Patron des cérémonies de La Nuit du Congo depuis cinq ans, Beethoven Yombo Germain est l’homme par qui les Congolais se connectent chaque année, grâce aux soirées culturelles dont il est le manager. Combien de temps a t-il fallu à Beethoven pour désigner l’Afrique du Sud comme  prochain site de la soirée mythique ? Pourquoi avoir choisi l’Afrique du Sud? Rencontré à quelques semaines de la cérémonie,  ce modèle de patience et de passion culturelle a répondu au Petit Journal

Lepetitjournal.com : Vous êtes arrivé à Johannesburg à quelques jours de la grande soirée culturelle La Nuit du Congo. Est-ce un tour d’éclaireur ou une simple disposition de touche finale ?


Beethoven: Il faut plutôt admettre que ma présence à Johannesburg avant le 5 décembre, date initialement prévue pour l’événement, est d’ordre technique. Je suis venu finaliser les choses avec l’équipe qui me représente ici. Visiter la salle et rencontrer les techniciens, pour bien s’assurer que tout est fin prêt. Mais ce n’est pas par manque de confiance, c’est naturellement un réflexe que pourrait avoir n’importe qui face à de telles responsabilités.

Vous êtes à l’origine du concept de La Nuit du Congo, comment est né ce projet ?

L’idée m’est venue quand, en tant qu’organisateur culturel, j’ai constaté que la réputation culturelle du Congo Brazzaville commençait à perdre ses repères dans le domaine de la musique et de la danse. Or nous avons plusieurs artistes talentueux, qui n’attendent qu’une occasion du genre pour s’exprimer. Et je crois personnellement que l’identité culturelle ne peut s’exprimer qu’au moment où elle se frotte à d’autres cultures. C’est sur cette base de données qu’est né le concept « La Nuit du Congo à … »

Quel est l’objectif principal de La Nuit du Congo ?

D’abord nous avons une mission : celle de refaire l’image musicale du Congo Brazzaville afin que celle-ci retrouve ses lettres de noblesse. Et voilà qu’en septembre 2005 la première Nuit du Congo a été organisée à Paris. Nous avions déjà eu successivement des éditions à Rome, à Casablanca et cette année c’est au tour de Johannesburg d’abriter la cinquième édition. Ce qui est une méga promotion de notre culture et en même temps une occasion de faire connaître nos artistes à l’étranger.

Pourtant la date du 10 juillet était déjà fixée pour la cinquième édition à Johannesburg. Pourquoi y a-t-il eu changement de calendrier ?

Nous aurions pu respecter cette date. Mais après le mondial de football, les réalités sécuritaires nous ont pratiquement amenés à revoir la date précédemment indiquée. C’est ainsi que nous avons choisi la date du 5 décembre 2010.


En Afrique du Sud, on retrouve une musique traditionnelle bien valorisée. Quelle est la particularité de cette cinquième édition, vu qu’elle est organisée dans un pays africain qui n’est pas en marge des valeurs culturelles ?

Le 5 décembre nous aurons à faire valoir notre identité culturelle à 95%. Nous mettrons sur scène des groupes aptes à exhiber la musique traditionnelle, de pure souche. Et d’ailleurs quelques groupes sud africains seront invités à échanger avec nos artistes afin de se découvrir mutuellement.

Quels sont les découvertes que vous réservez au public ?

D’abord le très célèbre groupe traditionnel Les Kingoli. Les percussions, les maracasses, les costumes et le maquillage traditionnel purement congolais. Une vraie confrontation à la tradition folklorique zouloue.

Cette cinquième édition se tiendra ce dimanche 05 décembre 2010 à Johannesbourg dans l’amphithéâtre de l’université de WITS situé sur Jorissen Street, Senate House, Basement 2

Christian Eger Taty (www.lepetitjournal.com/johannesbourg.html) mercredi 1er décembre 2010

 
Une internationale

RENTRÉE - Itinéraire d'un professeur au Lycée Français de Madrid

portrait, expat, PRO,LYCEE FRANÇAIS DE MADRID,Christophe Dardel,enseignement, bilingue, ,communauté française,français,francophones,expat,expatriés,french,francés,Espagne,España,Lepetitjournal.com, Madrid, Barcelone, Barcelona, Francia, France
De Christophe Dardel, on retient une sympathie dès le premier abord et une passion pour raconter son métier tel qu’il le vit au quotidien, toujours intacte après seize années de carrière. Ce parcours, il le raconte sans détours ni complaisance. Un dynamisme communicatif qui fera du bien à tous ceux qui ont le blues à quelques jours de la rentrée des classes... 
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

6 Astuces pour une rentrée réussie

 Ca y est, c’est la fin des vacances et avec elles une certaine forme d’insouciance et de légèreté. La rentrée est pour beaucoup synonyme de stress et d’appréhension. Pour les enfants, il faut se refaire de nouveaux amis, rencontrer de nouveaux professeurs et, pour les parents, installer une nouvelle routine avec une myriade d’activités et une multitude de contraintes à gérer. VivaLing vous aide à aborder cette période de l’année avec confiance et sérénité en vous livrant 6 conseils.

La Pierre, l’investissement privilégié des expatriés Français

La retraite est au cœur des préoccupations des expatriés français. L’immobilier arrive largement en tête des projets d’investissement suivi par l’assurance vie et le livret d’épargne. Selon les expatriés français, la France reste le premier pays ayant du potentiel pour l’investissement immobilier. De nombreux expatriés recherchent un bien sans travaux ou construit récemment pour habiter ou louer le bien. Une majorité d’investisseur fait plutôt confiance à un tiers pour les représenter lors de la recherche d’un bien, d’un financement et/ou de la mise en location.
Expat
Expat - Emploi

LEPETITJOURNAL.COM - Soyez la voix des Français et francophones dans votre ville

Vous cherchez un défi personnel, professionnel et dans les médias ? Vous voulez être votre propre patron tout en intégrant un réseau en pleine expansion ? Vous possédez de fortes attaches dans la communauté des expatriés et des Francophones de votre ville que vous désirez faire fructifier ? Devenez partenaire du site lepetitjournal.com !

MANAGEMENT - Christian Barqui, président de l'APM : "On n’apprend pas sans émotion"

Créée en 1987 à l’initiative de Pierre Bellon, alors PDG de Sodexo, l’APM, Association pour le Progrès du Management, suscite l’engouement d’un nombre croissant de dirigeants en France et à l’international. L’association compte désormais 353 clubs réunissant une fois par mois de 20 à 25 dirigeants autour d’un expert. Le Président et le Directeur Général de l’APM, reviennent sur les éléments clés qui concourent à ce succès.
Expat - Politique

DIPLOMATIE – Etre consule de France à Istanbul pendant le coup d'Etat militaire

Muriel Domenach a occupé de septembre 2013 à août 2016 le poste de Consule générale de France à Istanbul. Entre suppression des festivités du 14 juillet du fait de menaces terroristes et coup d'Etat militaire, elle raconte comment elle a vécu personnellement les événements, les mesures prises pour rassurer les ressortissants français et revient sur trois années très riches en Turquie

MICHAELLE JEAN - "Nous n’agissons pas seulement pour le français, mais pour le public et les 77 délégations sportives francophones"

La secrétaire générale de la Francophonie était à Rio la semaine dernière afin d’assister à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques, accompagnée du musicien Manu Dibango, Grand Témoin de la Francophonie pour ces Olympiades. Notre édition de Rio a pu s’entretenir avec la Canadienne lors des premières épreuves d’aviron, à la Lagoa de Rio. 
Magazine
En direct de nos éditions locales