Dubaï

JAZZ AL FRESCO - Manuel Rocheman MisTeRIO

Du jazz à Dubai le 26 avril. Organisé par l’Alliance Française Dubai, c’est le concert d’un trio jazz qui se produira à l’Infini Pool du Sofitel JBR. Et pas n’importe lequel ! Le pianiste Manuel  Rocheman et ses acolytes Mathias Allamane,  basse et Matthieu Chazarenc, batterie, joueront des pièces du dernier album de Rocheman, « MisTeRIO » acclamé par les critiques jazz Manuel Rocheman nous a livré une part de mystère qui l’entoure : sa rencontre avec la légende jazz Martial Solal dont il a eu la chance d’être l’unique élève. 

Manuel Rocheman, connaissez-vous Dubai? 

Ce sera ma première visite à Dubaï, je n'y suis encore jamais allé, j'ai hâte de découvrir ce lieu et son ambiance.

Vous avez tourné de par le monde. Quels sont vos clubs de jazz préférés? 

Le Ronnie Scott à Londres, le Blue Note et le Dizzy's Jazz Club à New-York, le Dakota Jazz Club à Minneapolis, le Chorus à Lausanne, le Bird's Eye à Bâle, Le Sunside Jazz Club, Le Baiser Salé et le Duc des Lombards à Paris. 

Vous êtes issu d’une famille musicienne et vous avez été formé au Conservatoire National de Région de Paris. Vous êtes l’unique élève de Martial Solal. Comment s’est passée cette rencontre? 

Au CNR de Paris j'ai eu la chance de travailler avec Alberto Neuman qui fait partie de la génération de ses confrères Argentins Martha Argerich et Daniel Barenboïm, Ils viennent de la fameuse école argentine de piano de Vincenzo Scaramuzza, Alberto est ensuite parti s'installer en Italie pour suivre l'enseignement de Arturo Benedetti Michelangeli avant de venir à Paris. Il m'a transmis tout un savoir technique et musical extrêmement précieux qui m'a permis de me perfectionner très solidement. J'aurais pu faire une carrière de pianiste classique après avoir eu mes prix au Conservatoire, mais j'étais trop passionné depuis mon enfance par le Jazz. J'ai donc abandonné à un moment le travail du répertoire classique car cela me prenait trop de temps et je n'avais pas la même satisfaction que me procure la liberté d'improviser.  

La première fois que je suis allé chez Martial, j'avais 16 ou 17 ans, j'ai posé les doigts sur son piano et j'ai réalisé à quel point il était dur ! Pour enfoncer une touche il fallait vraiment mettre beaucoup de poids. Martial m'a expliqué qu'il avait volontairement choisi un piano très dur afin de n'avoir jamais de mauvaise surprise quand il découvrait le piano lors d'un concert. C'est vrai que nous les pianistes ne jouons jamais en concert sur l'instrument sur lequel nous travaillons. Du coup lorsque j'ai acheté mon piano à queue, j'ai aussi choisi un modèle avec une bonne résistance, de façon à muscler mes doigts au mieux.

Martial me demandait d'écrire mes improvisations, quand je venais le voir chez lui, il s'accoudait sur le côté de son piano pour regarder le clavier et mes doigts, et il me disait "Manuel, joue-moi tes improvisations", j'étais intimidé. Je lui jouais les phrases que j'avais écrites et que je pensais être intéressantes. Il était très compréhensif, il m'encourageait tout le temps... Il m'a pris sous son aile !

MisTeRIO est votre dernier album. Une ode à cette configuration jazz que vous affectionnez? 

Le trio est pour moi une formule parfaite, le piano y est mis en valeur comme dans un écrin, j'ai trouvé en Mathias Allamane et Matthieu Chazarenc les partenaires idéaux, ils me stimulent beaucoup dans la musique qu'on joue et à la fois sont respectueux de la partition, ce sont des musiciens très complets. Quant au titre : misTeRIO, c'est le mystère, et pour moi la musique conservera, même si on l'analyse au microscope, toujours une part de mystère. A l'image de la vie et des êtres humains.  

2016 a vu beaucoup de figures marquantes de la musique quitter ce monde. En 2017, c’est le pionnier Chuck Berry qui a tiré sa révérence. Chuck Berry pour vous, c’est...

Chuck Berry est pour moi l'ambassadeur incontestable du Rock n' Roll, il a marqué la planète entière, un son de guitare et un jeu inimitable, tout comme sa voix.

On a hâte de vous écouter. Qu’allez-vous jouer pour votre audience à Dubai? 

On jouera une partie de notre nouvel album misTeRIO mais aussi quelques standards de jazz ainsi que des chansons françaises, notamment des thèmes de Michel Legrand. 

Concert exceptionnel de Manuel Rocheman Trio – le mercredi 26 avril à 20h à l’Infini Pool au Sofitel Dubai Jumeirah Beach.

Billets – Dhs.100 auprès de l’Alliance Française Oud Metha et Mall of the Emirates 

Renseignements sur Afdubai.org et info@afdubai.org 

Album « MisTeRIO » Manuel Rocheman (Bonsaï Music)

Propos recueillis par Anne Cabanel (lepetitjournal.com/dubai) le 18 avril 2017 

 

 
A la Une à Dubaï

WAFA LAKSIRI-SKANDRY - "Au travers de Women In Dubaï, je veux encourager le potentiel des femmes d’expats. Qu’on sorte des clichés !"

Quand son mari lui a annoncé la nouvelle de partir vivre à Dubaï, pour Wafa ce fut une évidence ! Cette amoureuse du Moyen-Orient y vit depuis un an, et n’a pas hésité à quitter son emploi dans le tourisme pour le suivre. Si la ville l’enchante, elle se retrouve vite seule... Déterminée à ne pas le rester, elle monte le groupe Facebook « Women In Dubaï » (WID), avec quatre autres femmes, Sophie, Ihsane, Aurore et Elizabeth. Depuis ce temps, plus…

RAMADAN – Aïd Moubarak !

Le mois de Ramadan touche à sa fin, pour s’achever par l’une des plus belles fêtes de la religion musulmane, l’Aïd-el-Fitr, ou fête de la rupture du…
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine