Pour la première fois en 2012, les Français de l’étranger voteront pour des députés qui auront fait campagne, auront été élus au suffrage universel et siègeront dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale au même titre qu’un député d’une circonscription française ! Une première dans le paysage politique français et des nouveaux enjeux pour les 11 circonscriptions qui découpent le globe terrestre aux yeux de la métropole

La représentation politique actuelle
De plus en plus nombreux à quitter la France pour vivre, travailler, s’établir à l’étranger, ces Français restent pour autant citoyens français avec des droits, des devoirs, des affinités politiques et des revendications. Ce n’est qu’après la deuxième Guerre Mondiale, le 7 juillet 1948, que leur représentation se concrétise enfin lorsque le Conseil supérieur des Français de l’Etranger (CSFE) est institué par le Président du Conseil Robert Schumann et son ministre des Affaires étrangères, Georges Bidault. Il est alors constitué d’une soixantaine de représentants désignés par les associations locales et de six sénateurs élus par cette assemblée. Son rôle est uniquement consultatif. En 1982, le président François Mitterrand veut que les représentants soient élus au suffrage universel et en 2004, le CSFE devient AFE, Assemblée des Français de l ‘Etranger. Cette assemblée est aujourd’hui composée de 155 élus, 12 sénateurs, 12 personnalités désignées par le gouvernement et renouvelables tous les 6 ans et du Ministre des Affaires étrangères qui préside l’ensemble du dispositif. Elle n’a toujours qu’un rôle consultatif.

Ce qui va changer en 2012
Alors que l’AFE dans ses prérogatives aborde des sujets essentiels pour celui qui, établi loin de la France, souhaite faire valoir ses droits dans les domaines tels que la couverture sociale, la retraite, l’enseignement, la fiscalité, le patrimoine ou la famille, les différentes commissions de travail de cette assemblée ne fonctionnent actuellement, qu’en émettant des vœux ou des motions relayés par les sénateurs auprès du gouvernement. A partir de 2012 et des prochaines échéances électorales, le dispositif pour les Français non résidents se dotera non seulement d’une assemblée existante au pouvoir renforcé, mais aussi et surtout de 11 députés qui porteront et défendront devant le pouvoir législatif les volontés de plus de deux millions quatre cent mille Français établis hors de France. Les enjeux sont importants et méritent que l’on s’y intéresse.

Les enjeux de ces premières élections
La bataille n’a pas été facile pour obtenir ces postes de députés, d’autant plus que le nombre de députés dans l’hémicycle n’a pas changé. Au nombre de 577, il a donc fallu soustraire par ici pour ajouter par là. D’autre part il n’est pas simple non plus d’établir une représentativité à l’échelle du monde entier.

Le monde a été divisé en 11 circonscriptions, chacune ayant un député. Pour exemple et prenons ce qui nous intéresse, notre circonscription, la seconde, rassemble 33 pays allant de la Terre de feu au Mexique, en passant par les Caraïbes. Devant un tel territoire, les candidats devront étudier avec rationalité leur plan de campagne et leurs déplacements !

Heureusement, le nombre d’inscrits sur les listes électorales donne une indication intéressante sur les lieux où l’on peut déployer des efforts de communication. Le Brésil a aujourd’hui environ 15.000 inscrits sur les listes et sera avec l’Argentine et le Mexique les principales cibles de la future campagne. Pour autant, les plus petits pays comme le Chili, le Venezuela et les autres ne seront pas oubliés car les différentes modalités de vote (à l’urne, par procuration, par correspondance et par internet) permettront au plus grand nombre de voter.

La campagne a déjà commencé pour certains, d’autres attendent encore les directives de Paris pour se lancer. Mais rapidement le paysage politique devrait s’éclaircir et donner place à chacun des candidats. Jusqu’au premier tour du 2 juin 2012, Lepetitjournal.com suivra avec beaucoup d’attention cette campagne qui ouvre de toutes nouvelles perspectives aux Français établis hors de France !

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter les services de l’ambassade : www.ambafrance-br.org pour le Brésil

CPB (www.lepetitjournal.com - Brésil) mercredi 15 février 2012

 
Une internationale

HISTOIRE – Le mystique soufi Mansur al Hallaj, premier "expatrié"?

On connaît les pérégrinations de Paul de Tarse dans le monde méditerranéen ou encore l'épopée légendaire de l'apôtre Thomas jusqu'en Inde. Moins connue est la vie de Mansur al-Hallaj, mystique persan du soufisme, qui s'installa longtemps en terre non-musulmane pour répandre sa religion et son amour de Dieu. Cette grande figure mystique a donné lieu à une biographie rédigée par l'islamologue Stéphane Ruspoli qui lui attribue le titre d'"expatrié".
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
Actualités de nos partenaires
Expat
Expat - Emploi

TOURISME EN IRAN - Un secteur en expansion et des défis à surmonter

 Depuis le rétablissement et l’amélioration des relations entre l’Iran et l’Occident, il y a un secteur qui se porte à merveille... le tourisme. Annoncé par les analystes depuis déjà plusieurs années, Marc Botinelli parlait déjà en 2013 de « Bombe touristique à retardement » et il ne s’était pas trompé.
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine
En direct de nos éditions locales