Dans les longues voies rectilignes de Los Angeles, sa ville de résidence, l'artiste allemand Michael EB Detto traque les fantômes de la communauté cambodgienne en exil... et les siens.

"Comment devons-nous vivre ?" : c’est là l’interrogation de la poète polonaise Wislalawa Szymborska que Michael EB Detto, artiste et intellectuel allemand de 59 ans, a choisi de mettre en exergue de son essai Sur les fantômes cambodgiens. Surtout, comment le faire après les horreurs du siècle écoulé ? L'exposition "Cambodian Ghosts", qui mêle photographies et écriture, présentée à partir de ce soir à la Metahouse de Phnom Penh, tente de répondre à cette question. Michael Detto s’est intéressé au sort de la communauté cambodgienne de Los Angeles, où il vit. Appréhendant leurs traditions, il a pris conscience du fossé qui le séparait initialement d’une culture asiatique qui entretient un lien familier avec le surnaturel. "Je venais d’une culture très rationaliste. Habermas, Heidegger ne traitent guère des fantômes", rappelle-t-il. Cependant, quelque chose dans la radicalité de l’expérience cambodgienne, le totalitarisme, l’exil, faisait écho à sa propre histoire allemande. Un père persécuté sous le nazisme pour ses opinions socialistes, une mère qui a combattu sur le front de l’Est contre les Russes, tous deux traumatisés par leur expérience et reclus dans le silence. Son intérêt pour la Pologne et la culture de cette "Mitteleuropa", qui fut aussi le théâtre de l’anéantissement de la Shoah. Enfin, un engagement à l’extrême-gauche dans sa jeunesse à Berlin-Ouest, dont il connut les dérives sectaires dans les années 1970, tandis que dans le même temps, Pol Pot accédait au pouvoir au Cambodge.

Esotérisme et dissertation
Dans son travail, Michael mêle jusqu’à l’indistinction ses propres clichés de Los Angeles et du Cambodge. Les photos sont mises en scène par paire : d’un côté, l’image chaleureuse d’une cérémonie de nouvel an khmer à Long Beach ou Signal Hill, résurgence heureuse du passé et de la tradition. Des portraits soignés, de beaux vêtements, des couleurs chaudes. "Le confort d’un album de famille", explique l’auteur. De l’autre, le vaste paysage informel de Los Angeles, d’où se dégage une impression d’absence. Les lignes géométriques de la ville, trottoirs, enseignes, vitrines, entrées, accueillent en surimpression des images spectrales venues du Cambodge. Les fantômes de la rizière prennent possession de la cité, se mêlent à leur descendance américaine.

L’auteur revendique une certaine esthétique de l’étrange (la page de garde du catalogue de l’exposition ornée de symboles, les portraits numérotés jusqu’au chiffre sacré de 21...), un ésotérisme quasi- kitsch : "Je voulais coller à mon sujet, éviter toute distance cynique." Dans le même temps, dans un long texte parsemé de références, il tente d’explorer les multiples sens du mot fantôme, explorant le legs du passé, des mots, des images, s’aventurant jusqu’à la psychanalyse, s’interrogeant sur le double fantomatique de nous-même perpétuellement mis en scène dans nos rapports avec le monde. L’Histoire tragique se mêle ainsi à l’histoire individuelle, aux blessures, aux histoires enfouies. "Il faut nous rendre plus familiers avec les fantômes : ils sont beaucoup plus proches de nous que ne le sont les dieux", conclut Michael Detto.


Photo Courtesy Michael EB Detto

Cambodian Ghosts, exposition de Michael EB Detto à la Meta House : vernissage le 8 novembre 2012

Samuel Bartholin (http://www.lepetitjournal.com/cambodge.html) Jeudi 8 novembre 2012

 
Une internationale

LEPETITJOURNAL.COM - Soyez la voix des Français et francophones dans votre ville

Vous cherchez un défi personnel, professionnel et dans les médias ? Vous voulez être votre propre patron tout en intégrant un réseau en pleine expansion ? Vous possédez de fortes attaches dans la communauté des expatriés et des Francophones de votre ville que vous désirez faire fructifier ? Devenez partenaire du site lepetitjournal.com !
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Et si vous louiez votre appartement à une grande entreprise ?

Avez-vous déjà entendu parler de la location corporate ? C’est la possibilité pour un propriétaire de louer son appartement à un grand groupe pour que celui-ci y installe l’un de ses salariés avec ou sans sa famille. Un dispositif qui présente de nombreux avantages pour les bailleurs expatriés.
Expat
Expat - Emploi

LEPETITJOURNAL.COM - Soyez la voix des Français et francophones dans votre ville

Vous cherchez un défi personnel, professionnel et dans les médias ? Vous voulez être votre propre patron tout en intégrant un réseau en pleine expansion ? Vous possédez de fortes attaches dans la communauté des expatriés et des Francophones de votre ville que vous désirez faire fructifier ? Devenez partenaire du site lepetitjournal.com !

MANAGEMENT - Christian Barqui, président de l'APM : "On n’apprend pas sans émotion"

Créée en 1987 à l’initiative de Pierre Bellon, alors PDG de Sodexo, l’APM, Association pour le Progrès du Management, suscite l’engouement d’un nombre croissant de dirigeants en France et à l’international. L’association compte désormais 353 clubs réunissant une fois par mois de 20 à 25 dirigeants autour d’un expert. Le Président et le Directeur Général de l’APM, reviennent sur les éléments clés qui concourent à ce succès.
Expat - Politique

MICHAELLE JEAN - "Nous n’agissons pas seulement pour le français, mais pour le public et les 77 délégations sportives francophones"

La secrétaire générale de la Francophonie était à Rio la semaine dernière afin d’assister à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques, accompagnée du musicien Manu Dibango, Grand Témoin de la Francophonie pour ces Olympiades. Notre édition de Rio a pu s’entretenir avec la Canadienne lors des premières épreuves d’aviron, à la Lagoa de Rio. 
Magazine
En direct de nos éditions locales