Lepetitjournal.com a pris l'habitude de vous expliquer régulièrement des expressions brésiliennes. Une nouvelle rubrique lancée en partenariat avec l'Alliance Française de São Paulo se charge désormais d'éclaircir les mystères de la langue française. Cette semaine, décortiquons l'expression “faire le buzz”

“Comment faire le buzz sur Internet ?" Voici un exemple d’emploi de cette expression récemment intégrée à la langue française. Mais, comment définir un buzz ? Il s’agit, comme vous l’avez sans doute deviné, d’une onomatopée empruntée à l’anglais qui reprend le bourdonnement d’un insecte. Une référence aux rumeurs créées autour d’un événement, à la propagation rapide d’un message, objetif majeur du "marketing viral".

Mais quelle différence pourrions-nous identifier par rapport au vieux "bouche à oreille" ? Eh bien, ce sont surtout les moyens de démultiplication du message qui changent : nous passons des conversations entre amis et collègues à des posts sur les blogs, à des "shares"  (partages) et à des "j’aime ça" sur les réseaux sociaux, à des envois par mail. D’après Yvan Amar, spécialiste du Centre national de Documentation Pédagogique, on passe du "bouche à oreille" à "de l’oeil au clavier", puisque Internet et toutes ses possibilités de communication sont le territoire privilégié du "buzz".

Le "bouche à oreille" de l’ère du numérique
Le "buzz" serait donc le "bouche à oreille" de l’ère du numérique, du l’ère du Web 2.0. Dans ce contexte, l’anglicisme serait-il justifié ? Ce n’est pas l’avis des organisateurs et des participants au concours "Franco mots" qui a proposé il y a quelques années la création de traductions françaises pour des anglicismes tels que "buzz", "chat", "talk" ou "newsletter".

Quoi qu’il en soit, l’expression est fréquemment utilisée en France, comme nous pouvons le constater à la lecture de nombreux articles qui expliquent comment mettre en place cet effet tellement recherché par des internautes et des entreprises. Un exemple ? "Les 7 règles pour faire du buzz sur internet", publié par l’hebdomadaire L’Express.

Bref, si cette rubrique vous a plu, n’hésitez pas à la recommander à vos amis et à créer "un buzz", à votre tour !
Lucia Claro, Alliance Française de  São Paulo (www.lepetitjournal.com) jeudi 8 novembre 2012

Relisez les articles sur la langue de Molière de l'Alliance, qui expliquaient les origines des mots:
"Silhouette" et "Béchamel", "Un froid canard", ou encore "Avoir du chic".




Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine