Arrivée au Cambodge il y a un an et demi pour prendre la tête de l’Unesco, Anne Lemaistre est une amoureuse fidèle et fière du royaume d’Angkor. Pour cette passionnée qui a travaillé près de 10 ans sur le dossier Angkor, quel plus beau cadeau que d’occuper sa fonction au moment où l’on fêtera, en décembre, les 20 ans de l’entrée du site au patrimoine mondial de l’Unesco ? Rencontre.

Angkor, victime de son succès
Quand on l’interroge sur l’une des grandes satisfactions que lui ont apporté ces derniers mois de travail, Anne Lemaistre évoque spontanément ''le plan de gestion touristique d’Angkor'', un projet financé par l’Australie et mené conjointement avec l’APSARA. Le site d’Angkor, victime de son succès, doit être intégralement repensé, désenclavé ; ses temples, protégés. ''Il faut réorganiser la circulation dans tous les parcs, les flux dans les temples. Cela passe par la création de circuits thématiques, la reformation des guides touristiques. Il faut exercer un vrai travail de créativité sur Angkor, et arrêter de le voir figé dans ses deux circuits.''

Animée par le désir de préserver les richesses du Cambodge, Anne Lemaistre ne se lasse jamais d’en apprendre davantage à leur sujet. Rien d’étonnant, ainsi, dans le fait que son livre de chevet actuel, De Palmes et d’épines, soit signé Boulbet, chercheur ethnologue qui fut notamment responsable du parc forestier d'Angkor, avant de devenir conservateur du Phnom Kulen dans les années 60. ''Symboliquement, historiquement, archéologiquement, pour pleins de raisons, nous aimerions bien que Phnom Kulen soit inscrit dans le périmètre du patrimoine mondial.'' Tout pour mettre en valeur le patrimoine central et sacré du royaume ? Oui, tout, mais pas seulement.


Photo LPJ/PIERRE COLLET

''Les choses avancent, et plutôt vite''
Car diriger l’Unesco, rappelle Anne Lemaistre, est ''un mandat extrêmement large et ambitieux''. L’un des chantiers urgents au Cambodge concerne l’amélioration du système éducatif, pour laquelle l’organisation travaille avec le ministère du Travail et de l’Éducation : ''Nous voulons éviter le cercle vicieux où le manque de formation empêche de trouver des emplois bien payés, et donne au Cambodge l’image d’un pays qui n’offre que de la main d’œuvre bon marché.'' Rejetant le discours trop souvent entendu selon lequel ''les choses n’avancent pas ici'' (sic), Anne Lemaistre précise cependant avoir vu ''tous les efforts entrepris dans beaucoup de domaines''. ''À trop surcharger, les bonnes volontés s’essoufflent, et on donne l’impression que la communauté internationale est toujours en train d’en demander plus'', remarque-t-elle, avant de rappeler que ''le système éducatif a quand même été rebâti de zéro ces 30 dernières années''. Un réalisme qui lui garantit l’efficacité de nombreux projets – mais qui l’amène également à s’inquiéter de certains événements, tels que la condamnation à 20 ans d’emprisonnement du journaliste franco-khmer Mam Sonando (La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, s’est également exprimée le mois dernier sur le meurtre du journaliste Hang Serei Oudom dans la province du Ratanakiri).

En décembre, outre l’événement angkorien, sera également inauguré le Centre culturel des populations autochtones du Ratanakiri, à Banlung, autre ''motif de satisfaction'' pour Anne Lemaistre. Dessiné et construit selon les critères du développement durable, ce centre de ressources sera ouvert à toutes les communautés et à différents programmes, afin de refléter une diversité culturelle que l’Unesco travaille à promouvoir, en encourageant notamment l’éducation bilingue depuis plusieurs années, ou par le biais de programmes de radio dans quatre des langues présentes dans la région (Tampuan, Jaraï, Kreung, Bru). Du site d’Angkor au Ratanakiri, Anne Lemaistre se sent bien au royaume à condition de s’y sentir utile.

Céline Ngi (http://www.lepetitjournal.com/cambodge.html) Mercredi 31 octobre 2012

 
Une internationale

PAUL TAYLOR – What the Fuck France ?

Hi ! His name is Paul Taylor, he’s English but he lives here, in France ! Son nom ne vous rappelle rien ? Allez, on vous met sur la piste : un Anglais gouailleur, un peu énervé ne ratant jamais l’occasion d’épingler la moindre de nos petites manies bien françaises sur Youtube ou Canal +. Que ce soit nos boulangeries, nos terrasses, ou même notre façon de nous faire la bise, un concept que beaucoup d’étrangers semblent d’ailleurs avoir du mal à…
 Trophées des Français de l'étranger 2017
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Comment investir en France quand on est expatrié ?

Comment investir dans l’immobilier en France quand on vit à plusieurs milliers de kilomètres ? Est-il possible d’emprunter quand on est non-résident ? A quelles conditions ? Autant de questions que les français non-résidents se posent lorsqu’ils s’intéressent à l’immobilier locatif. Dans cette interview, Mickael Zonta, directeur de la société Investissement-Locatif.com répond à vos questions.

ASSURANCE EXPATRIÉS — Interview de David Eline, créateur de l’innovant My-Matchmaker

Quelle couverture santé privée adopter lors d’une expatriation ? Le choix est bien souvent cornélien au vu du panel d’offres très varié proposé en ligne et en agence. Nous avons rencontré David Eline, fondateur de l’ingénieux My-Matchmaker, un comparateur d’assurances santé privées internationales qui préfère la qualité au coût. Une approche séduisante qui a déjà fait de nombreux adeptes.
Expat
Expat - Emploi

COACHING – Comment vendre ses services en tant que coach: 3 stratégies efficaces

Nous sommes nombreuses à nous être lancées en tant que coach et rapidement nous nous sommes posé la question : « comment vendre ses services ». Or loin de nous l’idée de vendre nos services, nous voulons que nos clients viennent facilement à nous et que nous puissions les aider avec tout notre cœur et nos compétences. Voici 3 stratégies efficaces que vous pouvez mettre en place dès aujourd’hui.

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !
Expat - Politique

CAMBODGE – Le français plus qu’une passion, une tradition royale

Le temps d’une rencontre, le Prince Tesso Sisowath du Cambodge a partagé avec Lepetitjournal.com sa passion, son attachement pour la langue française et nous a parlé de la place qu’elle occupe, au fil des générations, au sein de la famille royale. Il est lui-même très investi dans le rayonnement de la francophonie.
Magazine
En direct de nos éditions locales
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire