Les lauréats de la 2ème édition du GRAND PRIX VIE ont été annoncés au Parlement de la Nouvelle Galles du Sud à Sydney le 8 novembre dernier en présence de son Excellence l’Ambassadeur de France en Australie, M.Stéphane Romatet, du Consul Général M.Eric Berti et d'un panel de chefs d'entreprise français et australiens. Cet événement était organisé conjointement par Ubifrance Sydney, autorité de tutelle des V.I.E., et les Conseillers du Commerce Extérieur de la France à Sydney

Photo Diph Photography pour Ubifrance

Les objectifs de cette initiative étaient de récompenser les meilleures expériences V.I.E et de mobiliser les filiales françaises en Australie sur l’intérêt de la formule du V.I.E. 24 dossiers ont été déposés cette année. Le jury composé de 9 membres de la section des CCEF Australie (Conseillers du Commerce Extérieur de la France), du Bureau Ubifrance Australie, de la FACCI Australie, ainsi que d'un représentant du Club V.I.E (association des anciens V.I.E) a sélectionné 10 finalistes parmi les dossiers présentés. A la suite des épreuves orales 4 lauréats ont été retenus sur la base de 4 grands critères : la présentation, la performance au sein de l’organisation, l'intégration professionnelle et extra-professionnelle et la prise d'initiative.

Photo Diph Photography pour Ubifrance

Pour cette seconde édition du Grand Prix V.I.E Australie 2012, 4 prix ont été attribués :

Le Prix Spécial du Jury - 1 OOO AUD
Ce prix valorisait toute expérience atypique se démarquant sur d’autres critères que ceux évoqués ci-après. Il a été remis par Eric Berti, Consul Général de France à Sydney à Jean-Philippe Gilbert, V.I.E responsable des ventes et du territoire océanien français pour la société MANITOU.

Le Prix "PME" - 2 OOO AUD
Ce prix récompensait le meilleur dossier dans la catégorie PME. Il a été décerné à Mathieu Yerle, V.I.E pour Dalet Australia, filiale de Dalet France.

Le Prix "Grande Entreprise"  - 2 OOO AUD
Ce prix a été créé cette année et récompensait le meilleur dossier dans la catégorie Grande Entreprise. Le prix "Grande Entreprise" a été attribué à Sophia Lahlou qui est project manager pour SANOFI et qui était déjà finaliste l'an dernier.

Le 1er Grand Prix V.I.E - 3 OOO AUD
Ce prix récompensait le meilleur dossier toutes catégories confondues et a été remis à Sylvain Eymard pour YARRA TRAMS. Ingénieur spécialisé dans la gestion des infrastructures, Sylvain est V.I.E chez Yarra Tram depuis mars 2012 mais ce n’est pas son premier job puisqu'il a déjà travaillé dans le secteur de l'éolien à Singapour et dans le nucléaire en France.
Il fait part de ses premières impressions au petitjournal.com:
Le grand challenge dans une société comme Yarra Trams qui a été privatisée c'est de changer les mentalités pour qu'il y ait plus d'innovation, plus d'efficacité. Après mon V.I.E, je compte d'ailleurs bien rester au sein de l'entreprise et continuer ce que j'ai commencé et ce prix va m'aider c'est certain”.

Le Club VIE
Jérémy Daunay, prix spécial du jury en 2011 pour son projet dans la petite société française TIGER GRIP qui s'installait sur le marché australien et a aujourd'hui créé sa propre entreprise GoKanopy. Il est également le responsable australien du Club VIE. Le Club V.I.E  a pour but de regrouper tous les anciens V.I.E, il comprend aujourd'hui 10.000 membres à travers le monde et 60 volontaires comme Jérémy sur 32 pays pour faire vivre ce réseau d'anciens. Jérémy compte bien sur les 850 V.I.E qui se sont succédés en Australie depuis sa création pour rejoindre le club.

L'avis des professionnels qui ont soutenu l'événement.
Francois Romanet, CEO du groupe français SAFRAN en Australie qui emploie 6 V.I.E à Sydney dans tous les domaines (ressources humaines, IT, marketing…), rappelle que le contrat V.I.E est une formule gagnante pour le jeune employé aussi bien que pour l'entreprise qui va bénéficier d'une vision nouvelle, d'une approche différente des problèmes.

Laurent Peguret, CEO du groupe BOUYGUES en Australie rappelle qu'il fut lui-même un V.I.E, envoyé par son entreprise au Japon il y a quelques années pour voir "s'il pouvait y faire quelque chose". Le groupe BOUYGUES comprend 50.000 personnes, dont la moitié en dehors de la France, ce qui ouvre un champs élargi d'opportunités pour de jeunes gens motivés par l'international.

Jacques Reynault de la société POLYGLOT a rappelé que la société hébergeait des VIE et venait d’accueillir une jeune VIE dédiée au recrutement sur le secteur hi-tech.

Enfin, Didier Mahout de BNP PARIBAS a rappelé l'importance du nombre de V.I.E dans un groupe comme BNP PARIBAS qui en emploie environ 700 à l'heure actuelle à travers le monde.

Les autres sponsors n'étaient pas présents dans le panel de professionnels mais doivent être cités, il s'agissait de la FACCI, SANOFI, SITA, EADS et TOTAL.


L'avenir des V.I.E
Son Excellence M. l’Ambassadeur de France en Australie, M. Stéphane Romatet a clôturé cette soirée Grand Prix V.I.E en se félicitant du succès de cette initiative. "La bonne idée de départ est d'ores et déjà une tradition établie qui se répétera dans l'avenir". L'Ambassadeur a ensuite évoqué le pacte de productivité présenté il y quelques jours par le gouvernement français prévoyant une augmentation de 25% des V.I.E sur trois ans à partir de 2013.
En Australie, le nombre de V.I.E a augmenté de 156% en deux ans, la formule permettant aujourd'hui d’employer une centaine de jeunes talentueux et motivés. Il y encore de la place pour les V.I.E en Australie pour le plus grand bénéfice des sociétés françaises. Plus de 250 sociétés françaises sont aujourd'hui établies en Australie et l’enthousiasme des jeunes Français pour ce pays est grandissant. Le dispositif des V.I.E en Australie ne peut que rencontrer le succès.

Rappelons que les Grand Prix VIE sont le fruit de la coopération entre Ubifrance et les CCEF. La formule des V.I.E a été créée en 2001 lorsque le service nationale obligatoire a disparu. Cette formule est un maillon essentiel du dispositif d’aide au développement international des entreprises, elle a permis à plus de 30.000 jeunes de connaître une première expérience professionnelle à l’étranger depuis sa création. Aujourd’hui, les V.I.E sont près de 7.000 employés par plus de 1.700 entreprises dans 137 pays. 80% des V.I.E trouvent un emploi stable à la sortie de leur contrat

Le V.I.E est donc une formule “gagnante” pour toutes les entreprises qui grâce à l’appui du gouvernement, illustre une véritable marque du succès à la française.

Flore Gregorini (www.lepetitjournal.com/sydney) jeudi 15 novembre 2012

En savoir plus:

UBIFRANCE AUSTRALIE



 
Une internationale

HISTOIRE – Le mystique soufi Mansur al Hallaj, premier "expatrié"?

On connaît les pérégrinations de Paul de Tarse dans le monde méditerranéen ou encore l'épopée légendaire de l'apôtre Thomas jusqu'en Inde. Moins connue est la vie de Mansur al-Hallaj, mystique persan du soufisme, qui s'installa longtemps en terre non-musulmane pour répandre sa religion et son amour de Dieu. Cette grande figure mystique a donné lieu à une biographie rédigée par l'islamologue Stéphane Ruspoli qui lui attribue le titre d'"expatrié".
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
Actualités de nos partenaires
Expat
Expat - Emploi

TOURISME EN IRAN - Un secteur en expansion et des défis à surmonter

 Depuis le rétablissement et l’amélioration des relations entre l’Iran et l’Occident, il y a un secteur qui se porte à merveille... le tourisme. Annoncé par les analystes depuis déjà plusieurs années, Marc Botinelli parlait déjà en 2013 de « Bombe touristique à retardement » et il ne s’était pas trompé.
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine
En direct de nos éditions locales