Trouver un emploi au Brésil : facile ? pas facile ? Ce qui est certain, c’est que les recruteurs brésiliens ont une approche très différente de nos standards européens, c’est pour cela que la moitié des candidats finissent par renoncer à ce projet. Voici quelques conseils

Etes-vous fait pour le Brésil ?
Déjà posez-vous cette question avant d’entreprendre quoi que ce soit car si vous foncez tête baissée sur les annonces sans connaître l’histoire de ce pays et ses contraintes, vous allez tout droit vers certaines déconvenues. Or votre temps est précieux !

La barrière de la langue, pas de portugais pas de Brésil
Il est recommandé d’avoir un niveau intermédiaire en portugais pour commencer à prospecter. Si le recruteur vous appelle et que vous ne comprenez pas un mot de ce qu’il raconte, je vous laisse deviner quelle va être sa décision. Même les filiales françaises sont composées d’une grande majorité d’employés brésiliens.



Ne serait-ce que pour votre intégration, un rudiment de portugais s’impose, ne perdez pas de temps pour commencer. Même si l’apprentissage est relativement facile, il vous faudra 3/4 mois pour commencer à suivre une conversation. 


Les aléas de l’administration brésilienne
Faites un tour sur les nombreux forums traitant le sujet et vous allez vite vous rendre compte que le Brésil est un peu le miroir aux alouettes, mais que rien n’est impossible. Il vous faudra une certaine dose d’acharnement qui pourrait en décourager plus d’un.

Attention à l’image du Brésil que donnent les médias
Soit les favelas soit la plage… entre les deux il y a São Paulo.
 Et peu de Français connaissent vraiment cette ville avant de s’expatrier, pourtant c’est là que se trouvent la plupart des emplois à pourvoir. Mon conseil, si vous en avez l’occasion pour des vacances une semaine ou deux, prenez le pouls de la ville pour voir comment vous vous y sentez hors des circuits touristiques.

 Pour ceux qui voudraient tenter l'aventure à Rio de Janeiro, certes la plage est bien là, mais la tâche n'est pas plus aisée que dans la capitale pauliste...

Les secteurs qui recrutent, quelques indications
Tous les acteurs du marché de l’emploi au Brésil s’accordent à dire que depuis fin 2011, il est devenu de plus en plus difficile de décrocher le sésame, un emploi bien rémunéré. 

Un ingénieur débutant peut espérer entre 4.000 et 5.000 R$ à São Paulo ou Rio de Janeiro, mais cela peut vite grimper si la compétence s’avère indispensable à l’entreprise.



Malgré de gros efforts depuis ces 5 dernières années, le Brésil manque tout de même cruellement d’ingénieurs qualifiés, ayant des connaissances techniques applicables sur site :
- Ingénieurs pétro-chimiques
- Ingénieurs du bâtiment
- Ingénieurs de développement informatique

Si vous avez une expérience dans les domaines cités ci-dessus, vous avez déjà 80% de chance de trouver un emploi assez rapidement, même sans visa pour un salaire, compris entre 6.000 et 15.000 R$ suivant votre expérience. 

En effet, les Brésiliens sont ouverts et apprécient notre manière de travailler et aiment bien la mixer avec d’autres employés brésiliens. Mais n’arrivez pas avec l’idée que l’on vous attend comme le messie et que vous en savez plus que les Brésiliens. 

Le Brésil a rattrapé, voire dépassé, son retard dans beaucoup de domaines.

Les besoins des groupes français au Brésil
Les entreprises françaises qui ont leur filiale au Brésil, recherchent le plus souvent :

- Des contrôleurs financiers
- Des développeurs informatique ou ayant une connaissance sur un logiciel spécifique tel que SAP…

Pour les jeunes diplômés, il est conseillé de commencer par un stage dans le cadre d’un visa VITEM IV étudiant. Si le stage est réussi dans une entreprise en cours de recrutement, vous aurez de grandes chances d’être embauché en contrat indéterminé par la suite. Pour se faire, il faut trouver une université brésilienne qui vous cooptera dans votre stage, qui se fera alors en alternance. Cela implique de s’y prendre à l’avance et de travailler ce projet sur du long terme.



Rien que pour le visa, prévoyez entre 3 et 4 mois de démarches administratives. 

Pour le diplôme d’ingénieur obtenu en France, celui-ci n’est pas valable au Brésil, vous ne pourrez donc pas signer les documents officiels, la profession étant très règlementée au Brésil. Même si cela n’empêche pas les bâtiments de s’effondrer ou d’être construits en dépit du bon sens…



Pour les équivalences de diplôme, c’est un peu le parcours du combattant : en résumé, il faut refaire le cursus d’étude. Avis aux plus courageux pour un jeu qui n’en vaut pas vraiment la chandelle…



Julien ONNEN (www.lepetitjournal.com - Brésil) mardi 13 novembre 2012

Retrouvez tous les articles de Julien Onnen sur son blog expatbresil.fr

 
Une internationale

EXPATRIATION - Ces Français installés en Chine pour de bon !

Partir, revenir... ou pas ! Ils sont venus en Chine il y a 8, 10 ans ou plus, pour un semestre, un an, et finalement… ils sont toujours là ! Notre édition de Shanghai a rencontré sept Français pour comprendre ce qui les rentient en Chine.
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

6 Astuces pour une rentrée réussie

 Ca y est, c’est la fin des vacances et avec elles une certaine forme d’insouciance et de légèreté. La rentrée est pour beaucoup synonyme de stress et d’appréhension. Pour les enfants, il faut se refaire de nouveaux amis, rencontrer de nouveaux professeurs et, pour les parents, installer une nouvelle routine avec une myriade d’activités et une multitude de contraintes à gérer. VivaLing vous aide à aborder cette période de l’année avec confiance et sérénité en vous livrant 6 conseils.

BNP PARIBAS : Check-list pour bien préparer votre départ en expatriation

Tout projet d’expatriation nécessite une logistique importante et de nombreuses démarches à effectuer, qu’il s’agisse de sujets bancaires, de protection sociale, de la scolarité des enfants, etc…BNP Paribas vous propose un aide-mémoire, à titre indicatif, qui vous permettra d’organiser au mieux votre expatriation.
Expat
Expat - Emploi

LEPETITJOURNAL.COM - Soyez la voix des Français et francophones dans votre ville

Vous cherchez un défi personnel, professionnel et dans les médias ? Vous voulez être votre propre patron tout en intégrant un réseau en pleine expansion ? Vous possédez de fortes attaches dans la communauté des expatriés et des Francophones de votre ville que vous désirez faire fructifier ? Devenez partenaire du site lepetitjournal.com !

MANAGEMENT - Christian Barqui, président de l'APM : "On n’apprend pas sans émotion"

Créée en 1987 à l’initiative de Pierre Bellon, alors PDG de Sodexo, l’APM, Association pour le Progrès du Management, suscite l’engouement d’un nombre croissant de dirigeants en France et à l’international. L’association compte désormais 353 clubs réunissant une fois par mois de 20 à 25 dirigeants autour d’un expert. Le Président et le Directeur Général de l’APM, reviennent sur les éléments clés qui concourent à ce succès.
Expat - Politique

DIPLOMATIE – Etre consule de France à Istanbul pendant le coup d'Etat militaire

Muriel Domenach a occupé de septembre 2013 à août 2016 le poste de Consule générale de France à Istanbul. Entre suppression des festivités du 14 juillet du fait de menaces terroristes et coup d'Etat militaire, elle raconte comment elle a vécu personnellement les événements, les mesures prises pour rassurer les ressortissants français et revient sur trois années très riches en Turquie

MICHAELLE JEAN - "Nous n’agissons pas seulement pour le français, mais pour le public et les 77 délégations sportives francophones"

La secrétaire générale de la Francophonie était à Rio la semaine dernière afin d’assister à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques, accompagnée du musicien Manu Dibango, Grand Témoin de la Francophonie pour ces Olympiades. Notre édition de Rio a pu s’entretenir avec la Canadienne lors des premières épreuves d’aviron, à la Lagoa de Rio. 
Magazine
En direct de nos éditions locales