Dubaï

PHILIPPE BLANCHARD s'exprime sur l'expo 2020 "Mobilité, Durabilité et Opportunité"

PHILIPPE BLANCHARD fut le Senior advisor pour Son Excellence Reem Al Hashimy, Ministre et Directrice Générale du comité d’organisation de l’Exposition universelle de 2020. Il a lancé un nouveau projet mais nous parle de la formidable aventure qui lui fit découvrir Dubai et les EAU : Expo 2020.

Lepetitjournal/dubai : La ville de Dubaï va accueillir l’Exposition universelle en octobre 2020. Philippe, vous avez travaillé pour cet événement depuis le début, lorsque le comité de candidature constituait le dossier en 2012. Racontez-nous les étapes d’une telle ambition.

Philippe Blanchard : En novembre 2011,SheikhMohammed bin Rashid Al Maktoum a officialisé la candidature de Dubaï pour l’Exposition Universelle de 2020. À partir de ce moment-là, un comité a été constitué pour répondre aux cahiers des charges envoyés par le Bureau International des Expositions (BIE), structure faîtière des « Expositions internationales ». Dès janvier 2012, j’ai commencé à travailler avec ce comité de candidature, fort de ma précédente expérience au sein du Comité International Olympique pendant une douzaine d’années. J’ai orchestré la rédaction et publication du Dossier de candidature. Même si notre structure est passée à plus d’une trentaine d’experts,  le temps pressait pour répondre aux quatorze « articles » provenant du cahier des charges du BIE, d’autant plus que nous avions décidé de compléter ces questions par des éléments qui nous étaient essentiels : la technologie, la durabilité, la legacy et les plans long-terme… Nous avons remis notre dossier le 2 décembre 2012, anniversaire de la création du pays, près d’un an avant l’élection (27 novembre 2013). Nous avons ensuite parcouru le monde pour convaincre les pays membres du BIE de la qualité de notre projet. Nous voulions présenter la vision du développement de Dubai, telle que voulue par Sheikh Mohammed, et montrer les synergies potentielles aux 163 pays votants. La concurrence fut féroce, avec les 4 autres villes: Sao Paulo (Brésil), Izmir (Turquie), Yekaterinburg (Russie) et Ayutthaya (Thaïlande). Le 27 novembre 2013, au dernier tour de vote, avec 116 voix pour Dubai contre 47 pour Yekaterinburg, les Emirats arabes unis ont été retenus pour accueillir l’Exposition universelle de 2020. Depuis ce jour, nous sommes passés en Comité d’organisation : l’équipe et la vision initiale sont toujours présentes, ce qui est assez exceptionnel pour ce type de projet.

Vous êtes aujourd’hui un expert reconnu dans ce que l‘on appelle les « Méga événements ». Racontez-nous votre parcours.

Etudiant à l’EDHEC, j’ai participé à une création d’entreprise. Nous proposions à nos clients de se réorganiser autour de leurs fonctions commerciales. Cette approche était novatrice à l’époque mais nous avons eu des divergences et nous nous séparâmes. Bull Information systems, un de mes clients, m’embaucha alors pour diriger un département marketing et communication.  J’y ai découvert les potentiels de la technologie et de l’innovation et j’ai alors intégré un troisième cycle ingénieur à l’Ecole Centrale Paris. Ensuite, je suis parti chez Accenture afin de travailler sur les Jeux Olympiques d’Albertville où j’ai eu la charge l’intégration des systèmes d’information, outils techniques et processus qui soutiennent les fonctions des Jeux (Planification, télédiffusion, logistique, billetterie, résultats, …). Un vrai poste de chef de projet multifonction. Pendant ces Jeux, j’ai été chargé de présenter à nos prospects et clients ce que nous avions mis en place. De nouvelles missions ont ensuite suivi, toujours dans l’innovation. Le MEDEF m a ensuite proposé de créer un des premiers think tanks sur les Technologies Information Communication en France. Ce poste m’a permis de concilier stratégie, organisation et innovation et de travailler de manière plus internationale sur des projets complexes, avec de nombreuses parties prenantes (Entreprises, Presse, centres de recherche, groupes de pression…). C’est comme consultant que j’ai aidé le Comité International Olympique en 2000 sur le programme de transfert des connaissances et en 2003, le Président Rogge m’a demandé de créer et diriger un nouveau département sur les connaissances et l’innovation. Nous gérions les photos et les films et nous étions aussi chargés de récolter l’expertise des villes organisatrices de Jeux Olympiques, afin de définir les bonnes pratiques pour les prochains organisateurs. Après une dizaine d’années au sein du CIO, j’ai eu l’honneur de rejoindre les équipes de Dubai pour gérer le dossier de candidature pour Expo 2020. Je suis toujours porté par l’enthousiasme de mes débuts et mon admiration pour Son Excellence Reem et les dirigeants de Dubai.

L’Exposition universelle aura lieu du 20 octobre 2020 au 10 avril 2021. Pouvez-vous nous communiquer quelques chiffres sur ce méga événement ?

Le comité d’organisation vise 25 millions de visites dont 70 % viendront de l’international. Avec parfois plus de 200 000 visiteurs par jour, ce sera comme une ville avec 250 lieux d’expositions (pour les pavillons des pays, organisations internationales et Universités). Cela permettra à la grande majorité des 200 communautés présentes à Dubaï de pouvoir apprécier leur culture et pavillon nationaux durant les 6 mois de l’Expo. SheikhMohammed bin Rashid Al Maktoum a choisi le thème « Connecter les esprits, Construire le futur ». C’est très novateur dans la manière d’aborder un événement de cette ampleur : on parle du « comment » (les partenariats) et non plus du « quoi », ce que faisaient les Expositions jusqu’ici (l’Age de l’atome, la Conquête spatiale, la Ville ou la Nourriture…). Expo développe trois sous-thèmes : Mobilité (transport, logistique des personnes, connaissances et données), Durabilité (préservation des ressources pour les générations futures), Opportunité (nouveaux modèles de développement économique et social). Pour faire de cette Exposition universelle un événement unique, 50 000 personnes travailleront tous les jours sur le site afin de garantir une expérience unique pour nos tous visiteurs et participants du monde entier.

Pouvez-vous nous communiquer quels sont vos nouveaux projets ?

Je reste fidèle à mes passions et Dubai : je travaille maintenant sur un très gros projet qui marie Evénements, Innovation et Technologie. Il s’inscrit dans la continuité de Expo 2020 et d’autres initiatives pour le développement international de Dubai et des EAU. Je suis persuadé qu’il rencontrera un énorme succès mais je ne peux pas en divulguer plus pour le moment.

Pétronille Rostagnat (lepetitjournal.com/dubaï) republication du 28 Mai 2017

Pétronille est rédactrice au petit journal de Dubaï et romancière. Elle a sorti son premier roman policier, la fée noire, aux éditions Incartade(s) en juin 2016.

 
A la Une à Dubaï

TATIANA ANTONELLI ABELLA - « J’ai un rêve : un monde sans plastique. Que cela nécessite 20 ou 100 ans, c’est aujourd’hui que l’on doit s’y mettre »

Tatiana est la fée verte derrière de nombreuses initiatives visant à promouvoir un Dubai plus proche de la nature et respectueuse de son environnement. C’est la créatrice de l’entreprise sociale Goumbook, des campagnes «Give a Ghaf Tree Planting Program » et « Drop it : Re-think plastic ». La passion de l’écologie chevillée au corps, elle serait capable de convaincre n’importe quel industriel pur et dur de s’engager vers le développement…
Une internationale
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine