Naguère, on se servait sans cesse du « ça m’interpelle », comme si les choses nous parlaient. Aujourd’hui:  "On échange" pour dire que l'on se parle, dans un français tout aussi aléatoire. Car enfin, on échange des  cacahouètes, des injures, des caresses, des otages... Bref, il manque un complément d'objet direct dans nos "échanges"

Echanger est un verbe transitif. Ce qui veut dire qu’on échange (on troque, on substitue) quelque chose ou quelqu’un contre (ou à) quelqu’un ou quelque chose. En espagnol, c’est clair, on traduit par intercambiar, trocar ou permutar. A l’origine, le mot vient de cambiare : il s’agit d’une transaction économique, ce qui persiste dans notre langage lorsque nous parlons du cours du change – quand on échange une monnaie bien précise contre une autre non moins précise.
De  « Libre-échange » à « échangisme », le nom  sous-entend toujours les autres et une contrepartie.

Alors que ce « on échange », utilisé à tour de conversations devient une abstraction, en elle-même sa propre fin. L’important, c’est d’échanger, ce n’est plus de savoir ce qu’on échange. Le fond disparaît reste la forme. Et cette forme est vide.

Que l’on songe à la pièce magnifique de Claudel, L’Echange, où l’âme d’un homme était en jeu. Au pacte de Faust où le bon docteur échange son âme contre la célébrité, la jeunesse et l’amour. Les enjeux métaphysiques ont aujourd’hui disparu du langage comme des esprits. Mais aussi le sens même de l’économie ou de la diplomatie.

Avec quelqu’un, on échangeait des lettres (de change, parfois), des documents, des idées, voire des sentiments.

La multiplication des moyens de communication a multiplié les échanges. Mais on échange … quoi ?

Précisons-le, que diable, car « échanger » ne s’emploie jamais sans complément d’objet direct, sous-entendant un absolu qui n’implique pas l’humain !

Elizabeth Antébi (www.lepetitjournal.com Cologne pour Santiago ) Jeudi 8 novembre  2012

A relire :

 
Une internationale

JÉRÔME COMMANDEUR – Aux commandes... des César

De Commandeur à commandant il n’y a qu’un pas. Pas étonnant alors qu’on entende souvent l’humoriste répondre "commandant de bord" quand on lui demande ce qu’il aurait aimé faire quand il était petit. Et même s’il n’a pas tout à fait réalisé son rêve d’enfant, que Jérôme Commandeur se rassure… Tout semble lui sourire ces dernières années. De la scène au cinéma en passant par la réalisation, sans oublier l’animation de la 42ème Cérémonie des César…
Votez pour le Prix du Public
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Telligo : des colos et une tranquillité d’esprit pour les parents !

Les colonies de vacances Telligo, c’est avant tout des vacances en toute sécurité. En plus de la Charte de Qualité et de Sécurité qui prend 12 séries d’engagements pour garantir la qualité des séjours et les sécurité des jeunes en allant au-delà de la réglementation, un grand nombre d’actions sont menées en amont, pendant et après les séjours.
Expat
Expat - Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.
Expat - Politique

BENOIT HAMON - "Je suis plutôt favorable à l’harmonisation fiscale"

Benoît Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire à l’élection présidentielle de 2017 en France, était en visite à Lisbonne. L’occasion pour lui de rencontrer les dirigeants portugais de la gauche au pouvoir, notamment le Premier ministre Antonio Costa. Il était accompagné, lors d'une rencontre avec des ressortissants français installés au Portugal, de Gabrielle Siry, candidate du PS pour la 5ème circonscription pour les prochaines législatives.
Magazine
En direct de nos éditions locales