A l'occasion de la projection, samedi 9 octobre, de son documentaire Au nom de Melville dans le cadre du Festival du Film Français 2010, Olivier Bohler revient sur cette passion qui l'anime : le cinéma d'un réalisateur culte, Jean-Pierre Melville

Olivier Bohler a passé près de deux années à compiler les témoignages qui lui ont permis de réaliser ce film documentaire. Des interviews. Des lectures. Des projections. Tout ce qui est indispensable à la mise en place d'un projet qui retrace le parcours d'un homme singulier, autant dans le paysage cinématographique français d'après-guerre que dans l'univers filmique en général. Né en 1917, mort en 1973. La vie, Jean-Pierre Melville ne s'en laisse pas compter ! La seconde guerre mondiale fera de lui un soldat, puis un résistant, pendant huit ans. Toutes ces années passées à se battre, à vivre de l'indécision du moment, à trembler des risques encourus par le soldat de l'Armée des Ombres qu'il était. C'est une forte tête, un caractère trempé qui gardera toujours une nostalgie de cette vie de bataille. S'il devient cinéaste, il n'en conservera pas moins des contacts avec ses anciens camarades, dont certains, revenus à la vie civile, n'en ont pas pour autant perdu le goût des armes.

Le précurseur de la Nouvelle Vague
Jean-Pierre Melville fait un début de carrière tonitruant. Son adaptation du Silence de la Mer, de Vercors lui vaut une reconnaissance immédiate. Pourtant, ce n'est pas sans difficulté qu'il parvient à faire le film... à l'insu de Vercors lui-même ! Ce dernier ne voulait pas que son roman soit adapté : il a fallu que Melville soumette le film à la censure d'un jury de grands résistants pour que son long-métrage sorte dans les salles en 1949. Parce qu'on lui refuse sa carte de réalisateur, une obligation à l'époque, il crée sa propre maison de production, les Studios Jenner, dans le XIIIème arrondissement à Paris. C'est entre ces murs que la légende va naître, que le cinéphile va pouvoir se régaler, que les pionniers de la Nouvelle Vague vont voir les prémisses de leur mouvement. Des Enfants terribles (1950) que Jean Cocteau lui propose d'adapter au cinéma à Deux hommes à Manhattan (1959), Melville s'adonne à un cinéma d'auteur qui rencontre un succès auprès de la critique. Melville tourne avec de petits budgets, dans ses studios : l'observateur ne manquera pas de s'amuser du recyclage de certains éléments de décor, certains effets ! La sonnerie des Allemands dans Le Silence de la Mer et la même que l'alarme de la bijouterie du Cercle Rouge ! Mais, c'est ce qui fait toute la magie du cinéma, non ?

Moderne et universel

Vingt-sept ans après la mort du réalisateur, Olivier Bohler lui consacre une thèse ; sa publication sort le cinéma d'une omerta sur le dérangeant Melville. Pour l'auteur d'Au nom de Melville, l'oeuvre du cinéaste est traversée par une thématique : la guerre. En effet, cette période dont il a été un acteur l'a profondément marqué, au point d'irriguer chacun de ses films des valeurs humaines qui s'y sont développées. Si elle est explicitement présente dans Le Silence de la Mer, Léon Morin, prêtre ou  L'Armée des ombres (1969), elle est diffuse dans le reste de son oeuvre. Qui est le Samouraï, sinon un guerrier solitaire, vivant hors du temps, vivant du danger que lui procurent ses contrats ? Melville, influencé par les cinémas américain (film noir) ou japonais (Kurosawa) des années quarante-cinquante, propose aussi une vision pessimiste du monde où la trahison d'un proche est plus redoutable que la haine d'un ennemi déclaré. Que ce soit Le Doulos (1962), L'Armée des ombres ou Le Cercle rouge, aucun de ses films ne laissent une touche d'espoir à son spectateur. Melville va l'essentiel, à la tragédie ! C'est en cela que l'on peut parler d'une esthétique universelle.

Olivier Bohler souligne aussi la postérité de Melville, en-dehors des frontières hexagonales. Sans l'hommage appuyé de John Woo dans son film The Killer (1995), le réalisateur français serait resté dans les limbes de la cinémathèque, réservée à la curiosité de quelques cinéphiles. Oui, Melville doit son renouveau aux cinémas américain et asiatique ! Quentin Tarantino ne jure que par Le Doulos, et son Reservoir Dog (1992) doit beaucoup à l'univers fermé et minimaliste de Melville. Johnny To, dernièrement, fait un clin d'œil appuyé au Samouraï dans son long métrage Vengeance (2009). C'est ce qu'Olivier Bohler démontre dans son documentaire. Bien que disparu depuis trente-sept ans, Melville est moderne. Au travers de ses treize réalisations, il crée un univers cohérent, pas forcément réaliste. Son cinéma s'interroge sans cesse sur lui-même, sur les codes qu'il utilise pour créer du cinéma. Le peu de moyens de ses débuts dans ses Studios Jenner l'ont poussé à l'épure ; épure qui devient par la suite une marque de fabrique (économie des dialogues, héros froids et solitaires).

Lorsqu'on demande à Olivier Bohler comment il présenterait l'œuvre de Jean-Pierre Melville, de façon à donner l'envie d'aller voir une de ses réalisations, il répond sans hésitation aucune : "La grandeur ! Grandeur parce que la composition de l'image est magnifique. Grandeur parce qu'il y a une morale dans l'action."

La rétrospective Melville pendant le Festival du Film Français a été une opportunité unique de (re)voir les grands classiques de cet auteur. Vous pourrez alors compléter votre connaissance de l'homme et du réalisateur dans le documentaire d'Olivier Bohler, que vous pourrez rencontrer après la projection du film samedi 9 octobre à l’Alliance Française de Singapour.A ne pas rater !

Olivier Massis (www.lepetitjournal.com-Singapour) vendredi 8 octobre 2010


A la une

AMOUR ET EXPATRIATION - Les grandes tendances

La Saint-Valentin, c’était le mois dernier. Mais l’amour, c’est tous les jours, et peu importe les kilomètres qu’il faut parcourir. Une étude baptisée « Expat insider 2014 » publiée par le site communautaire d’expatriés Internations dévoile des statistiques sur l’amour et l’expatriation. On y apprend notamment que 11% des sondés ont choisi l’expatriation par amour pour leur conjoint.
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Tunis - Actualité

BARDO - Grande marche solidaire dimanche

Les trois présidences tunisiennes organisent dimanche 29 mars une grande marche solidaire et internationale contre le terrorisme. François…
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala
Expat
Expat - Emploi

FRANCOPHONIE – Le français, la langue morte des entreprises ?

Yves Montenay yvesmontenay.fr
À l’heure de la mondialisation, l’anglais a un statut hégémonique dans le monde de l’entreprise. Qu’en est-il du français ? Peut-il encore être considéré comme une langue de travail ? Yves Montenay, directeur de l’Institut de culture, économie et géopolitique, et ancien chef d’entreprise, estime que c’est une valeur essentielle à la santé des entreprises francophones.

COACHING - Peur de rentrer en France

Après 25 ans en Australie à travailler dans l'hôtellerie Joséphine hésite à rentrer. Le retour en France est-il simple après une si longue expatriation ? Afin de surmonter son appréhension elle fait appel à un coach. Nicolas Serres Cousiné nous fait part de cette expérience
Expat - Politique

FRANCOPHONIE - Fleur Pellerin lance la 20e édition de la semaine de la langue Française

"La langue française est langue d’accueil " c’est le thème de la 20e édition de la semaine de langue française, lancée par la ministre de la culture et de la communication Fleur Pellerin ce mercredi 11 mars à Paris. Avec les événements de ce début d’année, la langue française devient un outil stratégique d’unification et de tolérance pour les francophones.

MATTHIAS FEKL – Premier forum pour pousser les PME à l’export

Pour aider les PME à exporter plus, Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, du Tourisme et des Français de l’étranger, présentait un nouveau plan d’action lors du premier forum des PME à l’international dont il est l'initiateur.
Magazine
Francophonie

JEAN-FRANÇOIS BLAREL - La francophonie: un partenariat gagnant pour tous les participants

Le 20 mars est traditionnellement la date lors de laquelle un peu partout dans le monde on fête la francophonie. Alors qu´au Portugal un certain nombre de changements sont en cours au sein des structures françaises, Lepetitjournal.com a voulu interroger l´ambassadeur de France, M. Jean-François Blarel sur l´importance de cette célébration et sur le poids de la présence française dans le pays.

REPORTAGE - A São Paulo, Zaz est la nouvelle star du Brésil

"Maravilhoso", "empolgamente", "genial", "top"… Les superlatifs résonnent après le concert de Zaz dimanche dernier à l’auditorium Ibirapuera – Oscar Niemeyer du parc Ibirapuera de São Paulo. Mais que diable les Brésiliens ont-ils pour l’artiste française ? Retour sur cette soirée musicale pleine de bonne humeur et de messages d’espoir !