Dakar

FONDATION DAPPER – Une nouvelle vie

 

  

« Nous allons amplifier nos activités au Sénégal » Avons-nous atteint notre but premier : « promouvoir les arts traditionnels de l’Afrique subsaharienne » ? Telle était la mission définie par Michel Leveau lorsqu’il créa la Fondation Dapper en 1983. Aujourd’hui, nous répondons oui.

Fonds Image de la Francophonie : dépôt des dossiers en juin

 

 

Le Fonds Image de la Francophonie ouvre les candidatures aux dossiers de demande d'aide à la production ou à la finition. 

SEMBENE À TRAVERS L'AFRIQUE – Projection d’une conscience africaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du 9 au 11 juin 2017, Galle Ceddo Projects, en collaboration avec des douzaines d’institutions africaines, présente le projet « Sembene à travers l’Afrique ». Au programme, trois jours de projections publiques et privées gratuites du film Sembene, plusieurs fois primé. Au cœur de cette projection communautaire sans précédent, un homme : Ousmane Sembene, « le père du cinéma africain ». Durant des décennies, ce dernier a permis la création d’un cinéma visionnaire pour une Afrique nouvellement indépendante.

IMIGONGO - La collection hypnotique aux inspirations rwandaises par Bull Doff

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BULL DOFF naît en 2010 au détour d'une rencontre, celle de deux créateurs Laure Tarot & Baay Sooley, dans une ville qu'ils aiment appeler leur refuge: Dakar. Aujourd'hui ce duo artistique revient avec une nouvelle collection résolument graphique revisitant les motifs géométriques et les couleurs de l’art traditionnel rwandais : IMIGONGO. Rencontre.

« Alem l’A-venir » : hommage à Issa Samb alias Joe Ouakam

 

Jusqu’au 4 septembre, la galerie Le Manège de l’Institut français de Dakar vous conte une histoire ; l’histoire de l’artiste Issa Samb dit Joe Ouakam. Décédé le 25 avril dernier, cet artiste multidimensionnel renait de ses cendres tel un phoenix au cœur de l'exposition « Alem L’A-Venir ». 

« Il est là, il est avec nous, c’est lui qui nous a soufflé quoi faire », raconte l’artiste Mohamadou Ndoye, plus connu sous le nom de "Ndoye Douts". C’est bel et bien avec la mémoire de l’artiste-peintre Joe Ouakam que l’exposition « Alem, l’A-venir » a été conçue. Et pour cause, le titre de l’exposition a été proposé par Joe Ouakam lui-même, lorsque le projet était encore en préparation. Le défunt artiste a défini le mot Alem en bambara comme les mondes visibles et invisibles. En arabe, il est interprété comme le savant, celui qui guide. L’intitulé est formulé en deux temps : Alem puis L’A-Venir. Intrinsèquement dans le titre, il y a cette notion de regarder au-delà, dépasser un lieu, une histoire, une époque, le temps, la vie, la mort.

Un patrimoine source d’inspiration 

Depuis le 24 mai, c’est un réel tourbillon de créativité qui a envahi la galerie Le Manège. "Alem, l’A-venir" épouse l’esprit du laboratoire Agit’art, le lieu de création et de vie de l’artiste et rejette tout formalisme. À l’entrée, une installation de « clés » invite les curieux à percer le mystère de Joe Ouakam afin de rendre l’invisible visible. Dans la cour ? Une toile tendue sur laquelle est projetée une voûte céleste où l’on voyait apparaître le visage d’Issa Samb en train de dire en pulaar « Est-ce que tu me vois, est-ce que tu m’entends ? » Progressivement, l’image se désintègre et laisse place à des oiseaux, des poissons qui occupent la porte principale de la salle d’exposition. Le visiteur avance, progresse dans ce jardin où la vue et l’ouïe sont stimulées de tout côté. Sur un pan de mur, un tableau. Chacun y laisse  cours à son imagination armée d’une craie. On peut y lire « Tout vient à point pour celui qui sait se détendre », « Nit nitay garame» soit : l’homme est le remède de l’homme ;  chacun salut et immortalise l’artiste à sa manière. 

À l’intérieur de la galerie ? Un portrait de Joe Ouakam réalisé sur du bois par Pascal Nanpanala. Traoré avec des tampons. Puis, des fils rouges. Tendus. Parmi eux: des boules rouge représentent « les continents et leurs interactions», selon Ndoye Douts. On trouve des journaux aussi. En nombre. Vieillis. Dans le fond de la salle, une saisissante sculpture, très réaliste, de l’artiste Claire Lamarque sur Joe Ouakam. On y voit ce dernier habillé, lisant le manifeste « Internationale situationniste ». Une seconde représentation de l’homme est quant à elle suspendue dans les airs, en apesanteur, surveillant les lieux. Avec sa pipe, ses petites lunettes et son allure d'artiste, Joe Ouakam était un personnage taciturne, qui aimait observer et analyser le monde.

 

La voie d’un A-Venir 

L’esprit du laboratoire « Agit’art », créé par Joe Ouakam et ses confrères dans les années 70 à Dakar est bel et bien présent. C’est aujourd’hui ses héritiers qui suivent les traces de cet immortel. Il s’agit de Alpha Baldé "Ican Ramageli", Babacar Traoré Doli, Cheikha "Siggil", Mohamadou Ndoye "Ndoye Douts", Alioune Diouf, Alioune Badara Diack, Habib Sembène, Pascal Nanpanala, Amadou Lamine Ngom "Docta", Claire Lanaque, Delphine Calmette et Andréya Ouamba. Pour stimuler l’espace et ses visiteurs, une performance, une lecture ou un concert animeront le lieu tous les quinze jours. Un « Grand tout » quelquefois déstabilisant, mais magnétique pour celui ou celle qui s’intéresse de près ou de loin à Joe Ouakam.

Plus d’informations :

Galerie Le Manège : 2 rue Parchappe à Dakar

Entrée Libre – Lundi au Samedi de 11H à 19H

  

Pauline Autin  (www.lepetitjournal.com/dakar) Mardi 30 mai 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite pour recevoir toutes nos infos sur Dakar !

 

 

 

JAZZ - Marcus Miller rend hommage à Gorée

Dans la galaxie des grands instrumentistes, Marcus Miller est l’un des plus fameux. Bassiste, directeur musical de Miles Davis, Marcus Miller a dès son plus jeune âge fait montre d’un talent inouï. Après avoir accompagné le légendaire trompettiste pour lequel il composa le morceau culte Tutu, Marcus Miller a bâti une carrière solo plus que solide. Auteur de plusieurs albums parmi lesquels, Panther, Blast, Live & More, ou Renaissance, Marcus Miller continue de défricher et d’explorer en profondeur les sonorités du monde.

OUSMANE MBAYE - Le métal qui vous gagne

Figure contemporaine du design africain, le sénégalais Ousmane Mbaye a ouvert samedi son showroom à Dakar. L'occasion de revenir sur le fabuleux parcours de cet homme de fer.

A la Une à Dakar
Une internationale

PIERRE RABHI & JULIETTE DUQUESNE – "On est en train de privatiser le vivant"

Tour à tour essayiste, philosophe, poète, ou encore agriculteur bio, Pierre Rabhi co-signe avec la journaliste Juliette Duquesne les deux premiers ouvrages d’une nouvelle collection : « Carnets d’alerte ». S’attaquant au sujet de la faim dans le monde, mais aussi à l’épineuse question des semences, « dont on parle peu, mais qui est pourtant à la base de la vie », ils analysent et décryptent ensemble ces deux sujets, avec le but affiché d’en…
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine