Depuis des milliers d’années, les Chinois se fient à des croyances qui régissent tous les aspects de leur vie, de la naissance à la mort, au point de confondre parfois religion et superstitions… Suite de notre série et découverte aujourd’hui du bestiaire chinois et de la place de ses animaux mythiques dans le quotidien de nos hôtes

Le dragon chinois est un animal à la symbolique forte et plutôt sympathique. Au contraire de sa représentation en Occident, il bénéficie d’une image de protecteur, de légende sacrée bienveillante. De forme longiligne, il ne crache pas du feu mais il est associé à l’eau. Véritable divinité pour certains, il n’est pas rare de lui dédier un temple, à proximité d’un lac ou d’un cours d’eau. Selon les croyances, on ferait alors appel à lui pour invoquer la pluie mais aussi un pardon ou au contraire… une vengeance !

Pilier sur la tanière du dragon ! (Crédits photos : MD)

La légende est encore bien vivante et à Shanghai récemment encore, l’histoire de l’échangeur du dragon a animé avec passion les conversations des habitants, convaincus de l’authenticité de ce problème pour le moins… original. Revenons en 1995. Shanghai est en plein boom urbanistique et partout se construisent les voies surélevées, les gaojia. Au croisement de Yan’an Lu et de Chongqing Lu, les ingénieurs  ne parviennent pas à construire un pilier capable de supporter un échangeur de quatre étages. A chaque tentative, le pilier s’écroule. Las, ils décident de faire appel à un moine bouddhiste pour comprendre la raison de ces échecs successifs. Selon le religieux, l’édifice est construit sur l’emplacement d’un dragon qui refuse de se laisser enfermer sous des tonnes de béton ! Les ingénieurs érigent alors avec succès un pilier à l’effigie du dragon, afin que ce dernier puisse circuler librement : l’échangeur peut enfin être construit sans encombre.

Le lion protecteur
Un autre animal que l’on retrouve à tous les coins de rue est le lion. Symbole de puissance et de bonheur, et donc par extension de fortune, il éloigne le mauvais esprit. On le retrouve très souvent devant les grandes banques et autres institutions financières mais aussi devant les palais, résidences et tombeaux. Les statues de lion vont le plus souvent par couple : la femelle est installée à gauche d’une porte et elle tient sous sa patte un lionceau, lui même symbole de longévité et de prospérité. Le mâle est installé à droite de la porte, une boule sous la patte ou dans la bouche, représentant sa toute puissance.

Couple de lions à l'entrée d'une banque

Le Qilin ou la licorne chinoise…
Moins connu et plus discret, le qilin possède plusieurs morphologies différentes : on ne représente parfois comme un cerf, parfois comme un cheval et on traduit généralement son nom par licorne, à cause de son unique corne. L’animal annonce un heureux présage, il est bon de le croiser sur son chemin ! On le trouve généralement à côté des temples dédiés aux grands sages auxquels leur image est associée. Confucius lui même aurait vu un qilin avant sa mort et sa naissance est attribuée à la rencontre entre sa mère et la créature. Aujourd’hui, on le représente volontiers sur les décorations du Nouvel an tant son image est celle d’un animal bienfaiteur : il est gage de paix, de justice et de félicité, d’un bon gouvernement, d’un enfant en bonne santé… bref il est vraiment de bon augure !  Ouvrez les yeux et cherchez les qilin et autres créatures dans les rues, près des monuments ou sur vos peintures préférées… Vous verrez, ils sont partout !

Morgane Delaisse, (www.lepetitjournal.com/shanghai.html) Jeudi 8 novembre 2012

Source : Maurice TOURNIER, " L'imaginaire et la symbolique dans la Chine ancienne", L’Harmattan, 1991

Tous les 8 du mois, nous explorons un aspect insolite des croyances en Chine. Vous n’avez pas pu lire le précédent, cliquez ici !(article repris également dans la Lettre de Shanghai du Consulat général de France à Shanghai)
En décembre, rendez-vous cependant le vendredi 7, pour découvrir la symbolique des couleurs...

Une internationale

MALADIE DES OS DE VERRE – Aidez Beth à faire le tour du monde !

Beth est une jeune Australienne de 12 ans atteinte de la maladie des os de verre. Avant l’entrée au lycée, sa mère Katie a souhaité qu’elle puisse vivre la grande aventure de sa vie en partant à la découverte du monde. L'hébergement représente un gros budget lors d'un tel voyage mais vous pouvez les aider grâce au home-sitting en les invitant chez vous !
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine