Pour la première fois, le street artist Thierry Guetta, alias Mr Brainwash, expose en Europe. Dans un immense bâtiment inutilisé en plein centre de Londres, le Français, toujours très controversé, a rassemblé le meilleur de son oeuvre. Une agréable plongée dans le monde contemporain du street art

Au début des années 2000, Thierry Guetta est un commerçant et un documentariste amateur français excentrique vivant à Los Angeles. Fasciné par le street art et introduit dans le milieu par son cousin, l'artiste Invader, il collecte des tonnes d'interviews et d'actions de membres importants de la nouvelle génération de l'art urbain. Il ne lâche pas sa caméra jusqu'à sa rencontre avec Banksy, le célèbre pochoiriste britannique, dont il est obsédé. L'artiste, au vu de la médiocrité des productions audiovisuelles du Français, l'invite à se tourner vers le street art. C'est alors que naît Mr. Brainwash.

Mythe ou réalité ?

Voici le résumé du célèbre film Exit Through the Gift Shop (Faites le mur!) réalisé par ce même Banksy et basé sur la vie de Thierry Guetta. Réalité ou fiction ? Véritable documentaire ou canular ? Tout a déjà été dit. Exit Through the Gift Shop, sorti en 2010, a été acclamé par la critique mais a également fait douter pas mal de monde. Il faut dire que faire un film sur quelqu'un qui fait un film sur soi n'est pas banal…Mais peu importe, aujourd'hui Mr Brainwash est une star de l'art urbain et ses oeuvres se vendent à prix d'or.

Une star plutôt qu'un artiste ?

Une star oui, un artiste, pas sûr. Les travaux de Mr Brainwash font polémiques. Après lui, c'est à ses oeuvres qu'on reproche de n'être que de pâles copies de celles de Warhol ou Banksy. Lui s'en moque, l'art "n'appartient à personne donc ne peut pas être volé". Autre critique : Thierry Guetta ne réalise pas grand chose lui-même. À l'instar d'un Damien Hirst, il peut compter sur toute une équipe d'assistants pour donner forme à ses idées (qu'elles soient les siennes ou pas).

"Life is Beautiful"

Oublions un instant les controverses et découvrons son exposition londonienne, la première de l'artiste en Europe. Dès l'arrivée devant l'entrée du Old Sorting Office sur New Oxford Street la ressemblance est effectivement criante. Sur les murs du bâtiment, les premières oeuvres sautent aux yeux. Aux pochoirs noirs et blancs de Banksy se mêlent les estampes colorées d'Andy Warhol et l'assemblage des deux est plutôt réussi. Dans un immense entrepôt qui remplace parfaitement le décor urbain dans lequel devraient se trouver ses oeuvres, Mr Brainwash a compilé un "best of" de ses travaux autour de sa devise "Life is Beautiful".

Un hommage ?

L'accent est aussi mis sur la Grande-Bretagne avec des portraits de la reine mais aussi le drapeau de l'Union Jack réalisé en bombes de peinture sans oublier bien sûr les anneaux olympiques ou encore les Beatles. Des boites de souvenirs géantes contenant un "black cab" ou une cabine téléphonique rouge sont également exposées. Ce qui frappe le plus, c'est cette impression d'hommage aux artistes des cinquante derniers années mais aussi aux objets et aux marques qui ont marqué toute une génération. Aux portraits de Billie Holliday, Springsteen, Daft Punk, Miles Davies, Bob Marley, Jimmy Hendrix ou encore des Doors réalisés à l'aide de morceaux de vinyles cassés, s'ajoutent des références à Coca-Cola, Heinz, Starbucks ou encore un remerciement au cinéaste Alfred Hitchcock. Un lecteur à cassette et un Polaroïd géants viennent également renforcer ce sentiment. Nostalgique Mr Brainwash ?

 

Une balade "cool"

Quelque soit le message, de part le lieu, la gratuité, la liberté de prendre des photos, l'agencement des oeuvres dont certaines semblent, un peu comme dans la rue, déposées par hasard, la visite s'apparente surtout à une balade très agréable. Le street art a-t-il sa place dans les galeries d'art ? Ici, la question ne vient même pas à l'esprit tant on a l'impression de se balader en toute liberté.

C'est vrai, Mr Brainwash n'a rien inventé. Ses travaux ne révolutionnent pas le street art. Ils ne se détachent pas de ce qui existe déjà. Mais peu importe tant que la méthode fonctionne. Ses oeuvres son souvent drôles et interrogent. Surtout, il a réussi à faire de sa première exposition en Europe, un véritable show. D'ailleurs, si vous ouvrez vos oreilles pendant votre promenade, c'est bel et bien le mot "cool" que vous entendrez le plus souvent sortir de la bouche de vos voisins.

Simon Gleize (www.lepetitjournal.com/londres) mercredi 22 août 2012

Jusqu'au 31 août, The Old Sorting Office, 21 - 31 New Oxford Street. Du lundi au dimanche de 13h à 19h. Entrée gratuite. Toutes les oeuvres peuvent être achetées.

http://www.mrbrainwash.com/

À lire aussi:

BLEK LE RAT – Le père du Street Art à l’Opera Gallery
Depuis le 28 Avril, le Français Blek le Rat est exposé à l’Opera Gallery de Londres. Jean-David Malat, son directeur, nous livre sa vision de l’artiste et du mouvement Street Art

GRAFFITI- Graffer en liberté sous le Tunnel de Waterloo
Depuis des années, le tunnel de Waterloo est un espace où peuvent librement s’exprimer des artistes amateurs ou confirmés ; suivez le guide …

SHOREDITCH - Partir à la chasse au street art (1/2)
Fut une époque où le street art se contentait d’un simple graffiti sur les murs, plus ou moins coloré, plus ou moins complexe. De nos jours, la gamme s’est étendue aux pochoirs, aux textures, aux matériaux. Il ne s’agit plus de vandalisme mais d’art à part entière, reconnu, recherché puis, souvent, exposé. D’art des rues, il devient mARTketing

SHOREDITCH - Partir à la chasse au street art (2/2)

EXPO – Banksy à Bristol : du street art dans les murs de son enfance
Après une expo sur Russell Street, Banksy rentre au pays pour un corps a corps avec le musée de Bristol dans une expo au titre évocateur : Banksy vs Bristol Museum –à voir jusqu’à fin août. Même chez lui, la star du graffiti mondial reste anonyme

Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Melbourne - Actualité

"SI J'OZAIS" - Kafka chez les kangourous

On a beau être un bonze, on n’échappe pas à quelques mouvements d’humeur de temps à autre. Un exemple au hasard, lointain souvenir de…
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine