Retour en page d'accueil - Découvrez nos autres articles

Joseph Kessel débarque à Hong Kong en 1955, six ans après l’arrivée au pouvoir de Mao en Chine. La colonie anglaise est alors en pleine effervescence. Sa population a en effet triplé en cinq ans car elle vient d’absorber plus de deux millions de réfugiés chinois.

Le joyau de la Couronne britannique

Dès son arrivée, l’écrivain français est subjugué par la beauté triomphante de cette ile du Sud de la Chine, dont la présence de l’homme n’a fait à ses yeux que rehausser la splendeur. Hong Kong, "monstre sacré de l’univers", joyau de la Couronne britannique en Extrême-Orient, exerce sur lui son pouvoir magique. Du haut du Peak, Kessel contemple fasciné la fantastique cité qui s’est développée sur cet ancien rocher désert par la seule volonté d’une poignée de contrebandiers d’opium. Il décrit avec délectation l’immensité palpitante qui s’étale à ses pieds, "mélange de rocs et d’œuvres périssables", la végétation luxuriante, la foule ruisselante, les nombreuses embarcations, bâtiments de guerre, cargos, ferrys, jonques et sampans qui se croisent dans la baie.

Tragiques miséreux et aventuriers improbables

Mais sous la conduite de Georges, son guide, le journaliste ne tarde pas à découvrir l’envers de ce décor féérique, une réalité hongkongaise à laquelle aucun étranger n’a alors accès. A Kowloon et dans les Nouveaux territoires où il l’entraine, Georges lui montre les damnés de cette terre de richesses, prostituées, enfants affamés, ouvriers loqueteux, coolies et rickshaws crasseux, âmes errantes qui se cachent de l’autre côté du bras de mer ou invisibles qui se fondent dans les rues de Hong Kong Island où règnent en maîtres hauts fonctionnaires, riches industriels, marins, officiers de haut grade et commerçants prospères. Placé au seuil de la Chine communiste, "carrefour de tous les océans et de tous les trafics", Hong Kong abrite alors en son sein des fortunes colossales mais aussi de tragiques miséreux et d’improbables aventuriers dont Kessel, au gré de ses rencontres, nous livre quelques portraits édifiants. L’ouvrage du reporter français est une fabuleuse plongée dans le Hong Kong des années 1950, cité fiévreuse et industrieuse mais aussi cité vestige, "Pompéi" du vieux monde chinois et de l’Angleterre victorienne.

Lieux et personnages célèbres de Hong Kong évoqués dans le livre

Havre embaumé : traduction littérale du nom chinois Hong Kong.

William Jardine : Cet ancien médecin écossais de la marine marchande, devint l’un des plus grands contrebandiers d’opium d’Extrême-Orient. Surnommé le "Vieux Rat Tête de fer" par les Chinois, il créa et dirigea avec James Matheson la firme Jardine et Matheson (qui est encore aujourd’hui l’une des plus importantes compagnies de Hong Kong, actionnaire notamment de Cathay Pacific). Jouant de son influence au sein des institutions britanniques, Jardine fut à l’origine de la Guerre de l’opium à l’issue de laquelle en 1842 l’Angleterre victorieuse reçut de la Chine l’île de Hong Kong et la bande côtière de Kowloon.

Aw Boon Haw : Né en 1880 en Birmanie, ce fils d’herboriste chinois commercialisa l’onguent miraculeux mis au point par son père, le fameux Baume du Tigre, auquel il donna d’abord le nom de Seigneur de la jungle. Vendeur de génie, il fit rapidement fortune et s’établit à Hong Kong où il fonda un important groupe de presse et fit construire sur la colline au dessus de Tin Hau, la Pagode du Baume du Tigre, vaste jardin peuplé de statues d’animaux et de personnages mythologiques, aujourd’hui disparu.

Kowloon : Presqu’ile située face à l’ile de Hong Kong qui accueillit près la révolution l’essentiel des 2 à 3 millions de réfugiés chinois sans ressources et où se regroupaient usines, grandes installations commerciales, et où, bien après la brève zone de la gare, des palaces, et des grands magasins tous groupés autour des quais du ferry, s’étendaient les quartiers pauvres de la colonie anglaise avec leurs maisons de mah-jong, leurs "écoles" de danse et autres maisons d’abattage, leurs villages de boue et leurs fumeries d’opium crasseuses

Les Nouveaux territoires : Vaste zone que la Grande-Bretagne, loua en 1898 à la Chine pour quatre-vingt-dix-neuf ans et qui s’ajouta à la bande côtière de Kowloon et à l’île de Hong Kong, cédées en toute possession aux Anglais par le traité de Nankin en 1842.

Kowloon Walled City : Enclave chinoise au sein des Nouveaux Territoires, Kowloon Walled City fut jusqu’à la Révolution communiste administrée par un fonctionnaire nommé par Pékin mais devint par la suite une zone de non-droit dans laquelle ni les autorités britanniques, ni les autorités chinoises ne pouvaient pénétrer. Cette cité murée, repaire de voleurs et de criminels, fut détruite à la fin des années 1980 et remplacée par le Kowloon Walled City Park ouvert au public au début des années 1990.

Rennie’s Mill : Village isolé du district de Tseung Kwan O, aujourd’hui disparu, Rennie’s Mill fut cédé en 1950 à perpétuité aux partisans de Tchang Kai-Shek réfugiés en terre britannique, auxquels le gouvernement colonial accorda une indemnité de 60 cents par jour. Bastion de l’anticommunisme militant, où flottait encore l’ancien drapeau de la République de Chine, le village se vida peu à peu de ses habitants qui émigrèrent pour Taiwan ou furent relogés ailleurs.

Le Grand Seuil : zone frontière avec la Chine communiste qui fut jusqu’àla rétrocession de Hong Kong étroitement surveillée. Chacun de ses habitants ne pouvait y accéder que muni d’une carte d’identité spéciale et tout étranger à la zone ne pouvait y pénétrer qu’accompagné d’un officier de police.

Florence Morin (www.lepetitjournal.com/hongkong.html), reprise du jeudi 15 novembre 2012

Abonnez-vous gratuitement à notre Newsletter !

 
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Primo-investisseurs : 3 raisons de se lancer

L’investissement locatif offre des rendements intéressants, s’adapte à des profils très différents et présente peu de risques. Bien accompagné dans vos démarches, vous êtes sûrs de ne pas rater votre placement d’avenir !
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales