Pour les 20 ans de Casa Decor, les organisateurs ont voulu insister sur la notion de bien-être dans ce qui ressemble à "la maison des rêves" pour tout décorateur d'intérieur en Europe. À Barcelone, ils ont choisi un somptueux immeuble du début du XXe siècle pour leur maison-témoin, situé à deux pas du Passeig de Gràcia, l'avenue des boutiques de luxe de la ville. Inaugurée hier, l'exposition-événement ouvre au public aujourd'hui

(Photos repro Casa Decor)

Casa Decor voit toujours plus grand. L'événement de design bi-annuel, mi-Madrilène, mi-Barcelonais, pose ses cartons cet automne dans un somptueux immeuble de sept étages de la Carrer d'Aragó - artère voisine du luxueux Passeig de Gràcia- construit au début du XXe siècle et qui abritait il y a quelques années encore la prestigieuse école de commerce de l'Université de Chicago. Malgré ses 20 ans, le concept de Casa Decor n'a pas changé d'un iota : offrir à des artistes, des décorateurs d'intérieurs, des designers et des architectes, des espaces d'exposition uniques et éphémères dans un immeuble qui leur est tout entier dévolu. "Tout le monde est gagnant", résume Natacha Watine, directrice générale de Casa Decor. "Nous proposons à des propriétaires d'immeubles de revaloriser leur bien grâce à notre événement, et louons ces surfaces d'exposition après division du bâtiment à des artistes désireux de présenter leurs œuvres sous un jour parfait à un large public". En l’occurrence, le 271 de la Carrer d'Aragó était vide depuis la mi-juin, "son propriétaire attend d'avoir les licences pour en faire un hôtel de luxe", précise Natacha Watine.


Qu'est devenue la Casa Decor Madrid 2012 ?
Au mois de mai s'est tenu l'événement déco au 8 de la plaza Espana à Madrid, un ancien bâtiment au coin de la calle de Bailen, qui donne une vue imprenable sur le Palais Royal. L'édifice avait été délaissé depuis une dizaine d'années, comme de nombreux autres le sont encore actuellement, la crise immobilière faisant toujours son œuvre dans ce quartier de Madrid. Sensible à ce contexte économique, Casa Decor avait donc choisi de décentraliser exceptionnellement son événement bi-annuel ; les organisateurs préfèrent d'habitude le quartier chic de Salamanca. Hélas, ce coup de projecteur n'a pas eu l'effet escompté : le 8 plaza de Espana est toujours à la recherche d'un acquéreur. Il semble que des projets hôteliers ou de sièges sociaux d'entreprises sont en cours. En 20 ans, Casa Decor a permis la rénovation ou la mise en lumière de 44 immeubles, dont 80 % ont été vendus au cours de l'événement avec une plus-value non négligeable pour les propriétaires.

Trois semaines de lifting pour un résultat plus "chaleureux" que les précédentes années
C'est donc dans cet écrin, "très lumineux", "très fonctionnel", que vont évoluer des professionnels de la décoration d'intérieure pendant un peu plus d'un mois. "L'image qui me marque le plus, c'est cette sensation de bien-être qui se dégage du bâtiment, confiait Natacha Watine à l'issue de l'inauguration de l'événement, qui s'est déroulée hier. On avait l'habitude jusque-là de faire dans le minimaliste, dans le "assez-froid". Là, tout a été fait pour rendre la visite la plus chaleureuse possible, un peu comme dans son chez soi". Environ trois semaines de travaux de rénovation ont été nécessaires pour mettre à jour le bâtiment. Les organisateurs de Casa Decor et son propriétaire s'étaient mis d'accord dès le mois d'août. L'affaire n'a donc pas traîné, et, en matière d'organisation événementielle, c'est même une petite prouesse, estimait la directrice générale : "Pendant dix à quinze jours, c'était une vraie fourmilière, la maison était en ébullition !"

Pas de décorateurs d'intérieur français, mais des entreprises
La Casa Decor de Barcelone version 2012 développe 4.000m² de surfaces d'exposition, dont une grande zone de restauration, un auditorium, un bar, un salon... S'il est essentiellement tourné au public, l'événement fait la part belle également au "social networking", aux événements d'entreprises. Une grande firme d'automobile japonaise a prévu de faire le lancement de son nouveau 4x4 à l'un des étages de la Casa Decor. L'enseigne française Maisons du Monde fera, elle, sa première apparition cette année. Elle sera l'une des seules "french touch" puisqu’aucun architecte ou designeur tricolore -et c'est assez rare- n'exposera ses travaux cette année. "Ce seront surtout des artistes locaux, mais cela devrait changer à l'avenir. On aimerait donner une dimension plus internationale à Casa Decor", reprend Natacha Watine, qui écarte définitivement tout projet de franchise comme il avait été un temps envisagé.

Un marché trois jours après la fin de l'expo pour acheter les pièces visitées
A l'intérieur, le visiteur amateur d'art de vivre pourra trouver sur son chemin un salon qui se transforme en salle de bain par l'action d'un simple bouton, une cuisine qui dégage l'odeur de pain frais et d'autres pièces de vie toutes aussi agréables. "La qualité est impressionnante cette année", renchérit Natacha Watine, qui rappelle que toutes les surfaces exposées à partir de ce matin sont destinées à la vente à l'issue de l'événement promotionnel. Un grand marché est ainsi organisé trois jours après la fermeture des lieux, la loi encadrant toutes les transactions de ce type par des règles bien précises.

Damien LEMAÎTRE (www.lepetitjournal.com - Espagne) Jeudi 8 novembre 2012


>Pratique : Casa Decor Barcelona, 271 Carrer d'Arago. Du 8 novembre au 9 décembre, entrée libre. Contact : 902 367 593. www.casadecor.es

 
Une internationale

L’immobilier : l’investissement phare des Français expatriés

Désireux d’innover dans le secteur de l’immobilier 2.0, My expat - société qui facilite les transactions immobilières pour expatriés - a lancé une grande enquête il y'a quelques mois auprès des expatriés français. Leur but ? En apprendre davantage sur les Français de l’étranger, et plus précisément leurs projets immobiliers et désirs d’investissement.
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Comment bien choisir sa formation à distance.

Pas le temps - ni le courage peut-être de suivre une formation longue mais l’envie de progresser quand même ?Il existe aujourd’hui sur le marché une offre complète de formations à distance permettant de se former sur des compétences clés et ce, où que vous soyez dans le monde.

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !

Préparer le retour d’expatriation de vos enfants avec les Cours Legendre à Distance

De plus en plus de Français sont séduits par l’expatriation, et parmi eux, de nombreuses familles : plus de 300 000 enfants suivent ainsi chaque année leurs parents hors de France, et ce chiffre est en constante évolution. Le choix de scolarisation des enfants devient donc un sujet de préoccupation majeur, d’autant que de nombreux lycées français à l’étranger, notamment dans certaines capitales, ne proposent pas suffisamment de place pour les ressortissants français. Un tiers des élèves des Cours Legendre à distance étudient hors de nos frontières. D’après les résultats de notre enquête annuelle, les parents voient ainsi dans nos programmes une véritable alternative conciliant la garantie d’un apprentissage continu, solide et balisé et la possibilité pour l’enfant de s’immerger et de vivre pleinement son expatriation. 
Expat
Expat - Emploi
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine
En direct de nos éditions locales