Naguère, on se servait sans cesse du « ça m’interpelle », comme si les choses nous parlaient. Aujourd’hui:  "On échange" pour dire que l'on se parle, dans un français tout aussi aléatoire. Car enfin, on échange des  cacahouètes, des injures, des caresses, des otages... Bref, il manque un complément d'objet direct dans nos "échanges"

Echanger est un verbe transitif. Ce qui veut dire qu’on échange (on troque, on substitue) quelque chose ou quelqu’un contre (ou à) quelqu’un ou quelque chose. En espagnol, c’est clair, on traduit par intercambiar, trocar ou permutar. A l’origine, le mot vient de cambiare : il s’agit d’une transaction économique, ce qui persiste dans notre langage lorsque nous parlons du cours du change – quand on échange une monnaie bien précise contre une autre non moins précise.
De  « Libre-échange » à « échangisme », le nom  sous-entend toujours les autres et une contrepartie.

Alors que ce « on échange », utilisé à tour de conversations devient une abstraction, en elle-même sa propre fin. L’important, c’est d’échanger, ce n’est plus de savoir ce qu’on échange. Le fond disparaît reste la forme. Et cette forme est vide.

Que l’on songe à la pièce magnifique de Claudel, L’Echange, où l’âme d’un homme était en jeu. Au pacte de Faust où le bon docteur échange son âme contre la célébrité, la jeunesse et l’amour. Les enjeux métaphysiques ont aujourd’hui disparu du langage comme des esprits. Mais aussi le sens même de l’économie ou de la diplomatie.

Avec quelqu’un, on échangeait des lettres (de change, parfois), des documents, des idées, voire des sentiments.

La multiplication des moyens de communication a multiplié les échanges. Mais on échange … quoi ?

Précisons-le, que diable, car « échanger » ne s’emploie jamais sans complément d’objet direct, sous-entendant un absolu qui n’implique pas l’humain !

Elizabeth Antébi (www.lepetitjournal.com Cologne pour Santiago ) Jeudi 8 novembre  2012

A relire :

A la une

MERCI MAMAN – Des bijoux personnalisés qui plaisent à Kate Middleton

Créée il y a sept ans, Merci Maman est une start-up qui propose divers bijoux personnalisables par gravure connaît un succès grandissant au Royaume-Uni et en France. En 2014, elle a bénéficié d'un coup de pouce spectaculaire : Kate Middleton, Duchesse de Cambridge, porte régulièrement l'un des colliers. L’histoire a tout de suite été relayée dans la presse internationale. Rencontre à Londres avec Béatrice et Arnaud de Montille, co-fondateurs de…
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

MERCI MAMAN – Des bijoux personnalisés qui plaisent à Kate Middleton

Créée il y a sept ans, Merci Maman est une start-up qui propose divers bijoux personnalisables par gravure connaît un succès grandissant au Royaume-Uni et en France. En 2014, elle a bénéficié d'un coup de pouce spectaculaire : Kate Middleton, Duchesse de Cambridge, porte régulièrement l'un des colliers. L’histoire a tout de suite été relayée dans la presse internationale. Rencontre à Londres avec Béatrice et Arnaud de Montille, co-fondateurs de Merci Maman. 

ENTREPRENEURS & SAC À DOS – Un tour d’Asie de l’entrepreneuriat

http://entrepreneurs-et-sac-a-dos.com/
Marlène et Cyrille sont partis découvrir l’entrepreneuriat sous toutes ses formes au cours d’une traversée de l’Asie. Jeunes et passionnés, ils partent à l’aventure avec leurs économies à la recherche de modèles d’entrepreneuriat social et responsable sous le nom d’ « Entrepreneurs et sac à dos ».
Expat - Politique

THIERRY MARIANI – "Il faut que notre diplomatie serve les intérêts de la France"

Thierry Mariani
Député de la XIème circonscription des Français de l’étranger (Asie Océanie), Thierry Mariani était à Singapour pour célébrer, avec la communauté française, le 50ème anniversaire de la cité Etat. L’occasion d’évoquer avec lui Singapour, les Français de l’étranger, et la nécessité, sur le plan diplomatique de distinguer entre les zones où dominent les enjeux économiques et celles qui restent essentiellement confrontées à des problèmes de sécurité.

TAHAR BEN JELLOUN – Le conteur arabe qui écrit dans la langue de Molière

Tahar Ben Jelloun a rencontré son premier succès populaire en 1985 grâce au roman "L’enfant de sable". Il est couronné deux ans plus tard par le prestigieux prix Goncourt, avec "La nuit sacrée". A l’occasion de la 20e édition de la fête de la francophonie, il est venu à la rencontre de ses lecteurs de Shanghai.
Magazine
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala