Depuis le 8 novembre, la Somerset House accueille l’exposition "Cartier-Bresson : a question of colour". Dix clichés exclusifs du pionnier français du photojournalisme sont entourés par soixante-quinze autres en couleurs. Un projet mené par la Positive View Foundation qui a voulu mettre en lumière certains photographes contemporains qui se sont inspirés du grand Henri Cartier-Bresson

(Brooklyn, New York, 1947 © Henri Cartier-Bresson/Magnum Photos, Courtesy Fondation Henri Cartier-Bresson)

Un maître du XXe siècle
Henri Cartier-Bresson, cofondateur, avec Robert Capa, David Seymour, William Vandivert et George Rodger, de l’agence Magnum, a parcouru le monde en tant que photographe humaniste. Ses travaux l’ont emmené en Afrique, au Mexique, aux Etats-Unis et sa réputation s’est construite autour d’un unique mélange entre photojournalisme et photographie d’art.

Considéré comme l’un des pionniers du photojournalisme, Cartier-Bresson est l’inventeur du concept de "l’instant décisif", ou, comme il le disait lui-même, "l’image à la sauvette". Cette exposition, contrairement à ce que son nom peut laisser penser, n’inclut que dix clichés du photographe. L’aspect le plus intéressant est de comprendre la façon dont quinze photographes contemporains s’en sont inspirés.

(Tehuantepec, Mexico, 1985 © Alex Webb)

Soixante-quinze clichés en couleurs contrastent avec le travail de Cartier-Bresson
Ces photographies de Cartier-Bresson n’ont jamais été à proprement parlé exposées au Royaume-Uni auparavant. Accompagnées par les travaux de Karl Baden (USA), Carolyn Drake (USA), Melanie Einzig (USA), Andy Freeberg (USA), Harry Gruyaert (Belgique), Ernst Haas (Autriche), Fred Herzog (Canada), Saul Leiter (USA), Helen Levitt (USA), Jeff Mermelstein (USA), Joel Meyerowitz (USA), Trent Parke (Australie), Boris Savelev (Ukraine), Robert Walker (Canada) et Alex Webb (USA), un tout nouveau sens leur est donné.

Très rares furent les clichés en couleurs de "l’œil du siècle", comme l’a ainsi surnommé un des biographes de Cartier-Bresson, Pierre Assouline. Ce nom s’explique par son parcours extraordinaire – et surtout ses quatre-vingt-quinze ans – qui lui ont permis d’observer à travers son objectif les évènements majeurs du siècle dernier.

(Fort Lauderdale, Florida, 1968 © Joel Meyerowitz)

Le but de l’exposition est de voir l’évolution des mœurs grâce à cet "instant décisif" et ce, chez des photographes venant d’Europe et d’Amérique du Nord. Il ne s’agit pas seulement de capturer l’instant présent, mais surtout de comprendre à travers un seul cliché ce qu’il se passe au quotidien.

"Challenge et réponse"
Le conservateur du projet, William A. Ewing, a qualifié l’exposition de ‘challenge et réponse’. "Cela va montrer la façon dont Henri Cartier-Bresson, malgré son scepticisme face à la valeur artistique de la photographie en couleur, a tout de même exercé une forte influence sur certains photographes. A Question of Colour rend à la fois hommage au grand ponte, mais également à un groupe de photographes qui prouve que la couleur tient sa place dans cet univers" a-t-il expliqué.

(Chestnut Hill, Massachusetts, 2009 © Karl Baden)

Si certains clichés sont très loin des emblématiques images de Cartier-Bresson, certains font ressentir une certaine nostalgie que l’on peut éprouver devant le travail  du grand maître. Il y en a cependant pour tous les goûts – et les couleurs.

Les clichés de Robert Walker rendent un New York très flashy, tandis que ceux d’Alex Webb sont imprégnés d’une douceur retrouvée. Carolyn Drake s’inspire clairement de scènes de vie quotidienne et laisse transparaître une Amérique profonde. Harry Gruyaert dévoile un Maroc plein de couleurs – que l’on ne voudrait peut-être pas voir en noir et blanc…

Clea Broadhurst (www.lepetitjournal.com/londres) jeudi 15 novembre 2012

Recevez gratuitement notre newsletter !

Remerciement à la Positive View Foundation et la Somerset House pour les photographies.

"Cartier-Bresson : a question of colour" à la Somerset House jusqu’au 27 janvier 2013

 
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Primo-investisseurs : 3 raisons de se lancer

L’investissement locatif offre des rendements intéressants, s’adapte à des profils très différents et présente peu de risques. Bien accompagné dans vos démarches, vous êtes sûrs de ne pas rater votre placement d’avenir !
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales