Professeur de Fashion design à l’Accademia di Costume e di Moda de Rome, Alessia Vitti a accepté de répondre aux questions du PetitJournal.com de Rome. Passionnée de Mode et de Design, Alessia Vitti est une créatrice en quête perpétuelle de nouvelles inspirations

LePetitJournal de Rome: Professeur à l’ACM de Rome, directrice artistique chez Nu-Concept, vous menez votre profession sur tous les fronts. Pouvez-vous revenir sur votre parcours ?
Alessia Vitti: Je suis née à Rome et j'ai suivi mon parcours de formation ici à l’Académie. Dès ma sortie de l’école j’ai commencé à travailler dans le secteur de la mode et à voyager, à Padoue, Bologne et en Vénétie au début. Pendant plusieurs années, j’ai travaillé au sein du groupe de mode Ittierre avant d’élargir mes horizons et de me lancer dans le Styling. Depuis, je m’occupe de suivre des clients, ce qui me conduit régulièrement en Allemagne. Je les conseille pour les services photographiques et promotionnels, pour les défilés de mode ou pour définir l’image du produit. Je me suis également tournée vers le Re-styling et la décoration de maisons, de salons et Bed & breakfast à Rome, ce qui m’amuse beaucoup.

Comment est née, chez vous, cette passion pour la mode et le design ?
J’aime dessiner depuis que je suis toute petite, c’est un peu comme ça que j’ai commencé. Plus tard, j’ai entendu parler à la télévision de l’Académie de Costume et de Mode. Je suis partie de chez moi comme une grande - en périphérie de Rome- et je suis venue visiter l’école. Je l’ai tout de suite adorée et certains professeurs m’ont incitée à passer les examens d’admission. Depuis toujours j’ai une passion pour ce qui est créatif, pour la nouveauté, j’ai pu développer cette passion grâce à l’académie.

Vous êtes la créatrice de Nu-concept. En quoi consiste ce projet ?
Le Nu-concept est une ligne d’objets, tous différents les uns des autres, justement parce que je n’aime pas la monotonie dans la création de mode. A travers Nu-concept, je collabore avec de nombreuses personnalités créatives, des photographes, des artistes, des créateurs de bijoux… J’aime diversifier les sources d’inspirations dans mon travail. C’est un concept qui s’attache à la nudité, à la pureté des lignes, à un certain minimalisme, d’où son nom. Le créateur aussi se met à nu à travers ses objets, moi la première. Tout y est créé en édition limitée et a son contenu particulier comme les bracelets, sur lesquels est gravée une petite phrase réconfortante et unique.

Pour chacun de vos projets vous êtes donc à la recherche d’inspirations diverses liées au milieu de la mode et de l’art. Avez-vous une ligne directrice dans votre travail, un objectif personnel que vous vous imposez ?
Cela dépend des conditions dans lesquelles je travaille. S’il s’agit d’un travail sur commande, je vais d’abord chercher à cerner les attentes du client en fonction de sa personnalité pour pouvoir déterminer l’identité de l’objet. Mais il y a toujours une certaine folie qui me guide, par chance d’ailleurs. J’ai toujours l’exigence de partir de quelque chose qui existe déjà pour le revisiter et le réinterpréter selon mes envies. La plupart du temps je cherche à l’épurer encore et encore jusqu’à arriver à une ligne qui traduise son essence même plus que sa fonction.

Avez-vous encore un rêve professionnel ?
Bien sûr. Je rêve de pouvoir fonder une grande fabrique où il n’y aurait pas de différence entre l’Art et la mode. Continuer de collaborer avec des personnes ouvertes d’esprit, ayant suivi un parcours différent du mien, comme les architectes par exemple. Ce genre de génie m’a toujours attiré.

Vous travaillez en Italie mais voyagez régulièrement. Quelle est selon vous, la position du Made in Italie face aux autres grands pays de la mode ?
Je dois avouer que lors de mes voyages à l’étranger, à chaque fois que j’ai mentionné le Made in Italy les personnes qui m’entouraient m’écoutaient alors avec attention. La création italienne a très bonne réputation, surtout aux Etats-Unis. Ils nous estiment profondément pour notre bagage culturel, bien qu’ici nous ayons tendance à le sous-évaluer. Ils admirent aussi le savoir-faire à l’italienne, cette capacité de créer, de réaliser, de choisir les couleurs et les formes. Un savoir-faire que nous avons hérité en Europe grâce à des siècles de création artistique.

Si Rome est célèbre pour son patrimoine culturel, peut-on dire qu’elle est également une capitale de la mode comme nous l’entendons souvent au sujet de Milan ?
Milan bénéficie d’un contexte géographique et industriel avantageux par rapport à Rome, c’est indéniable. Mais Rome n’a rien à envier à la "capitale italienne de la mode", notamment d’un point de vue culturel et créatif. De nombreux talents ont grandi à Rome et y ont été formés avant de choisir de quitter la capitale pour se rapprocher des grandes maisons de mode. Mais ceux qui ont choisi de rester, de créer leur propre marque, contribuent à la richesse de la capitale. Certes, ce sont des petites activités, mais c’est beau car elles gardent quelque chose de vrai, de moins industrialisé, d’unique.

Que représente Rome à vos yeux ?
Rome est merveilleuse, je ne voudrais jamais la quitter. Pour moi, l’idéal serait de revenir toujours ici. Je dois me déplacer souvent, mon travail l’exige et je me dois de savoir ce qu’il se passe dans les autres pays et hors de Rome. Mais pour le quotidien, les relations sociales, la nourriture, Rome est MA ville.

Si vous deviez décrire Rome en trois mots …
Passé, futur, créativité. Ou plutôt, c’est le passé qui regarde vers le futur grâce à la créativité.

Propos recueillis par Elise Bonnardel (www.lepetitjournal.com/rome) Mardi 13 novembre 2012

A la une

JEUX VIDEO – L’e-sport, le nouveau phénomène sportif sans frontières

Vous ne connaissez pas l'e-sport ? Quand on sait que la finale du jeu League of Legends en 2013 rassemblait 32 millions de téléspectateurs alors que le match de foot France-Ukraine en avait 13,5 millions, et que ce chiffre rivalise avec l’audience du SuperBowl, vous avez peut-être raté une mutation historique de notre société ! Si les jeux vidéo sont encore perçus en France comme une pratique « geek », à l’étranger c’est devenu un vrai sport.
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Melbourne - Actualité

MY AUSTRALIAN JOB - Le site à connaitre

Besoin d'un travail à temps-plein, d'un emploi à mi-temps ou d'un stage ? "My Australian Job" est le site à connaître. Une initiative…
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala
Expat
Expat - Emploi

SALON S’EXPATRIER MODE D’EMPLOI – Rencontre avec les candidats au départ

Vendredi 27 mars la Cité Universitaire de Paris accueillait le Salon S’expatrier : mode d’emploi. Plusieurs stands et conférences étaient proposés aux futurs candidats au départ afin de les renseigner et de les accompagner dans leurs démarches administratives. Qui sont-ils et pourquoi souhaitent-ils partir ?

FRANCOPHONIE – Le français, la langue morte des entreprises ?

Yves Montenay yvesmontenay.fr
À l’heure de la mondialisation, l’anglais a un statut hégémonique dans le monde de l’entreprise. Qu’en est-il du français ? Peut-il encore être considéré comme une langue de travail ? Yves Montenay, directeur de l’Institut de culture, économie et géopolitique, et ancien chef d’entreprise, estime que c’est une valeur essentielle à la santé des entreprises francophones.
Expat - Politique

SCRUTINS HORS DE FRANCE - Bilan des élections 2014

Quatre scrutins concernaient les Français de l’étranger en 2014 dont les élections consulaires et européennes, au suffrage direct. Ils ont été marqués par une faible participation et des difficultés techniques. Un rapport présenté par Georges-Francis Seingry, vice-président de l’Assemblée des Français de l’étranger, propose des dispositions pour améliorer le processus électoral.

CLAUDINE LEPAGE ET PHILIP CORDERY – “Il y a un vrai risque pour le réseau d’enseignement français à l’étranger”

La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 recommandations visant à contenir les frais de scolarité dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger. Au menu, économies, recherches de partenariats et de nouvelles sources de financement et renforcement du rôle de l’Ambassadeur.
Magazine
Francophonie

SENSATIONS DU FUTUR - Une exposition ultra sensorielle à São Paulo pour fêter les 350 ans de Saint-Gobain

Pour commémorer son 350e anniversaire, le groupe Saint-Gobain, internationalement reconnu comme le leader du marché de l’habitat et des matériaux de haute performance, a choisi le Brésil pour y exposer - jusqu’à samedi - une exposition singulièrement originale : l’exposition "Sensações do Futuro"("Sensations du futur"). Après Shanghai en janvier, São Paulo est la deuxième étape de cette intrigante exposition itinérante, qui sera ensuite à Philadelphie en mai et à Paris en octobre. Reportage.

EXPO UNIVERSELLE 2015 – Les pavillons de la Francophonie

Lors de l'exposition universelle 2015, 145 pays seront représentés. Parmi eux, une trentaine sont membres de l'Organisation Internationale de la Francophonie. On compte également quelques grands absents comme le Canada ou la Grèce. A l'occasion de la semaine de la langue française et en cette Journée Internationale de la Francophonie, lepetitjournal.com vous propose un panorama non exhaustif des pavillons, membres de l’OIF.