Cotonou

REPRESSION DES SURCHARGES DANS LES TRANSPORT AU BENIN - Les usagers font face à la flambée des tarifs

La mesure d’interdiction de surcharge dans le transport terrestre au Bénin, comme on pouvait s’y attendre, engendre déjà une galopante flambée des divers tarifs. Majoré désormais de 500 à 1000 Fcfa voire 1500 Fcfa, ceci n’est point du goût des usagers qui crient déjà leur ras le bol.

Suite aux derniers accidents sur les routes béninoises, accidents ayant décimé nombre de concitoyens, l’association des transporteurs du Bénin a décidé de réprimer désormais toute surcharge.

En effet, un véhicule cinq (5) ou neuf(9) places est interdit de contenir à bord plus que sa capacité initiale d’accueil, sous peine d’être amendé.

Mais à peine la mesure prise, les tarifs du transport en prennent un coup. « D’habitude, je prends 2500F Cfa de Bohicon pour ici, mais aujourd’hui, le conducteur m’a réclamé 3000 Fcfa.

Aussitôt, j’ai cherché à connaitre le prix du carburant qui à ce que je sache n’a pas augmenté. Et au conducteur de me répliquer que cela n’est pas lié à l’essence mais au chargement normal auquel ils sont contraints désormais.» Ainsi s’est exprimée madame Bossikpon, passagère en provenance de Bohicon.

Approché, le conducteur confirme cette thèse. Au fait, dit-il « c’est les dépassements de charges ou de passagers, ce qui nous profite. Avec ses surcharges, nous arrivons à gérer les frais de tracasseries policières ou des taxes collectées par les agents de la mairie et nos différents syndicats. Mais étant donné que ces taxes que je viens de citer, on ne peut s’en passer sauf celle de tracasserie policière qui s’observe de moins en moins, permettez qu’on augmente un peu les tarifs car on a des familles aussi. » Sans pour autant rejeter cette thèse, Benoît, un autre conducteur  confie «  moins vous êtes, plus il y a du confort et cela a un coût. »

Dans le rang des passagers, la mesure est tout autant diversement appréciée. Pour les uns, La vie n’a pas de prix et une telle mesure n’a autre souci que de leur protéger la vie. Et ainsi perçu, une augmentation de 1000f CFA ne devrait pas poser problème car quand le pire survient, on dépense plus que ses 1000 FCFA. Quant aux autres, confort ou pas, c’est eux les passagers qui subissent et tant qu’ils ne s’en plaignent, les autorités n’ont pas à prendre de telle décision à leur place. Dans tous les cas, la loi étant la loi, les humeurs n’auront point d’effet et tout contrevenant en répondra car, rien ne vaut la vie et il n’y a de richesse que d’homme.

Bidossessi WANOU pour www.lepetitjournal.com/cotonou, mercredi 15 février 2017

RENVERSEMENT DU CONTENU D’UN CAMION A DASSA-ZOUME - « Il ne s’agit pas d’uranium mais plutôt d’uranate », renseigne Nicaise FAGNON.

Le sujet a occupé toutes les discussions ces derniers jours dans la plupart des villes du Bénin.

Un camion en provenance du Niger a renversé son contenu à hauteur de la ville de Dassa-Zoumè, dans le département des collines. Selon les premières informations qui ont circulé sur les réseaux sociaux et dans les rangs des riverains, le contenu du moyen roulant serait de l’uranium. Mais 48 heures après, la peur des populations est dissipée.

A travers une intervention sur la radio nationale, le maire de la ville de Dassa-Zoumè, Nicaise FAGNON, a fait savoir que le contenu du camion n’est pas de l’uranium mais plutôt de l’uranate (terme désignant de façon générique l'un des oxydes d'uranium).

L’élu local dit comprendre l’inquiétude des populations. Il rassure tout de même que toutes les mesures sont prises avec le pourvoir central pour l’enlèvement du produit toujours emballé. Cette assurance a été également confirmée par Clément KOTAN, Directeur Général de l’unité de protection de l’environnement. Ce dernier précise qu’il n’y pas de risque pour les populations.

Cette situation ouvre tout de même les débats sur les conditions de transport de ces produits en République du Bénin. 

Childéric Sessou pour www.lepetitjournal.com/cotonou, mardi 14 février 2017

FINANCEMENT DU SYSTEME SANITAIRE AU BENIN -Des réflexions en cours pour la mobilisation de nouvelles ressources

Conformément au Programme d’Actions du Gouvernement (PAG),  les autorités béninoises posent déjà des actes pour permettre aux populations de vivre dans de bonnes conditions.

Au nombre des domaines ciblés, on retrouve le secteur sanitaire. Pour doter ledit secteur des moyens adéquats, le gouvernement a organisé les assises sur le financement du système sanitaire au Bénin.  

Les travaux ont été ouverts le  vendredi 10 février 2017 à Azalaï Hôtel à Cotonou par Abdoulaye Bio TCHANE, ministre d’Etat chargé du développement, représentant du chef de l’Etat à cette occasion.  

Cette rencontre a réuni les partenaires techniques et financiers, les ministères concernés, la société civile et le secteur privé. Les travaux placés sous le thème, « Dialogue national sur le financement de la santé », vont permettre aux participants de réfléchir sur des stratégies de mobilisation de nouvelles ressources internes et externes.   

Abdoulaye Bio TCHANE a souhaité que cette rencontre aboutisse à la mise en place d’une feuille de route capable d’aider le Bénin dans l’atteinte de ses objectifs. 

Childéric Sessou, (www.lepetitjournal.com/cotonou) , lundi 10 février 2017

POUR UNE LUTTE EFFICACE CONTRE L’INSÉCURITÉ - Le gouvernement opte pour la généralisation du système de vidéosurveillance

« Les actes de grand banditisme dans nos villes ont généralement eu pour cible, l’administration, les entreprises, et établissements tenant des caisses de recettes exposées. Il n’est pas possible pour les agents de sécurité publique d’être partout à la fois », a laissé entendre Pascal Irénée KOUKPAKI, ministre d’État secrétaire général du gouvernement.

C’est lors du point de presse du mercredi 08 février 2017, à l’issue du conseil des ministres. Face à cette réalité, source d’insécurité au Bénin, le gouvernement compte prendre des mesures adéquates. Le conseil des ministres de ce mercredi s’est penché sur la question.

A cette occasion, un projet de décret portant conditions de mise en place et utilisation de système de vidéosurveillance en République du Bénin a été adopté.

Ainsi, le Bénin aura recours désormais aux moyens de sécurisation moderne, à l’image du système de vidéosurveillance. Au-delà du cadre administratif, l’installation et l’utilisation des caméras de surveillance seront effectives dans certains lieux et places publics. Des édifices ou domaines privés susceptibles d’être cambriolés, vandalisés ou profanés seront également pris en compte. Les ministres concernés ont été instruits afin que cette initiative soit une réussite.

Childéric Sessou, www.lepetitjournal.com/cotonou, vendredi 10 février 2017

CAN 2017 - Le Cameroun remporte la compétition

Le Cameroun a remporté hier la coupe contre l'Egypte. Les lions savourent une victoire bien méritée qui n'était pas jouée d'avance.

Rédaction, (www.lepetitjournal.com/cotonou), lundi 6 février 2017

PLUMES AMAZONES - L’association de femmes écrivains du Bénin sort un nouveau livre

Le lancement du livre «Le temple de la nuit profané », le nouveau recueil de l'association des femmes écrivains du Bénin a été lancé jeudi dernier, le 26 janvier à la Bluezone de Cotonou. 

Ce livre tend à sensibiliser les lecteurs et le public sur les violences faites aux femmes. Il est un catalogue de ces différentes violences qui se déroule à travers les différents témoignages. 

Le recueil a été écrit par un collectif de six femmes: Barbara Akplogan, Lhys Dègla, Adélaïde Fassinou, Bernadette Gayon, Anna Koty et Carmen Toudonou

Le livre est en vente dans les librairies.

Rédaction,(www.lepetitjournal.com/cotonou), lundi 30 janvier 2017

OPERATION CREVETTE - Le coup d'Etat manqué à l'encontre du régime du Général Kérékou

L'opération, dit "crevette" a été menée au Bénin le 16 janvier 1977 par un groupe de mercenaire que dirigeait le français Bob Denard, grande figure de la France-Afrique, connu pour avoir dirigé plusieurs putsch en Afrique pour le compte des services secrets français.

Cette opération avortée a été qualifiée un an plus tard par un rapport de l'ONU comme une tentative de coup d'Etat à l'encontre du régime marxiste-léniniste du Général Mathieu Kérékou. 

Elle fut l'occasion pour le président en place de l'époque d'accuser l'ancien président Emile Derlin Zinsou d'avoir commandité cette tentative. Les deux hommes ne retrouveront un accord entre eux qu'en 1990.

Pour en savoir plus: archives sur le rapport de l'ONU dans le magasine Jeune Afrique du n°850 du 22 avril 1977
https://fr.scribd.com/document/325912294/Benin-l-affaire-du-16-janvier-selon-l-ONU#from_embed

Rédaction (wwww.lepetitjournal/cotonou) Mardi 17 janvier  

A la Une à Cotonou

LE MERCY SHIPS - Le navire au port de Cotonou

Le « Mercy Ships », cet énorme paquebot venu de Madagascar restera amarré pendant 9 mois au port de Cotonou et quittera le Bénin en juin 2017. Vendredi matin une visite du navire a été organisée par l’association Cotonou Accueil. Laure était sur le bateau lors de cette visite. Elle présente dans cet article un compte rendu des missions du Mercy Ships
Une internationale

JÉRÔME COMMANDEUR – Aux commandes... des César

De Commandeur à commandant il n’y a qu’un pas. Pas étonnant alors qu’on entende souvent l’humoriste répondre "commandant de bord" quand on lui demande ce qu’il aurait aimé faire quand il était petit. Et même s’il n’a pas tout à fait réalisé son rêve d’enfant, que Jérôme Commandeur se rassure… Tout semble lui sourire ces dernières années. De la scène au cinéma en passant par la réalisation, sans oublier l’animation de la 42ème Cérémonie des César…
Actu internationale
En direct d'Afrique
Expat
Expat - Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.
Expat - Politique

BENOIT HAMON - "Je suis plutôt favorable à l’harmonisation fiscale"

Benoît Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire à l’élection présidentielle de 2017 en France, était en visite à Lisbonne. L’occasion pour lui de rencontrer les dirigeants portugais de la gauche au pouvoir, notamment le Premier ministre Antonio Costa. Il était accompagné, lors d'une rencontre avec des ressortissants français installés au Portugal, de Gabrielle Siry, candidate du PS pour la 5ème circonscription pour les prochaines législatives.
Magazine