Venir s'implanter en Espagne et y créer sa propre entreprise, voilà un pari qui force le respect en temps de crise. Pierre-Alban Waters, 26 ans, peut déjà se targuer de l'avoir remporté. Rencontre avec un pur produit de l'EDHEC, dont il est actuellement le responsable des anciens élèves en Espagne

(Photo DR)
Pierre-Alban Waters impressionne, et pas seulement parce qu'il s'exprime à la vitesse de la lumière. Une expression orale qui traduit un dynamisme à toute épreuve et la sacro-sainte haine de la perte de temps. "J'ai beaucoup d'idées et d'envies, j'essaye de les réaliser. Par exemple, j'ai toujours voulu être trilingue le plus tôt possible. Alors, à un semestre de la fin de mon école de commerce, je me suis décidé à aller dans un pays pour apprendre une troisième langue. Avec un projet d'investissement personnel sur quatre ou cinq ans". Le castillan et l'Espagne, pays de rencontre de ses parents, emportent sa décision. C'était en 2008, il était à l'époque étudiant à l"EDHEC. Plus de trois ans après, le défi de la langue et celui de la vie sont remportés. En partie grâce à l'EDHEC. "Je parle couramment castillan et j'ai réussi à rester ici, c'était mon objectif de départ. A la fin de mes études, en mars 2009, je me suis mis à chercher du boulot. C'était la pleine crise, ils viraient à charette. Une entreprise qui m'intéressait m'a donné son aval pour m'embaucher, j'y suis rentré seulement en octobre... Entretemps, j'ai travaillé pour une boite de conseil. L'EDHEC m'a aidé".

Ambassadeur de l'EDHEC, avec pour objectif la transmission de la nécessité du réseau
Une présence continue. "A travers l'EDHEC, j'ai étudié à Toronto, Pékin, Madrid, et Nice; travaillé à Londres et Paris. On peut le résumer ainsi : grâce à l'EDHEC, j'ai voyagé". Pierre-Alban tisse aussi son réseau amical via le rugby, "avec les collègues de l'EDHEC, dont certains comptent encore parmi mes meilleurs amis. J'évolue à l'Olímpico Pozuelo. Attention, je ne suis pas Frédéric Michalak, mais je m'amuse."
Le quiziste assume l'esprit d'équipe sur le terrain, moins en dehors, où il préfère assurer seul sa destiné professionnelle. En mai 2011, après deux ans comme consultant management chez Accenture, il démissionne, pour "créer mon truc, assumer mes propres choix." La porte n'est pas claquée, qui restera toujours ouverte, au prix d'un passage remarqué.
Le temps de la réflexion passé, le "truc" en question s'impose à lui comme une évidence. "Je me suis dit : pourquoi ne pas aider les étrangers à s'installer à Madrid. Mais en essayant de prendre la brèche à mi-chemin entre l'agence immobilière et les services classiques de relocation. En proposant des services abordables pour tous." "Moving2Madrid" venait de naître.

Quatre pays différents durant les études, deux pour la vie professionnelle
Le concept en détails ? "Des visites d'appartement à distance, en particulier via skype. Je cherche le logement, j'assure un accompagnement durant six mois". Un essai rapidement transformé. "J'ai des clients pour deux mois d'avance, surtout des Français, mais aussi des anglophones et même Chinois. Donc oui, ça marche!"
Il n'oublie pas pour autant ce qu'il doit à l'EDHEC, dont il est aujourd'hui l'ambassadeur. "J'ai repris le groupe des anciens diplomés, j'en suis le responsable, "l'ambassadeur". Nous sommes 300 en Espagne, dont un tiers à Madrid. On organise fréquemment des rencontres pour créer un réseau. Tous les deux mois environ. En ce moment, ma plateforme privilégiée de communication et d'organisation du groupe est le site que je viens de lancer pour le RDV des Grandes Écoles: http://www.meetup.com/Grandes-Ecoles-Madrid. Vous pouvez me contacter par le groupe linkedin, le site RDV Grandes Écoles".

Benjamin IDRAC (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mardi 14 février 2012

Contacter Pierre-Alban Waters : pierre-alban.waters@edhec.com, tel: 622 691 827, linkedin http://es.linkedin.com/in/pierrealbanwaters
EDHEC Alumni", association des anciens élèves de l'EDHEC, site officiel www.edhecalumni.com
Sur linkedin, le groupe s'appelle "EDHEC in Spain" http://www.linkedin.com/groups?gid=3962206&trk=hb_side_g


 
Une internationale

CARRIÈRE ATYPIQUE - Partir pour se réinventer, revenir en France pour la réinventer

Quelle est la différence entre le rêve et la réalité ? Pour Clémentine Quinson, la réalité est un rêve que l’on a rendu opérationnel. Clémentine s’est réinventée à Hong-Kong en franchissant le pas de la carrière atypique. Le choc de Charlie Hebdo a initié son retour en France. Elle a rejoint Alexandre Jardin et l’équipe Bleu Blanc Zèbre pour réaliser cet objectif fou : réinventer la France. Êtes-vous prêt à comprendre comment donner du sens à…
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Avec Relay, profitez de la presse numérique depuis votre pays d’expatriation !

Avec Relay.com, je consulte la version numérique de plus de 600 titres de presse française et internationale depuis mon pays d'expatriation, en me connectant depuis mon smartphone, ma tablette et mon ordinateur. J'accède partout, tout le temps à mes magazines préférés dès leur jour de parution et je les sauvegarde dans ma bibliothèque personnelle.
Expat
Expat - Emploi

CARRIÈRE ATYPIQUE - Partir pour se réinventer, revenir en France pour la réinventer

Quelle est la différence entre le rêve et la réalité ? Pour Clémentine Quinson, la réalité est un rêve que l’on a rendu opérationnel. Clémentine s’est réinventée à Hong-Kong en franchissant le pas de la carrière atypique. Le choc de Charlie Hebdo a initié son retour en France. Elle a rejoint Alexandre Jardin et l’équipe Bleu Blanc Zèbre pour réaliser cet objectif fou : réinventer la France. Êtes-vous prêt à comprendre comment donner du sens à votre carrière ?

ENTREPRENDRE AU MAROC - Un Royaume en pleine mutation

Si le Maroc est resté dans l'inconscient français une ancienne colonie devenue lieu de villégiature pour retraités de métropole, la modernité s'invite doucement dans le quotidien des Marocains. Qu’en est-il de créer son entreprise au Maroc, et quelles sont les perspectives pour ceux qui seraient tentés par le Royaume ? Découvrez l’analyse du W Project en vidéo ! 
Expat - Politique

EXIL FISCAL - Les plus riches quittent massivement la France

Selon une étude sud-africaine, 10.000 millionnaires français auraient quitté l'Hexagone en 2015. Un exode qui n’a d’équivalent dans aucun autre pays, d’autant que les dernières données publiées par le fisc font état d’une nette baisse du nombre de contribuables dans les tranches supérieures de l’impôt
Magazine
En direct de nos éditions locales