Depuis le 8 novembre, la Somerset House accueille l’exposition "Cartier-Bresson : a question of colour". Dix clichés exclusifs du pionnier français du photojournalisme sont entourés par soixante-quinze autres en couleurs. Un projet mené par la Positive View Foundation qui a voulu mettre en lumière certains photographes contemporains qui se sont inspirés du grand Henri Cartier-Bresson

(Brooklyn, New York, 1947 © Henri Cartier-Bresson/Magnum Photos, Courtesy Fondation Henri Cartier-Bresson)

Un maître du XXe siècle
Henri Cartier-Bresson, cofondateur, avec Robert Capa, David Seymour, William Vandivert et George Rodger, de l’agence Magnum, a parcouru le monde en tant que photographe humaniste. Ses travaux l’ont emmené en Afrique, au Mexique, aux Etats-Unis et sa réputation s’est construite autour d’un unique mélange entre photojournalisme et photographie d’art.

Considéré comme l’un des pionniers du photojournalisme, Cartier-Bresson est l’inventeur du concept de "l’instant décisif", ou, comme il le disait lui-même, "l’image à la sauvette". Cette exposition, contrairement à ce que son nom peut laisser penser, n’inclut que dix clichés du photographe. L’aspect le plus intéressant est de comprendre la façon dont quinze photographes contemporains s’en sont inspirés.

(Tehuantepec, Mexico, 1985 © Alex Webb)

Soixante-quinze clichés en couleurs contrastent avec le travail de Cartier-Bresson
Ces photographies de Cartier-Bresson n’ont jamais été à proprement parlé exposées au Royaume-Uni auparavant. Accompagnées par les travaux de Karl Baden (USA), Carolyn Drake (USA), Melanie Einzig (USA), Andy Freeberg (USA), Harry Gruyaert (Belgique), Ernst Haas (Autriche), Fred Herzog (Canada), Saul Leiter (USA), Helen Levitt (USA), Jeff Mermelstein (USA), Joel Meyerowitz (USA), Trent Parke (Australie), Boris Savelev (Ukraine), Robert Walker (Canada) et Alex Webb (USA), un tout nouveau sens leur est donné.

Très rares furent les clichés en couleurs de "l’œil du siècle", comme l’a ainsi surnommé un des biographes de Cartier-Bresson, Pierre Assouline. Ce nom s’explique par son parcours extraordinaire – et surtout ses quatre-vingt-quinze ans – qui lui ont permis d’observer à travers son objectif les évènements majeurs du siècle dernier.

(Fort Lauderdale, Florida, 1968 © Joel Meyerowitz)

Le but de l’exposition est de voir l’évolution des mœurs grâce à cet "instant décisif" et ce, chez des photographes venant d’Europe et d’Amérique du Nord. Il ne s’agit pas seulement de capturer l’instant présent, mais surtout de comprendre à travers un seul cliché ce qu’il se passe au quotidien.

"Challenge et réponse"
Le conservateur du projet, William A. Ewing, a qualifié l’exposition de ‘challenge et réponse’. "Cela va montrer la façon dont Henri Cartier-Bresson, malgré son scepticisme face à la valeur artistique de la photographie en couleur, a tout de même exercé une forte influence sur certains photographes. A Question of Colour rend à la fois hommage au grand ponte, mais également à un groupe de photographes qui prouve que la couleur tient sa place dans cet univers" a-t-il expliqué.

(Chestnut Hill, Massachusetts, 2009 © Karl Baden)

Si certains clichés sont très loin des emblématiques images de Cartier-Bresson, certains font ressentir une certaine nostalgie que l’on peut éprouver devant le travail  du grand maître. Il y en a cependant pour tous les goûts – et les couleurs.

Les clichés de Robert Walker rendent un New York très flashy, tandis que ceux d’Alex Webb sont imprégnés d’une douceur retrouvée. Carolyn Drake s’inspire clairement de scènes de vie quotidienne et laisse transparaître une Amérique profonde. Harry Gruyaert dévoile un Maroc plein de couleurs – que l’on ne voudrait peut-être pas voir en noir et blanc…

Clea Broadhurst (www.lepetitjournal.com/londres) jeudi 15 novembre 2012

Recevez gratuitement notre newsletter !

Remerciement à la Positive View Foundation et la Somerset House pour les photographies.

"Cartier-Bresson : a question of colour" à la Somerset House jusqu’au 27 janvier 2013

 
Une internationale

PARIS – Que faire cet été si on n’aime pas le foot ?

Vous êtes incapable de nommer un joueur de l’équipe de France de foot ? Vous voulez éviter les fanzones et ses supporters qui sentent la bière ? Pas de panique, lepetitjournal.com a fait une sélection des meilleurs expos, musées, bons plans et balades pour profiter des journées ensoleillés à Paris durant cet été très sportif. 
Actu internationale
Actualités de nos partenaires
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Découvrez enfin pour quoi vous êtes fait !

 Vos diplômes, vos expériences et vos titres professionnels ne vous ont pas permis d’identifier votre zone d’excellence. Au cours de votre parcours, vous avez été performant, parfois moins. Vous avez aimé ce que vous faites, parfois moins. Mais aucune évidence n’a surgi. Aujourd’hui, une question tourne en boucle dans votre tête : "Pour quoi suis-je fait ?". Comment le découvrir ?

COACHING - Expatrié, quelle erreur !

Samedi 1er août. Les rayons du soleil plongent à travers les larges baies vitrées de JFK, le principal aéroport de New York. Manu, assis par terre, le visage enfoui entre ses mains, se demande, « mais comment en suis-je arrivé là ? » Après deux années passées à New York, il rentre à Paris, rapatrié par sa compagnie. Un échec qu’il a encore du mal à assumer même si, au final, il ne s’est jamais senti aussi seul et misérable qu’aux États-Unis, un pays dont la mentalité qu’il juge avant tout égoïste, hypocrite et cruelle, est à l’opposé de ses principes de vie.
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine
En direct de nos éditions locales