J'ai senti comme un "appel". L'engagement a été très naturel. J'en ai parlé avec ma femme et je lui ai dit que ça allait certainement être très difficile mais que j'espérais bien réussir à faire passer un message très important qui ne pouvait pas avoir de couleur politique.

À quand remonte votre engagement politique ?

La France m'a toujours intéressé et ses élections aussi. La première dont je me souviens c'est 1981, un changement pour la France à l'époque. J'ai toujours eu beaucoup d'intérêt et d'empathie pour ce qui se passe autour de moi et tout autant pour l'idée démocratique. La vie de la société m'interpelle énormément notamment le fait que beaucoup de gens cherchent du travail à l'étranger parce qu'ils n'en trouvent pas en France. Au fur et à mesure des années et des gouvernements, rien n'évolue. La politique est un énorme sujet mais je me suis d'abord concentré sur mes études et mon parcours professionnel. En 2006, j'ai été séduit par le vent de changement annoncé par Nicolas Sarkozy. Je pensais qu'à la suite de son investiture, il porterait ses arguments avec un courage peut-être plus ample que les autres. Je pensais aussi qu'il avait une équipe crédible. Je suis donc devenu membre de l'UMP. Puis très vite, j'ai été déçu par le personnage. J'attendais quelqu'un qui travaille dur à la tache d'une réforme nécessaire en France depuis très longtemps et que personne ne fait. Finalement on a eu le sentiment d'un personnage plus intéressé par son image que par son action. Je ne me suis donc pas renouvelé en tant que membre du parti.

Qu'est ce qui vous empêche aujourd'hui de rejoindre un parti ?

Mon parcours a fait que j'ai toujours côtoyé des gens de tous bords. Au lycée français, plus que maintenant apparemment, il y avait tout type de personnes. On avait des gens du Liban, d'Amérique, des Anglais, donc j'avais des amis de toutes les nationalités et de toutes les sensibilités. C'était la même chose en Écosse où à nouveau, je me suis fait beaucoup d'amis de gauche ou de droite. C'est la discussion politique qui m'a toujours intéressé. Comme j'ai vécu plein de choses différentes, je n'ai pas de problème à partager les opinions des autres. Ça ne veut pas dire que je n'ai pas d'opinion mais plutôt une ouverture d'esprit et une empathie qui à mon avis sont rares.
Ce qui m'empêche d'être rattaché à un parti, c'est qu'aucun ne fait preuve de suffisamment d'écoute et de courage pour avoir la force d'échanger et d'amener des gens de droite comme de gauche à un juste milieu. Je suis convaincu qu'on veut tous la même chose. La démocratie est censée servir au plus grand bien de la société. On a donc tous un but commun. Alors comment se fait-il qu'il y ait un tel clivage en France aujourd'hui ? Je ne comprends pas.
Rester indépendant, c'est très important pour moi. Il est certain que ce sera très dur de gagner dans cette position mais c'est aussi pour cela que j'ai ancré ma campagne sur quatre thèmes. Je veux être une force de frappe. Sur cinq ans, je veux faire les choses comme je les dis. Je veux qu'on me critique si je ne le fais pas, je veux qu'on en débatte si on n'est pas d'accord mais je veux qu'on en parle. Je suis convaincu que ces thèmes sont suffisamment unifiant pour qu'ils soient importants pour nous Français expatriés et pour ceux qui vivent dans l'hexagone.

Vous n'avez pas peur de manquer de poids au Parlement en tant qu'indépendant ?


Je pense que c'est au contraire en étant indépendant que j'aurai du poids à l'Assemblée. Si vous faites partie d'une des grandes équipes politiques, vous devez suivre sa démarche et son message. Vous pouvez essayer de la convaincre mais l'histoire démontre très largement que Paris contrôle tout. Paris décide de tout et les expatriés compteront tant qu'on aura besoin de leur vote mais après ça ils ne seront plus entendus. Alors que moi, j'aurai la liberté de continuer à poursuivre mon message et je suis convaincu que c'est ce qui fera la différence. Les gens disent qu'il y a très peu de députés indépendants mais notez que sur les 11 circonscriptions, il y a beaucoup de candidats qui le sont. C'est parce qu'on se sent différents et qu'on sait qu'on peut porter une voix. J'espère qu'il y aura beaucoup d'indépendants élus parce que ça donnera un nouvel élan à une nouvelle politique. On a un vrai message à porter en tant qu'expatriés. On vit des choses complètement différentes et je crois aussi qu'on est un modèle de courage et de succès.

Lire la suite de l'interview sur notre édition de Londres

Les autres candidats de la circonscription :

LÉGISLATIVES 2012 - Axelle Lemaire : "Un énorme défi à relever"
Axelle Lemaire est la candidate du Parti socialiste aux législatives de 2012 pour les Français d'Europe du Nord (3e circonscription). Elle se présente et explique son projet aux lecteurs du PetitJournal.com. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés. Demain retrouvez l'interview d'Emmanuelle Savarit, candidate UMP dans cette même circonscription

LÉGISLATIVES 2012 - Emmanuelle Savarit : "Je suis passée par toutes les étapes"
Après Axelle Lemaire hier, c'est au tour d'Emmanuelle Savarit, candidate UMP aux législatives de 2012 pour les Français d'Europe du Nord (3e circonscription) de répondre aux questions du PetitJournal.com. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Olivier Bertin : "Je défends mes positions"
Olivier Bertin est le candidat du parti Europe Écologie-Les Verts aux élections législatives de 2012 pour les Français d'Europe du Nord (3e circonscription). Il se présente et explique son projet aux lecteurs de Lepetitjournal.com. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Gaspard Koenig : "Donner une voix aux idées libérales"
Gaspard Koenig est le candidat du Parti Libéral Démocrate aux élections législatives de 2012 pour les Français d'Europe du Nord (3e circonscription). Il explique sa vision du libéralisme et de la fonction de député représentant les Français de l'étranger aux lecteurs de Lepetitjournal.com. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Marie-Claire Sparrow : "Je suis concrète et pratique"
Marie-Claire Sparrow est candidate aux élections législatives pour les Français de l'étranger d'Europe du Nord (3e circonscription) pour le Rassemblement des Français de l'Étranger. Avocate et conseillère à l'Assemblée des Français de l'étranger, elle explique à Lepetitjournal.com ses motivations. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Olivier Cadic : "C'est la voix de la troisième France"

Après avoir officialisé sa candidature aux élections législatives dans la troisième circonscription la semaine dernière, Olivier Cadic répond aux questions de Lepetitjournal.com. Il revient sur son parcours, son projet et sa vision de la politique. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Will Mael Nyamat : "Je suis né dans la politique"
Will Maël Nyamat est le candidat du Mouvement Progressiste aux élections législatives dans la troisième circonscription. Pour les lecteurs de Lepetitjournal.com, il revient sur son parcours, ses motivations et sa campagne. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Ezella Sahraoui : "Quand je fais quelque chose, c'est toujours à fond"
Ezella Sahraoui est la candidate du Parti Radical de Gauche aux élections législatives dans la troisième circonscription. Pour les lecteurs de Lepetitjournal.com, elle revient sur son parcours, ses motivations et le message qu'elle souhaite porter. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Aberzack Boulariah : "Il faut une personne qui n’appartienne à aucun parti"
Chef d'entreprise installé en Irlande,  Aberzack Boulariah est candidat aux élections législatives dans la troisième circonscription. Pour les lecteurs de Lepetitjournal.com, il revient sur son parcours et ses motivations. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

Retrouvez tous les articles Élections 2012 sur notre site :

http://www.lepetitjournal.com/elections-2012.html

Dublin
A la une

IDEES CADEAUX - Christmas is coming !

Vous n'avez rien prévu pour vos cadeaux de Noël ? Que ce soit pour vos enfants mais aussi pour votre conjoint(e) et proches ? Pas de panique ! lepetitjournal.com vous aide à garnir la hotte du Père Noël.
France/Monde
En direct d'Europe
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Appel à candidatures

Vous résidez à l'étranger? Vous avez un parcours hors du commun? Le 17 mars prochain, sept Français de l'étranger seront récompensés lors d’une soirée de prestige au Quai d'Orsay organisée par LEPETITJOURNAL.COM en présence de M. Mathias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce Extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger. Alors n'attendez plus, postulez !
Expat
Expat - Emploi

FRANÇAIS À L'ÉTRANGER – Quand les entreprises protègent leurs salariés

Certains travaillent au large du Libéria sur des plateformes pétrolières, d’autres sont basés en Afghanistan pour le compte d’ONG ou encore dans des zones reculées de l’Inde pour gérer l’exploitation de centres de production. Tous sont des expatriés. Ils vivent dans des situations parfois extrêmes. Leurs employeurs en sont conscients et bien souvent font appel à des prestataires extérieurs pour assurer leur sécurité. Rencontre avec International SOS & Control Risks
Expat - Politique

PRELEVEMENTS SOCIAUX DES NON-RESIDENTS - Comment faire pour espérer être remboursés ?

Votés en 2012, les prélèvements sociaux (CSG-CRDS) sur les plus-values et revenus immobiliers pour les contribuables français non résidents ont été reconduits dans la loi de finances 2015. La Commission Européenne a ouvert une procédure d’infraction contre la France sur la conformité au droit européen de ces prélèvements. En cas d'issue favorable, attendue début 2015, comment espérer un remboursement rétroactif ?
Magazine
Francophonie

FRANCOPHONIE – LE XVe Sommet à Dakar

Le 15e Sommet de la Francophonie se déroule à Dakar du 29 au 30 novembre. Les chefs d’État et de gouvernement de l’OIF se réunissent pour définir les prochaines orientations de la Francophonie, statuer sur l’admission de nouveaux pays membres et élire le prochain Secrétaire général de la Francophonie. Invité de France 24, RFI et TV5 Monde, François Hollande a tenu à rappeler que la France était "au service de la francophonie".