ÉLECTIONS 2012 - Olivier Bertin : "Je défends mes positions"

Olivier Bertin est le candidat du parti Europe Écologie-Les Verts aux élections législatives de 2012 pour les Français d'Europe du Nord (3e circonscription). Il se présente et explique son projet aux lecteurs de Lepetitjournal.com. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

 

(Crédit: Elisabeth Blanchet)

LePetitJournal.com - Pouvez-vous revenir sur votre parcours depuis que vous vivez à Londres ?


Olivier Bertin - Je suis arrivé à Londres en 1992 pour y passer quelques mois et apprendre l'anglais. Je n'avais pas l'intention de rester et finalement cela fait 20 ans déjà. J'ai travaillé pendant 16 ans au lycée français Charles de Gaulle, d'abord comme surveillant puis comme professeur de sport. En parallèle, j'avais créé une agence de cours particulier. J'ai donc quitté le lycée français il y a quatre ans pour m'y consacrer. Et puis, il y a deux ans, j'ai aussi développé le projet de création d'une école maternelle bilingue "Les Petites étoiles". Elle est ouverte depuis un an et fonctionne bien.

Pourquoi vous engagez-vous en politique et pourquoi chez Europe Écologie-Les Verts ?


Je m'intéresse à la politique depuis longtemps. C'est un goût, une envie personnelle. Déjà étudiant, j'étais actif dans les syndicats puis dans certains partis politique. Il y a cinq ans, j'ai d'abord adhéré au Green Party, parce que les Verts français n'étaient à l'époque pas encore organisés à l'étranger. J'ai d'ailleurs été candidat à Brixton, où je vis depuis 20 ans, pour des élections locales. J'étais impliqué dans une association de quartier et dans ma zone, le Green Party n'avait pas de candidat. Ils m'ont donc demandé si j'étais volontaire et j'ai accepté. C'était plus pour montrer l'existence du parti que pour être élu puisqu'il n'y avait quasiment aucune chance. J'ai malgré tout réussi un meilleur score que les conservateurs avec 9,8% des voix et ça a été une bonne expérience. Et puis il y a deux ans, Europe Écologie, sous l'impulsion de Daniel Cohn Bendit, s'est constitué et j'ai immédiatement adhéré à ce parti qui me correspondait à la fois pour sa cause environnementale bien sûr mais aussi pour les valeurs sociales qu'il défendait. Beaucoup plus d'ailleurs que le Green Party qui n'est pas assez pro-européen à mon goût.

Vous êtes aussi élu à l'Assemblée des Français de l'Étranger (AFE) depuis 2001…Quel est votre rôle ?

Nous représentons les Français du Royaume-Uni auprès des administrations françaises locales comme le consulat et l'ambassade. Nous participons aussi à des commissions consulaires pour donner notre avis sur ce qui se passe à Londres. Nous nous retrouvons aussi deux ou quatre fois par an à Paris pour donner notre avis sur des réglementations qui concernent les Français de l'étranger. C'est un rôle qui va je pense changer fortement. Avec la création des députés de l'étranger, on n'aura plus à donner notre avis puisque ce sont eux qui voteront pour ces lois. L'AFE a donc deux avenirs possibles. Soit elle se transforme en collectivité locale des Français de l'étranger avec une décentralisation, soit elle disparait.
Pour l'instant, le groupe de l'Association Démocratique des Français de l'Étranger (ADFE) est très favorable à une décentralisation. Il le relaie fortement auprès du Parti socialiste et d'Europe Écologie. On peut donc imaginer et espérer que le futur gouvernement sera assez sensibilisé.

Qu'est ce que signifie l'écologie pour vous ?

Le titre du programme d'Europe Écologie-Les Verts est "vivre mieux". L'écologie représente pour moi quelque chose de global. C'est bien sûr la protection de l'environnement mais c'est aussi améliorer la qualité de vie de chacun d'entre nous tout en prenant en compte les générations à venir. L'environnement est à prendre en compte puisqu'on va leur léguer mais c'est aussi par exemple ne pas leur laisser une dette importante. Le nucléaire non plus n'est pas un cadeau très sympa à laisser à nos petits enfants. Tout comme la crise financière. Il y a un problème sérieux à ce niveau là et la réaction actuelle qui consiste à dire que c'est la faute des banquiers est un peu simpliste. C'est une réaction de bouc émissaire alors que je pense que la responsabilité est plutôt à chercher du côté des politiques. Le problème est qu'il n'y a pas eu de cadre qui régissait cette pratique. Il faut donc commencer par imposer une régulation.  
L'écologie, c'est considérer l'avenir mais aussi se garantir une certaine qualité de vie. C'est un équilibre à trouver et un défi important à relever. "Mieux Vivre", c'est quelque chose de très quotidien. Il y a des changements de mentalité nécessaires  et les politiques ne résoudront pas tout mais il y a des démarches très concrètes à avoir. Dans notre école par exemple, on essaye à travers l'alimentation avec un potager pour nos élèves et de la nourriture "bio". C'est important qu'il y ait une prise de conscience de notre façon de vivre, quelles sont nos ressources, comment on les utilise, comment on les produit…Ça fait partie de notre qualité de vie. Gagner de l'argent n'est pas un but ultime. Avoir des loisirs, être en bonne santé, c'est au moins aussi important. C'est un discours qu'on entend moins en période de crise économique, quand les gens ont des difficultés mais je crois pourtant qu'il ne faut pas l'oublier. Lire la suite sur l'édition de Londres du petitjournal.com

Les autres candidats de la circonscription :

ÉLECTIONS 2012 - Axelle Lemaire : "Un énorme défi à relever"
Axelle Lemaire est la candidate du Parti socialiste aux législatives de 2012 pour les Français d'Europe du Nord (3e circonscription). Elle se présente et explique son projet aux lecteurs du PetitJournal.com. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés. Demain retrouvez l'interview d'Emmanuelle Savarit, candidate UMP dans cette même circonscription

ÉLECTIONS 2012 - Emmanuelle Savarit : "Je suis passée par toutes les étapes"
Après Axelle Lemaire hier, c'est au tour d'Emmanuelle Savarit, candidate UMP aux législatives de 2012 pour les Français d'Europe du Nord (3e circonscription) de répondre aux questions du PetitJournal.com. Pour la première fois, les Français de l’étranger, estimés à environ 2,2 millions, seront représentés en 2012 à l’Assemblée par 11 députés

Retrouvez tous les articles Élections 2012 sur notre site :

http://www.lepetitjournal.com/elections-2012.html



Dublin

IRLANDE - Pays le plus mondialisé du monde

D’après l’étude annuelle du KOF Centre de recherches conjoncturelles de Zürich sur la mondialisation, l’Irlande est le pays le "plus mondialisé" du monde, selon l’enquête menée à partir de données de l’année 2011. 
A la une

DROIT- Que faire en cas de séparation à l'étranger ?

Que faire lorsque son couple bat de l'aile à l'étranger ? Vers quel pays se tourner ? Isabelle Rein-Lescastereyres et Rahima Nato-Kalfane, avocates spécialisées en droit international de la famille répondent à ces questions.
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

DECATHLON - Au top de sa forme en Chine !

Du matériel et des vêtements pour 60 sports en magasin, bien sûr, mais c’est avant tout la promotion du sport que la marque française souhaite développer. Interview de Pannya Khamphommala, directeur de la distribution Chine, qui nous donne les facteurs clés du succès de la marque lilloise

TRANSITION DE CARRIERE - Les 3 freins les plus fréquents pour les expatriées

Suivre son conjoint en expatriation est une occasion qui permet de prendre du recul sur sa vie et sa carrière. C’est à ce moment-là que nous nous apercevons de tous les besoins que nous avons et nous souhaitons les rééquilibrer. Accompagnant des femmes en transition de carrière depuis plus de 3 ans maintenant, voici les 3 principaux freins au passage à l’action que j’ai identifiés.
Expat - Politique
Magazine
Les trophées 2014

TROPHEES 2014 - Revivez la soirée en vidéo avec France Diplomatie et France 24

À l'initiative du petitjournal.com, les "Trophées des Français de l'étranger" ont été remis à leurs sept lauréats jeudi 6 mars au Quai d'Orsay, en présence de Mme Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l'étranger. Découvrez les reportages consacrés aux lauréats sur France 24 et la vidéo officielle de la soirée réalisée par le ministère des Affaires étrangères