Dubaï

WAFA LAKSIRI-SKANDRY - "Au travers de Women In Dubaï, je veux encourager le potentiel des femmes d’expats. Qu’on sorte des clichés !"

Quand son mari lui a annoncé la nouvelle de partir vivre à Dubaï, pour Wafa ce fut une évidence ! Cette amoureuse du Moyen-Orient y vit depuis un an, et n’a pas hésité à quitter son emploi dans le tourisme pour le suivre. Si la ville l’enchante, elle se retrouve vite seule... Déterminée à ne pas le rester, elle monte le groupe Facebook « Women In Dubaï » (WID), avec quatre autres femmes, Sophie, Ihsane, Aurore et Elizabeth. Depuis ce temps, plus de 800 membres sont inscrits et font vivre cette communauté !

lepetitjournal.com/dubai : Comment est venue l’idée de monter le groupe « Women In Dubaï »?

Wafa LAKSIRI-SKANDRY : Le groupe existait déjà, c’est Elizabeth, qui a aujourd’hui quitté Dubaï, qui l’a créé.  Quand je suis arrivée ici, comme beaucoup de femmes je me suis sentie seule. Il y a un vrai besoin de rencontrer de nouvelles personnes, et le groupe proposait des cafés entre nous. Lorsqu’Elizabeth est partie, elle m’a proposé de prendre la relève ! Et là, ça a fait « tilt » ! je me suis dit qu’on devrait pousser le concept encore plus loin, avec les filles on ne voulait pas seulement un groupe de petites annonces, comme il en existe déjà. 

Comment fonctionne le groupe ?

L’idée est d'instaurer de vrais moments de partage, et pas seulement virtuels. Au début c’était autour d’un café, mais aujourd’hui, on met en place des ateliers, comme apprendre la cuisine créole, des cours de maquillage… Sophie propose aussi un super atelier CV, et on est en train de préparer un événement pour aider les futures business women à monter leur entreprise ici : Les femmes qui ont déjà monté leur entreprise rencontrent celles qui ont le même projet, mais il y aura aussi des salariées qui veulent aider d’autres membres à trouver du travail : c’est un vrai networking ! (le 10 février, NDLR). On organise aussi des cours de sport, des ladies nights… Toutes peuvent s’y retrouver ! 

Le groupe est vraiment dédié aux femmes d’expat, mais qui ont envie d’être actives, de s’investir. En fait qui veulent justement arrêter d’être appelée femmes d’expat ! Il s’y passe d’ailleurs de belles choses, de vraies amitiés naissent, je peux en témoigner ! J’ai l’impression d’apporter quelque chose … (Elle est émue). J’adore vraiment ce groupe, il y a de réels échanges !

Avez vous une vraie activité professionnelle en dehors du groupe ?

En septembre dernier, j’ai voulu reprendre le travail, et c’est là qu’on m’a proposé un poste de manager du restaurant La Carte. Moi qui m’étais dit que je voulais absolument rester dans le tourisme, j’ai finalement accepté de relever ce challenge ! J’étais très fermée, et à Dubaï mes horizons se sont ouverts, comme par magie ! Et j’adore le restaurant, non seulement on y mange bien à un prix raisonnable, mais c’est un vrai petit Paris dans Dubaï. J’aime aussi le fait d’être la seule femme dans une équipe d’hommes, c’est important d’apporter une touche féminine là où on est !

Que ressentez-vous dans cette ville ? Qu’aimeriez-vous partager ?

Cette ville m’enchante ! J’ai toujours été attirée par le Moyen-Orient, j’avais toujours eu envie d’y vivre. Ca vient de mon enfance, j’étais baignée dedans, de par mes origines marocaines et mes voyages en Jordanie, en Egypte, et Maroc… Mon père nous faisait écouter les grands classiques de la musique orientale, comme la grande Fairouz. Je suis arrivée avec quelques à priori sur Dubaï et son coté artificiel, mais c’est en fait une vraie réussite : Le melting-pot est incroyable, il y a une vraie harmonie entre les différentes nationalités. J’adore !

Des endroits où vous vous sentez particulièrement bien ?

J'aime me détendre au hammam Sultana de Barsha, on y fait un gommage traditionnel au savon noir et gant de crin, massage aux huiles essentielles, tout comme au Maroc. 

Je vais à l'Atelier à DIFC, pour mes cheveux et soins esthétiques. Les produits utilisés sont de bonne qualité, la manucure/pédicure est top et surtout le prix n'y est pas excessif ! 

Avec mon mari, on aime aussi aller à l'Arabian Court du One & Only, on s’y commande des mezzes libanais et on écoute de vieilles chansons du répertoire arabe en live : Tous les soirs, 4 musiciens et un chanteur animent les soirées. Le cadre est magnifique, avec un grand patio arboré, ouvert sur le ciel étoilé, déco très orientale...magique !

Pour finir, le Belgian Café, à Tecom : On y mange de délicieuses croquettes de crevettes et de bonnes carbonnades flamandes… Histoire de ne pas oublier mes origines ! (Wafa est Belge et Marocaine, NDLR)

 Camille RENAUDIN (lepetitjournal.com/dubai ) rediffusion du 7 février 2016 

 

 
A la Une à Dubaï

COMPTOIR 102 - Une Parisienne qui chaloupe au rythme du désert

Créé par une parisienne nomade, amoureuse de sa ville et du style, Comptoir 102 est un concept store où la serendipité fait se côtoyer mobilier, design, bijoux de créateurs, vêtements et accessoires de mode, autour d’un café healthy et bio.
Une internationale

HIKARI – Plongez au cœur de La Havane, Tokyo ou encore Rio !

Désignant la lumière en japonais, le terme Hikari aura sans doute séduit les éditions françaises du même nom, qui à leur façon souhaitent elles aussi mettre le monde en lumière. Avec leur collection « Portraits Ville » elles ont pour ambition de renouveler le genre du livre de voyage, et de faire découvrir à leurs lecteurs de façon intime et personnelle les moindres recoins d’une métropole à travers le regard de ses habitants. Cet été, 3…
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine