Emilie Guillot et son équipe nous ont fait grande confiance et ont ouvert au petitjournal.com les coulisses d'une de leurs toutes dernières répétitions dans une réelle ambiance intimiste aux côtés d'une troupe que l'on devine soudée autour de leur metteur en scène …

Une comédie enlevée
L'ambiance est conviviale et décomplexée, et la joie de partager ce projet collectif se lit dans les regards et les sourires malgré une intense concentration.

Le démarrage se fait sereinement et l'on est très vite pris au jeu ; la fluidité des enchaînements, les étourdissants ressorts comme la subtilité des échanges sont un véritable régal ; ça virevolte dans cet appartement parisien décoré bobo, ça se dispute, ça tombe, ça crie, ça se coupe la parole, ça se réconcilie, ça frappe à la porte, c’est savoureux au possible. On rit, on plisse les yeux, on grimace, on rit à nouveau, on applaudit, on en redemande.

Pas facile pour Emilie comme pour les comédiens de reprendre cette pièce culte de Francis Veber jouée au théâtre comme au cinéma par des comiques aguerris, pas facile d'éviter le danger du parodique ou du facsimilé.

Et bien le résultat est là ; on balaye d'un coup tout ce qui a été dit et redit sur le film et ses précédentes interprétations, tout est réapproprié, tout est redéfini ; et l’on se retrouve, nous public, plongé dans cette incroyable affaire de diner avec cette impression d'"en être", aux confins de l'intrigue, en complicité avec la troupe, avec la magie de se sentir présents à leurs côtés en toute proximité.

Pendant 1h30, on est comme suspendu au destin de cet éditeur parisien, lâche, cynique, égoïste et cruel, auquel on s’attache pourtant, en prise avec ce "champion", "ce con de classe mondiale", qui, bienveillant et sincèrement dévoué sous ses airs bonhommes, fait tout pour tirer d’affaire l’affreux jojo que sa femme vient de quitter.

Photo : Albert Cheung

Une performance d’acteurs
C'est bien là, la prouesse d'Emilie et de son équipe. Avec quelques tableaux et bibelots distribués sur la scène, un canapé, une table de cuisine, un téléphone, cette jolie femme gracile et fédératrice et sa troupe, tels de fabuleux conteurs, nous embarquent vers ce compagnonnage où le jeu du théâtre paraît si facile et évident.

L'équipe nous offre en effet une sacrée performance qui nous permet de redécouvrir avec fraicheur cet incroyable imbroglio de situations périlleuses et de rebondissements.

Bien sûr, vous serez sensible aux ressorts comiques, aux bourdes et maladresses des uns et des autres, vous rirez aux éclats, à gorge déployée, mais vous ne manquerez pas non plus d’observer la grande finesse d’écriture et de jeu, l’enchainement et la rythmique des phrases qui font mouche, la subtilité des regards échangés et des non-dits, des situations dans lesquelles les masques tombent, où la vulnérabilité des personnages transparait.
Cela parait si simple, naturel, enlevé, mais où vont-ils chercher tout ça ?
Sans doute dans le don de soi, la générosité, le partage .
Après la répétition d'ailleurs, Emilie et l'ensemble de sa troupe ont dans le regard l'innocence de ceux qui ont tout donné.

Emilie, la femme orchestre de ce joyeux intermède, qui a choisi sa distribution au sein de son école de théâtre, la Hong Kong Theatre Association qu’elle a montée en 2007, a formidablement calibré son casting. On sent en effet dans le jeu des 2 comédiennes et des 5 comédiens l'aisance d'un apprentissage déjà mûr et ciselé au fil des années.

Avec la reprise de pièces-événements, Emilie n'en est d'ailleurs pas à son coup d'essai ; avec brio et avec une partie de la troupe déjà, elle a su conquérir un public fidèle depuis ses premières représentations. En 2010 déjà, l'affiche était belle avec la pièce de Yasmina Reza, Art, en 2011 ce fut un sacré défi que de monter Don Juan, ainsi que le Père Noël est une ordure qui remportèrent eux aussi un beau succès.

Bravo et un grand merci à cette belle troupe si généreuse ! Courez les applaudir, ça se remplit mais il reste des places pour le samedi. Ne manquez pas ce moment qui fait du bien !

Stefany et Florence Morin (www.lepetitjournal.com/hongkong.html),  jeudi 8 novembre 2012

Informations pratiques :

Le Diner de cons

Par la troupe de Emilie Guillot,

Honk Kong Theatre Association

Du 28 novembre au 1er décembre 2012
HK Rep Black Box
8 / F Sheung Wan Civic Centre
345 Queens Road Central
Sheng Wan
Tickets : www@urbtix.hk
Booking hotline : 2734 9009
Credit card hotline : 2111 5999
Program enquiry : 2851 0091

A l'affiche :

Directrice et productrice Emilie Guillot
Sons et lumières Frédéric Thierry d'Argenlieu
Maquillage Marie Rancoule Vaucelle
Sponsor Quam ltd
Amis et soutiens DragonEye Photography, Marie MakeUp, Albert Cheung, the Masterminds group, BDO ltd
Distribution
Paul Milon : Juste Leblanc
Hélène Liu : Marlène
Gwendoline Bestar : Christine Brochant
Lenny Baptiste Conil : Pierre Brochant
Bertrand Leduby : Lucien Cheval
Thierry Estimbre : Francois Pignon
Frédéric Stephan : Pr Archambaud

Voir aussi nos articles :
OH UNE SERPILLIERE ! – Le Père-Noël est une ordure débarque à Hong Kong
LES PAS PERDUS – "voici la gare centrale, débarcadère des volontés, carrefour des inquiétudes"
DUELLES – Pièce virtuelle pour deux actrices bien réelles
HUIT FEMMES – Neuf raisons de courir voir cette pièce !
DON JUAN – La nuit de Valognes, un pur régal !
THEATRE – Talk Radio au Fringe dès ce soir
PORTRAIT – Emilie Guillet met en scène ART

 
Une internationale

L’immobilier : l’investissement phare des Français expatriés

Désireux d’innover dans le secteur de l’immobilier 2.0, My expat - société qui facilite les transactions immobilières pour expatriés - a lancé une grande enquête il y'a quelques mois auprès des expatriés français. Leur but ? En apprendre davantage sur les Français de l’étranger, et plus précisément leurs projets immobiliers et désirs d’investissement.
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Comment bien choisir sa formation à distance.

Pas le temps - ni le courage peut-être de suivre une formation longue mais l’envie de progresser quand même ?Il existe aujourd’hui sur le marché une offre complète de formations à distance permettant de se former sur des compétences clés et ce, où que vous soyez dans le monde.

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !

Préparer le retour d’expatriation de vos enfants avec les Cours Legendre à Distance

De plus en plus de Français sont séduits par l’expatriation, et parmi eux, de nombreuses familles : plus de 300 000 enfants suivent ainsi chaque année leurs parents hors de France, et ce chiffre est en constante évolution. Le choix de scolarisation des enfants devient donc un sujet de préoccupation majeur, d’autant que de nombreux lycées français à l’étranger, notamment dans certaines capitales, ne proposent pas suffisamment de place pour les ressortissants français. Un tiers des élèves des Cours Legendre à distance étudient hors de nos frontières. D’après les résultats de notre enquête annuelle, les parents voient ainsi dans nos programmes une véritable alternative conciliant la garantie d’un apprentissage continu, solide et balisé et la possibilité pour l’enfant de s’immerger et de vivre pleinement son expatriation. 
Expat
Expat - Emploi
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine
En direct de nos éditions locales