LÉGISLATIVES 2012 - Jérôme Lussan : "Je veux être une force de frappe"

Avocat et chef d'entreprise installé à Londres, Jérôme Lussan est candidat aux élections législatives dans la troisième circonscription. Pour les lecteurs de Lepetitjournal.com, il revient sur les motivations de son engagement. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

Lepetitjournal.com - Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?


Jérôme Lussan - Je vis à Londres depuis 30 ans. Je suis avocat de formation, gérant de mon propre cabinet. J'ai 4 associés et une vingtaine d'employés. J'ai été au lycée français de Londres dès 1982 et à la Westminster School à 14 ans donc je connais plutôt bien les systèmes français et anglais ici. J'ai ensuite étudié le droit européen en Écosse et grâce à Erasmus, j'ai aussi eu l'occasion d'aller étudier en Espagne. Enfin, j’ai fait mon barreau, ici, à Londres.

Pourquoi avoir décidé de vous présenter à ces élections législatives des Français de l'étranger ?

À la fin de l'année 2011, j'ai réorganisé la structure de mes affaires pour être plus libre. Il s'avère que j'ai eu mon deuxième enfant au mois d'août et que c'est à ce moment là, quand je suis allé l'enregistrer au consulat, que j'ai découvert la création de ces circonscriptions pour les Français de l'étranger. Cela s'est combiné avec le fait que j'avais plus de temps et que, peut-être, en étant père de deux enfants, je suis plus inquiet de leur futur. Franchement inquiet, car je ne vois pas comment ils pourraient rentrer en France si on continue dans cette voie. J'ai senti comme un "appel". L'engagement a été très naturel. J'en ai parlé avec ma femme et je lui ai dit que ça allait certainement être très difficile mais que j'espérais bien réussir à faire passer un message très important qui ne pouvait pas avoir de couleur politique.

À quand remonte votre engagement politique ?

La France m'a toujours intéressé et ses élections aussi. La première dont je me souviens c'est 1981, un changement pour la France à l'époque. J'ai toujours eu beaucoup d'intérêt et d'empathie pour ce qui se passe autour de moi et tout autant pour l'idée démocratique. La vie de la société m'interpelle énormément notamment le fait que beaucoup de gens cherchent du travail à l'étranger parce qu'ils n'en trouvent pas en France. Au fur et à mesure des années et des gouvernements, rien n'évolue. La politique est un énorme sujet mais je me suis d'abord concentré sur mes études et mon parcours professionnel. En 2006, j'ai été séduit par le vent de changement annoncé par Nicolas Sarkozy. Je pensais qu'à la suite de son investiture, il porterait ses arguments avec un courage peut-être plus ample que les autres. Je pensais aussi qu'il avait une équipe crédible. Je suis donc devenu membre de l'UMP. Puis très vite, j'ai été déçu par le personnage. J'attendais quelqu'un qui travaille dur à la tache d'une réforme nécessaire en France depuis très longtemps et que personne ne fait. Finalement on a eu le sentiment d'un personnage plus intéressé par son image que par son action. Je ne me suis donc pas renouvelé en tant que membre du parti.

Qu'est ce qui vous empêche aujourd'hui de rejoindre un parti ?

Mon parcours a fait que j'ai toujours côtoyé des gens de tous bords. Au lycée français, plus que maintenant apparemment, il y avait tout type de personnes. On avait des gens du Liban, d'Amérique, des Anglais, donc j'avais des amis de toutes les nationalités et de toutes les sensibilités. C'était la même chose en Écosse où à nouveau, je me suis fait beaucoup d'amis de gauche ou de droite. C'est la discussion politique qui m'a toujours intéressé. Comme j'ai vécu plein de choses différentes, je n'ai pas de problème à partager les opinions des autres. Ça ne veut pas dire que je n'ai pas d'opinion mais plutôt une ouverture d'esprit et une empathie qui à mon avis sont rares.
Ce qui m'empêche d'être rattaché à un parti, c'est qu'aucun ne fait preuve de suffisamment d'écoute et de courage pour avoir la force d'échanger et d'amener des gens de droite comme de gauche à un juste milieu. Je suis convaincu qu'on veut tous la même chose. La démocratie est censée servir au plus grand bien de la société. On a donc tous un but commun. Alors comment se fait-il qu'il y ait un tel clivage en France aujourd'hui ? Je ne comprends pas.
Rester indépendant, c'est très important pour moi. Il est certain que ce sera très dur de gagner dans cette position mais c'est aussi pour cela que j'ai ancré ma campagne sur quatre thèmes. Je veux être une force de frappe. Sur cinq ans, je veux faire les choses comme je les dis. Je veux qu'on me critique si je ne le fais pas, je veux qu'on en débatte si on n'est pas d'accord mais je veux qu'on en parle. Je suis convaincu que ces thèmes sont suffisamment unifiant pour qu'ils soient importants pour nous Français expatriés et pour ceux qui vivent dans l'hexagone.

Vous n'avez pas peur de manquer de poids au Parlement en tant qu'indépendant ?


Je pense que c'est au contraire en étant indépendant que j'aurai du poids à l'Assemblée. Si vous faites partie d'une des grandes équipes politiques, vous devez suivre sa démarche et son message. Vous pouvez essayer de la convaincre mais l'histoire démontre très largement que Paris contrôle tout. Paris décide de tout et les expatriés compteront tant qu'on aura besoin de leur vote mais après ça ils ne seront plus entendus. Alors que moi, j'aurai la liberté de continuer à poursuivre mon message et je suis convaincu que c'est ce qui fera la différence. Les gens disent qu'il y a très peu de députés indépendants mais notez que sur les 11 circonscriptions, il y a beaucoup de candidats qui le sont. C'est parce qu'on se sent différents et qu'on sait qu'on peut porter une voix. J'espère qu'il y aura beaucoup d'indépendants élus parce que ça donnera un nouvel élan à une nouvelle politique. On a un vrai message à porter en tant qu'expatriés. On vit des choses complètement différentes et je crois aussi qu'on est un modèle de courage et de succès.

Lire la suite de l'interview sur notre édition de Londres

Les autres candidats de la circonscription :

LÉGISLATIVES 2012 - Axelle Lemaire : "Un énorme défi à relever"
Axelle Lemaire est la candidate du Parti socialiste aux législatives de 2012 pour les Français d'Europe du Nord (3e circonscription). Elle se présente et explique son projet aux lecteurs du PetitJournal.com. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés. Demain retrouvez l'interview d'Emmanuelle Savarit, candidate UMP dans cette même circonscription

LÉGISLATIVES 2012 - Emmanuelle Savarit : "Je suis passée par toutes les étapes"
Après Axelle Lemaire hier, c'est au tour d'Emmanuelle Savarit, candidate UMP aux législatives de 2012 pour les Français d'Europe du Nord (3e circonscription) de répondre aux questions du PetitJournal.com. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Olivier Bertin : "Je défends mes positions"
Olivier Bertin est le candidat du parti Europe Écologie-Les Verts aux élections législatives de 2012 pour les Français d'Europe du Nord (3e circonscription). Il se présente et explique son projet aux lecteurs de Lepetitjournal.com. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Gaspard Koenig : "Donner une voix aux idées libérales"
Gaspard Koenig est le candidat du Parti Libéral Démocrate aux élections législatives de 2012 pour les Français d'Europe du Nord (3e circonscription). Il explique sa vision du libéralisme et de la fonction de député représentant les Français de l'étranger aux lecteurs de Lepetitjournal.com. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Marie-Claire Sparrow : "Je suis concrète et pratique"
Marie-Claire Sparrow est candidate aux élections législatives pour les Français de l'étranger d'Europe du Nord (3e circonscription) pour le Rassemblement des Français de l'Étranger. Avocate et conseillère à l'Assemblée des Français de l'étranger, elle explique à Lepetitjournal.com ses motivations. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Olivier Cadic : "C'est la voix de la troisième France"

Après avoir officialisé sa candidature aux élections législatives dans la troisième circonscription la semaine dernière, Olivier Cadic répond aux questions de Lepetitjournal.com. Il revient sur son parcours, son projet et sa vision de la politique. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Will Mael Nyamat : "Je suis né dans la politique"
Will Maël Nyamat est le candidat du Mouvement Progressiste aux élections législatives dans la troisième circonscription. Pour les lecteurs de Lepetitjournal.com, il revient sur son parcours, ses motivations et sa campagne. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Ezella Sahraoui : "Quand je fais quelque chose, c'est toujours à fond"
Ezella Sahraoui est la candidate du Parti Radical de Gauche aux élections législatives dans la troisième circonscription. Pour les lecteurs de Lepetitjournal.com, elle revient sur son parcours, ses motivations et le message qu'elle souhaite porter. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

LÉGISLATIVES 2012 - Aberzack Boulariah : "Il faut une personne qui n’appartienne à aucun parti"
Chef d'entreprise installé en Irlande,  Aberzack Boulariah est candidat aux élections législatives dans la troisième circonscription. Pour les lecteurs de Lepetitjournal.com, il revient sur son parcours et ses motivations. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

Retrouvez tous les articles Élections 2012 sur notre site :

http://www.lepetitjournal.com/elections-2012.html

Dublin

PORTRAIT D’EXPAT – Léa, cuisinière au Marker hôtel

A l’occasion de son bac pro restauration en alternance à Paris, Léa, 19 ans, s’est vu proposé une bourse de région afin d’effectuer un stage en Europe. Désireuse de travailler son anglais, l’Irlande fut son premier choix : ‘’je n’aime pas l’Angleterre, Londres c’est trop comme Paris. J’avais envie de dépaysement’’. Aujourd’hui, elle nous avoue être satisfaite de son choix, car ici ‘’les gens sont cools et l’ambiance de vie ici est très…
A la une

ANTOINE GRASSIN – "Etre le premier contact avec les étudiants"

Antoine Grassin est le directeur général de Campus France, l’organisme public dont les principales missions sont la promotion de l’enseignement supérieur français à l’étranger, l’accueil des étudiants étrangers en France et la gestion des boursiers des gouvernements français et étrangers. Ses missions sont d’autant plus importantes dans un contexte de hausse de la mobilité internationale avec 4 millions d’étudiants en mobilité aujourd’hui, dont…
France/Monde
En direct d'Europe
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala
Expat
Expat - Emploi

SALON S’EXPATRIER MODE D’EMPLOI – Rencontre avec les candidats au départ

Vendredi 27 mars la Cité Universitaire de Paris accueillait le Salon S’expatrier : mode d’emploi. Plusieurs stands et conférences étaient proposés aux futurs candidats au départ afin de les renseigner et de les accompagner dans leurs démarches administratives. Qui sont-ils et pourquoi souhaitent-ils partir ?

FRANCOPHONIE – Le français, la langue morte des entreprises ?

Yves Montenay yvesmontenay.fr
À l’heure de la mondialisation, l’anglais a un statut hégémonique dans le monde de l’entreprise. Qu’en est-il du français ? Peut-il encore être considéré comme une langue de travail ? Yves Montenay, directeur de l’Institut de culture, économie et géopolitique, et ancien chef d’entreprise, estime que c’est une valeur essentielle à la santé des entreprises francophones.
Expat - Politique

CLAUDINE LEPAGE ET PHILIP CORDERY – “Il y a un vrai risque pour le réseau d’enseignement français à l’étranger”

La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 recommandations visant à contenir les frais de scolarité dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger. Au menu, économies, recherches de partenariats et de nouvelles sources de financement et renforcement du rôle de l’Ambassadeur.

FRANCOPHONIE - Fleur Pellerin lance la 20e édition de la semaine de la langue Française

"La langue française est langue d’accueil " c’est le thème de la 20e édition de la semaine de langue française, lancée par la ministre de la culture et de la communication Fleur Pellerin ce mercredi 11 mars à Paris. Avec les événements de ce début d’année, la langue française devient un outil stratégique d’unification et de tolérance pour les francophones.
Magazine
Francophonie

EXPO UNIVERSELLE 2015 – Les pavillons de la Francophonie

Lors de l'exposition universelle 2015, 145 pays seront représentés. Parmi eux, une trentaine sont membres de l'Organisation Internationale de la Francophonie. On compte également quelques grands absents comme le Canada ou la Grèce. A l'occasion de la semaine de la langue française et en cette Journée Internationale de la Francophonie, lepetitjournal.com vous propose un panorama non exhaustif des pavillons, membres de l’OIF.

JEAN-FRANÇOIS BLAREL - La francophonie: un partenariat gagnant pour tous les participants

Le 20 mars est traditionnellement la date lors de laquelle un peu partout dans le monde on fête la francophonie. Alors qu´au Portugal un certain nombre de changements sont en cours au sein des structures françaises, Lepetitjournal.com a voulu interroger l´ambassadeur de France, M. Jean-François Blarel sur l´importance de cette célébration et sur le poids de la présence française dans le pays.