“L’Elisir d’Amore” a tous les ingrédients d’un opéra magistral : de magnifiques décors, de la bonne musique, de puissants chanteurs et un “élixir d’amour” qui envoûtera le public pendant près de deux heures. Huit dates d’une oeuvre à ne pas manquer au Royal Opera House

(Crédit : Catherine Ashmore)

“L’Elisir d’Amore” est une histoire basique de triangle amoureux. Nemorino et le sergent Belcore se disputent les faveurs de la pulpeuse Adina. Et au milieu de tout ce beau monde, un breuvage magique censé faire chavirer les cœurs. C’est un “opera-bouffe” certes typique, à la fois classique, lyrique et comique.

Une équipe artistique 100% française
Aux manettes de cette œuvre grandiose, le metteur en scène Laurent Pelly transpose ses héros dans un petit village italien des années 50.

Pour cette nouvelle aventure en terre londonienne, il s’est entouré de son équipe habituelle.

En charge du décor, une complice de longue date, Chantal Thomas, qui a le sens du détail : les Vespas, les costumes, les paysages en arrière-plan… l’atmosphère des places de villages italiens gorgés de soleil et de rires est finement représentée. Il se chuchote même qu’un petit chiot malicieux fait partie du casting.

(Crédit : Catherine Ashmore)

Joel Adams, qui collabore aussi avec Pelly depuis des années, commande les lumières, achevant de parfaire l’ambiance sur scène pour transporter le public dans un autre monde de facéties et de tendresse.

Laurent Pelly a monté ses premiers spectacles en 1980. Il est aussi à l’aise dans le théâtre classique (Shakespeare, Ionesco…) que les pièces modernes (“Alice au Pays des Merveilles” ou “Les Malices de Plick et Plock”) ou encore dans les œuvres lyriques (Mozart, Offenbach…). Il a beaucoup voyagé pour ses représentations : Festival d’Avignon, Grande Halle de la Villette à Paris, Festival de Seito Kinen au Japon, Festival d'Opéra de Santa Fe aux Etats-Unis entre autres.

Le metteur en scène est également aujourd’hui co-directeur du Théatre National de Toulouse Midi-Pyrénées (TNT).

Le romantisme à l’italienne
“L’Elisir d’Amore” est un opéra en deux actes conçu par le compositeur italien Gaetano Donizetti en 1832. Il s’est d’ailleurs inspiré de “le Philtre”, un opéra né de l’imagination du dramaturge français Eugène Scribe.

Co-produit par l’Opéra National de Paris, ce spectacle  fait appel à des virtuoses venus du monde entier. La soprano polonaise Aleksandra Kurzak tient le rôle principal d’Adina, entourée de barytons et de ténors italiens, siciliens et roumains.

C’est l’Ochestre du Royal Opera House, dirigé par Bruno Campanella, qui accompagnera en direct les artistes. A noter que l’air le plus célèbre de la pièce s’intitule “Una furtiva lagrima” (une larme furtive)… ouvrez grand vos yeux et vos oreilles !

Loyola Ranarison (www.lepetitjournal.com/londres) mardi 13 novembre 2012

Recevez gratuitement notre newsletter !


Plus d’information sur

http://www.roh.org.uk/elisir

Dates pour les représentations

13, 16, 20, 23 et 28 Novembre

1, 4 et 7 Décembre

Tarifs

Places de £8 à £175

Adresse

Royal Opera House

Bow Street

Covent Garden

London WC2E 9DD

 
Une internationale

BERNARD PIVOT – "La fermeture des Instituts Français à l’étranger est un drame"

Le journaliste et écrivain Bernard Pivot était invité des Rencontres littéraires, organisées par l’Alliance Française à Paris. Celui qui a commencé à voyager à travers les livres lorsqu’il était enfant en dévorant son dictionnaire du Petit Larousse, en dit plus sur sa vision de la langue française et l’intérêt de promouvoir la francophonie à travers le monde.
Actu internationale
Actualités de nos partenaires
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Découvrez enfin pour quoi vous êtes fait !

 Vos diplômes, vos expériences et vos titres professionnels ne vous ont pas permis d’identifier votre zone d’excellence. Au cours de votre parcours, vous avez été performant, parfois moins. Vous avez aimé ce que vous faites, parfois moins. Mais aucune évidence n’a surgi. Aujourd’hui, une question tourne en boucle dans votre tête : "Pour quoi suis-je fait ?". Comment le découvrir ?

COACHING - Expatrié, quelle erreur !

Samedi 1er août. Les rayons du soleil plongent à travers les larges baies vitrées de JFK, le principal aéroport de New York. Manu, assis par terre, le visage enfoui entre ses mains, se demande, « mais comment en suis-je arrivé là ? » Après deux années passées à New York, il rentre à Paris, rapatrié par sa compagnie. Un échec qu’il a encore du mal à assumer même si, au final, il ne s’est jamais senti aussi seul et misérable qu’aux États-Unis, un pays dont la mentalité qu’il juge avant tout égoïste, hypocrite et cruelle, est à l’opposé de ses principes de vie.
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine
En direct de nos éditions locales