Arrivée au Cambodge il y a un an et demi pour prendre la tête de l’Unesco, Anne Lemaistre est une amoureuse fidèle et fière du royaume d’Angkor. Pour cette passionnée qui a travaillé près de 10 ans sur le dossier Angkor, quel plus beau cadeau que d’occuper sa fonction au moment où l’on fêtera, en décembre, les 20 ans de l’entrée du site au patrimoine mondial de l’Unesco ? Rencontre.

Angkor, victime de son succès
Quand on l’interroge sur l’une des grandes satisfactions que lui ont apporté ces derniers mois de travail, Anne Lemaistre évoque spontanément ''le plan de gestion touristique d’Angkor'', un projet financé par l’Australie et mené conjointement avec l’APSARA. Le site d’Angkor, victime de son succès, doit être intégralement repensé, désenclavé ; ses temples, protégés. ''Il faut réorganiser la circulation dans tous les parcs, les flux dans les temples. Cela passe par la création de circuits thématiques, la reformation des guides touristiques. Il faut exercer un vrai travail de créativité sur Angkor, et arrêter de le voir figé dans ses deux circuits.''

Animée par le désir de préserver les richesses du Cambodge, Anne Lemaistre ne se lasse jamais d’en apprendre davantage à leur sujet. Rien d’étonnant, ainsi, dans le fait que son livre de chevet actuel, De Palmes et d’épines, soit signé Boulbet, chercheur ethnologue qui fut notamment responsable du parc forestier d'Angkor, avant de devenir conservateur du Phnom Kulen dans les années 60. ''Symboliquement, historiquement, archéologiquement, pour pleins de raisons, nous aimerions bien que Phnom Kulen soit inscrit dans le périmètre du patrimoine mondial.'' Tout pour mettre en valeur le patrimoine central et sacré du royaume ? Oui, tout, mais pas seulement.


Photo LPJ/PIERRE COLLET

''Les choses avancent, et plutôt vite''
Car diriger l’Unesco, rappelle Anne Lemaistre, est ''un mandat extrêmement large et ambitieux''. L’un des chantiers urgents au Cambodge concerne l’amélioration du système éducatif, pour laquelle l’organisation travaille avec le ministère du Travail et de l’Éducation : ''Nous voulons éviter le cercle vicieux où le manque de formation empêche de trouver des emplois bien payés, et donne au Cambodge l’image d’un pays qui n’offre que de la main d’œuvre bon marché.'' Rejetant le discours trop souvent entendu selon lequel ''les choses n’avancent pas ici'' (sic), Anne Lemaistre précise cependant avoir vu ''tous les efforts entrepris dans beaucoup de domaines''. ''À trop surcharger, les bonnes volontés s’essoufflent, et on donne l’impression que la communauté internationale est toujours en train d’en demander plus'', remarque-t-elle, avant de rappeler que ''le système éducatif a quand même été rebâti de zéro ces 30 dernières années''. Un réalisme qui lui garantit l’efficacité de nombreux projets – mais qui l’amène également à s’inquiéter de certains événements, tels que la condamnation à 20 ans d’emprisonnement du journaliste franco-khmer Mam Sonando (La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, s’est également exprimée le mois dernier sur le meurtre du journaliste Hang Serei Oudom dans la province du Ratanakiri).

En décembre, outre l’événement angkorien, sera également inauguré le Centre culturel des populations autochtones du Ratanakiri, à Banlung, autre ''motif de satisfaction'' pour Anne Lemaistre. Dessiné et construit selon les critères du développement durable, ce centre de ressources sera ouvert à toutes les communautés et à différents programmes, afin de refléter une diversité culturelle que l’Unesco travaille à promouvoir, en encourageant notamment l’éducation bilingue depuis plusieurs années, ou par le biais de programmes de radio dans quatre des langues présentes dans la région (Tampuan, Jaraï, Kreung, Bru). Du site d’Angkor au Ratanakiri, Anne Lemaistre se sent bien au royaume à condition de s’y sentir utile.

Céline Ngi (http://www.lepetitjournal.com/cambodge.html) Mercredi 31 octobre 2012

 
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Primo-investisseurs : 3 raisons de se lancer

L’investissement locatif offre des rendements intéressants, s’adapte à des profils très différents et présente peu de risques. Bien accompagné dans vos démarches, vous êtes sûrs de ne pas rater votre placement d’avenir !
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 

CARRIÈRE EXPAT – 5 trucs simples pour que le retour estival booste votre recherche professionnelle

L’année scolaire s’achève et votre recherche professionnelle n’a pas encore abouti. Dans ces circonstances, nous sommes souvent partagés entre plusieurs sentiments : le soulagement de faire une pause et de s’échapper de cette recherche qui patine ; la frustration d’interrompre le fil d’une démarche qui a été si difficile à mettre en place ; l'angoisse à l’idée qu’il faudra reprendre, qu’on ne saura plus faire à la rentrée, qu’on n’y arrivera peut-être pas ; la joie à l’idée des vacances qui se présentent.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales