Dubaï

Les 5 expressions arabes indispensables aux Emirats Arabes unis

 En arrivant à Dubaï on vous dira surement que l’arabe n’est pas indispensable pour vivre tout à fait normalement. C’est vrai et pourtant pour être un « expat » à Dubaï dans le style le plus pur il est bon de connaitre quelques expressions qui vous distingueront du touriste lambda dans un souk ou une épicerie. En plus du basique « Salam Aleykum » découvrez 5 expressions arabes à retenir pour affirmer à vos proches que, oui vous avez appris l’arabe à Dubaï… ou presque.

 

  • Choukran (شكر) : Merci

A prononcer « choukrane » et à utiliser spontanément dans une conversation téléphonique, dans un supermarché ou entre collègues. Ce mot issu de l’arabe classique est utilisé dans tous les pays arabes donc pourra être utile où que vous y alliez. 

Le must : « Shukrane bezef » ; « merci beaucoup » ou combiné avec le suivant « shukrane habibi » pour saluer une conversation particulièrement fructueuse…

  • Habibi (حبيبي) : Mon cher, chéri

 « Habibi » est originaire du vocabulaire libanais, il signifie « chéri » mais il est parfois (souvent) utilisé dans des conversations amicales pour souligner les liens avec une personne, ou pour négocier dans les souks (inutile cependant d’essayer de l’utiliser pour négocier votre salaire). 

Le must : « habibti » pour s’adresser à une femme, « hbb » en langage sms. 

  • Khalas (خلاص) : Ok, stop, assez…

Egalement originaire du vocabulaire libanais « khalas » est utilisé dans tous les pays arabes. Peu traduisible vous pouvez le placer dans à peu près n’importe quelle conversation pour mettre un terme à quelque chose ; que la conversation soit bonne ou mal engagée. 

Le must : l’utiliser tellement souvent qu’il devienne un tic de langage… 

  • Yalla (يلا) : Allons y 

« Yalla » comme « khalas » est une expression que vous entendrez souvent au détour d’une rue… Par exemple elle est classiquement utilisée par les policier, assortie d’un mouvement du bras dans une attitude que nous traduirions par « circulez ! ». 

Le must: à utiliser plusieurs fois d’affilé: yalla yalla yalla !

  • Inshallah (انشالله) : « Si Dieu veut »

Issu de l’arabe classique, inshallah fait partie des nombreuses expressions arabes qui ont originellement un sens religieux. Dans la tradition islamique il signifie « Si Dieu veut » et doit être placé dans toutes les phrases pour parler d’une action future. Son usage intensif l’a fait connaitre dans tous les pays, pas seulement anglophones et a modifié son sens au point qu’il soit maintenant plus souvent compris par « je l’espère ». Si par exemple on vous répond « inshallah » lorsque vous demandez si votre demande administrative sera prête la semaine prochaine, vous pouvez vous préparer à ajouter une ou deux semaines à ce délai... 

Le must: Inshallah Bukra, Masslam (IBM) ‘Si Dieu veut demain, au revoir’ surtout utilisé en Arabie Saoudite pour traduire une mauvaise volonté à faire une action ; si l’on vous fait cette réponse vous pourrez être sur à 95% que votre demande n’aboutira pas.

La rédaction (lepetitjournal.com/dubai) rediffusion du 20 juin 2016

 
A la Une à Dubaï
Une internationale

VOYAGES D’AFFAIRES – Les risques encourus quand on prend trop souvent l’avion

Valorisés par la société, et souvent encouragés par les entreprises, les voyages d’affaires pourraient pourtant être préjudiciables pour la santé, aussi bien morale que physique. Le manque prolongé de sommeil, les changements répétés d’horaires, cumulés au stress procuré par le travail, finissent par avoir un impact sur les « business travellers ». 
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Expat
Expat - Emploi

VOYAGES D’AFFAIRES – Les risques encourus quand on prend trop souvent l’avion

Valorisés par la société, et souvent encouragés par les entreprises, les voyages d’affaires pourraient pourtant être préjudiciables pour la santé, aussi bien morale que physique. Le manque prolongé de sommeil, les changements répétés d’horaires, cumulés au stress procuré par le travail, finissent par avoir un impact sur les « business travellers ». 

COACHING - Comment réinventer sa carrière grâce à une non-équivalence des diplômes à l’étranger

Vous êtes psychologue, sage-femme, orthophoniste, juriste, avocate, médecin, pharmacienne….et votre diplôme n’est pas reconnu dans le pays dans lequel vous vivez. Cela fait plusieurs années que vous exerciez ou bien, vous venez juste de terminer votre formation dans le cadre d’une reconversion, vos perspectives sont les mêmes : il est tout à fait possible de réinventer positivement votre carrière. 
Expat - Politique

REPUBLIQUE EN MARCHE – Qui sont les candidats pour les Français de l’étranger ?

Ils sont inconnus du grand public et pourtant, forts du score important d’Emmanuel Macron à l’étranger, ils pourraient créer la surprise et vous représenter à l’Assemblée nationale. Jeunes ou moins jeunes, issus de la société civile, de la tech ou dans la politique de longue date, on lève le voile sur leurs profils et leurs ambitions
Magazine