En latin d'origine, le même mot  - ludus, qui a donné "ludique" - désigne le jeu et l'école. En outre, le mot grec dont dérive le nôtre, skholè signifie d'abord "loisir". En ces temps de remise en question de l'enseignement dans nos collèges et lycées, pourrait-on trouver là quelques pistes pour la transmission du savoir ?

Le double sens de scholè vient de ce que, dans l'Antiquité, lorsque l'on dispose de loisirs, on les consacre à l'étude. Le pédagogue conduit sur le chemin de la connaissance. Encore faut-il, pour assimiler les notions nouvelles, disposer de temps et les rabâcher pour que la mémoire les retiennent et que toutes ces connaissances cessent d'agir comme des corps étrangers, mais au contraire, qu'elles donnent le choix, donc la liberté.

L'oisif n'est pas toujours oiseux

Cette notion de temps et d'assimilation est encore présente dans le terme latin d'otium . Otium qui nous a légué le terme péjoratif d'oisif, est en latin opposé à negotium qui signifie les affaires à conduire et a donné "négoce". Pour les Romains, l'oisiveté n'est pas nécessairement mère de tous les vices, mais donne le temps de s'occuper, grâce à un certain éloignement des affaires, de tout ce qui (dirions-nous aujourd'hui) "ne sert à rien" ; c'est-à-dire ce qui meuble l'esprit - la poésie, la littérature ou la philosophie.

Tout cela fait partie d'un jeu de l'esprit, d'une rêvasserie, et même d'un ennui que l'on ne s'autorise plus de nos jours.  Jeux rhétoriques, jeux de mots, jeux impliquant des constructions mathématiques, tout cela formait jadis l'esprit de l'enfant ou de l'adolescent, "musclait" sa pensée.

Discernement et liberté individuelle

Imaginons un ministre de l'Education nationale qui proposerait aux élèves des collèges et lycées le programme suivant :  controverses faisant appel à l'esprit de compétition et scindant la classe en deux camps chargés de défendre chacun une thèse opposée ; apprentissage de la communication grâce à diverses techniques d'éloquence, allant jusqu'à la théâtralisation des conflits individuels et sociaux ;  plongée dans les énigmes scientifiques pour se poser le sens de la présence au monde et de la place de l'homme dans l'univers ; épanouissement du corps grâce au football, au baseball, au tir au fusil, à la course d'avirons ; pratique d'instruments de musique pour s'initier à la maîtrise des doigts et du souffle ; lecture de faits mémorables pour forger le jugement ; respect de la discipline et pratique de l'obéissance, conçue comme voie d'accès au discernement.

Tout cela et bien d'autres choses, il le trouverait dans un ouvrage de 1599, le fameux Ratio Studiorum des jésuites qui inspira le  lycée public inventé par Napoléon : car il répond à ceux qui demandent à l'enseignement de former des femmes et des hommes adaptés à leur temps, d'encourager l'individu à être autonome et responsable.

Mais veut-on des individus autonomes et responsables ? Telle est la question.

Elizabeth Antébi (www.lepetitjournal.com/cologne) Mardi 10 juillet 2012

A relire :

 
Une internationale

PARIS – Que faire cet été si on n’aime pas le foot ?

Vous êtes incapable de nommer un joueur de l’équipe de France de foot ? Vous voulez éviter les fanzones et ses supporters qui sentent la bière ? Pas de panique, lepetitjournal.com a fait une sélection des meilleurs expos, musées, bons plans et balades pour profiter des journées ensoleillés à Paris durant cet été très sportif. 
Actu internationale
Actualités de nos partenaires
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Découvrez enfin pour quoi vous êtes fait !

 Vos diplômes, vos expériences et vos titres professionnels ne vous ont pas permis d’identifier votre zone d’excellence. Au cours de votre parcours, vous avez été performant, parfois moins. Vous avez aimé ce que vous faites, parfois moins. Mais aucune évidence n’a surgi. Aujourd’hui, une question tourne en boucle dans votre tête : "Pour quoi suis-je fait ?". Comment le découvrir ?

COACHING - Expatrié, quelle erreur !

Samedi 1er août. Les rayons du soleil plongent à travers les larges baies vitrées de JFK, le principal aéroport de New York. Manu, assis par terre, le visage enfoui entre ses mains, se demande, « mais comment en suis-je arrivé là ? » Après deux années passées à New York, il rentre à Paris, rapatrié par sa compagnie. Un échec qu’il a encore du mal à assumer même si, au final, il ne s’est jamais senti aussi seul et misérable qu’aux États-Unis, un pays dont la mentalité qu’il juge avant tout égoïste, hypocrite et cruelle, est à l’opposé de ses principes de vie.
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine
En direct de nos éditions locales