Une exposition dédiée à la photographie contemporaine du Moyen-Orient vient d’ouvrir au Victoria and Albert Museum de Londres. L’occasion de découvrir quatre-vingt-dix clichés d’artistes plus talentueux les uns que les autres mais surtout d’appréhender avec un autre regard cette région du monde

(Hassan Hajjaj – Saida in Green – 2000)

L’exposition rassemble sous sa coupe plus de trente artistes, provenant de treize pays différents. Si certains sont des photographes renommés, comme l’Iranien Abbas, l’Egyptien Youssef Nabil ou encore le Libanais Walid Raad, d’autres, comme le Palestinien Taysir Batniji ou le Saoudien Abdulnasser Gharem prouvent qu’ils sont, sans aucun doute, de la même trempe.

Les clichés, qui s’étendent sur plus de trente ans, révèlent différents points de vue du Moyen-Orient, entre religion, vie sociale et bien sûr, tourmente politique. La complexité de la région est ici mise à nue, grâce à des clichés journalistiques ou d’autres purement artistique.

Le visiteur se retrouve plongé dans un soulèvement en Iran ou au Liban, ou peut regarder droit dans les yeux des Saoudiennes et comprendre leur quotidien. L’exposition apporte un regard attachant sur toute une palette d’aspects auxquels on ne s’attend pas.

(Joanna Hadjithomas, Kalhil Joreige – Wonder Beirut #13)

Une exposition en trois temps
Trois thèmes majeurs structurent l’exposition : "Recording", ‘rendre compte’, "Reframing", ‘recadrer’ et "Resisting", ‘résister’. Il s’agit de comprendre les différents rôles que la photographie peut jouer au quotidien.

Dans un premier temps, la photographie est exploitée comme outil de reconnaissance, elle est le témoin des peuples et des lieux où se déroulent les évènements. À travers l’œil averti du photographe, le visiteur doit pouvoir comprendre la dimension socio-politique.

Dans un second temps, la photographie est davantage cadrée de manière à reconstituer des portraits. Les artistes ont ensuite mis à leur sauce certains clichés de façon à faire passer un message précis grâce à des objets contemporains.

(Shadi Ghadirian – From the series Qajar – 1998)

Enfin, la photographie est remise question. Peut-elle réellement être un outil d’information alors qu’elle peut être si facilement modifiable ?

Des artistes engagés
Chaque artiste apporte une touche sensible vis-à-vis de l’actualité ou d’un point de vue purement artistique. Newsha Tavakolian, photographe Iranienne, s’est spécialisée dans le domaine du féminisme, donnant une voix particulière aux femmes. Dans cette exposition, des photographies issues de la série "Mères de martyrs" dévoilent des portraits de femmes tenant une image de leur fils décédé lors de la guerre Iran-Iraq entre 1980 et 1988. La simplicité du procédé ne rend que plus puissant le message de la photographie.

(Nermine Hammam – From the series Upekkha – 2011)

Hassan Hajjaj, photographe marocain, expose des clichés dans lesquels il cherche à se réapproprier des matériaux qu’il a trouvé, les remettant dans un nouveau contexte au travers de portrait plein de couleurs. Il révèle également l’émergence du Moyen-Orient en introduisant des grandes marques internationales.

Enfin, on ne peut qu’être (agréablement) surpris devant les photographies de Nermine Hamman, photographe Egyptienne, qui dévoile des clichés étonnants de soldats de la place Tahrir au Caire. Elle les replace dans des paysages de cartes postales parfaites – là où elle s’imagine qu’ils préfèreraient être…

Clea Broadhurst (www.lepetitjournal.com/londres) lundi 19 novembre 2012

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

 

« Light from the Middle East » au V&A jusqu’au 7 avril 2013

 
Une internationale

ETUDES – Les parents les plus généreux avec leurs enfants sont français

Pour beaucoup de parents à travers le monde, payer les études de ses enfants est l’engagement le plus important. Cela passerait avant les factures ou la retraites. Mais qui sont les parents les plus prévoyants ? Et où sont les parents qui sont les plus respectueux du choix de l’orientation de l’enfant ?
Actu internationale
Actualités de nos partenaires
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Anne Barraud, les pieds sur le terrain, la tête dans le potentiel humain

Créer de la synergie dans les équipes, il y a des gens qui savent faire ça en vrai ? Le métier d’Anne est de résoudre des problèmes sur lesquels on s’arrache les cheveux : LES PROBLEMES HUMAINS. Anne est une pure opérationnelle, il n’y a qu’une vérité à ses yeux : le terrain. Les hommes et les femmes. Qu’ils soient péruviens, français ou camerounais. Elle n’a fait qu’une bouchée du défi interculturel. 
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine
En direct de nos éditions locales