Venir s'implanter en Espagne et y créer sa propre entreprise, voilà un pari qui force le respect en temps de crise. Pierre-Alban Waters, 26 ans, peut déjà se targuer de l'avoir remporté. Rencontre avec un pur produit de l'EDHEC, dont il est actuellement le responsable des anciens élèves en Espagne

(Photo DR)
Pierre-Alban Waters impressionne, et pas seulement parce qu'il s'exprime à la vitesse de la lumière. Une expression orale qui traduit un dynamisme à toute épreuve et la sacro-sainte haine de la perte de temps. "J'ai beaucoup d'idées et d'envies, j'essaye de les réaliser. Par exemple, j'ai toujours voulu être trilingue le plus tôt possible. Alors, à un semestre de la fin de mon école de commerce, je me suis décidé à aller dans un pays pour apprendre une troisième langue. Avec un projet d'investissement personnel sur quatre ou cinq ans". Le castillan et l'Espagne, pays de rencontre de ses parents, emportent sa décision. C'était en 2008, il était à l'époque étudiant à l"EDHEC. Plus de trois ans après, le défi de la langue et celui de la vie sont remportés. En partie grâce à l'EDHEC. "Je parle couramment castillan et j'ai réussi à rester ici, c'était mon objectif de départ. A la fin de mes études, en mars 2009, je me suis mis à chercher du boulot. C'était la pleine crise, ils viraient à charette. Une entreprise qui m'intéressait m'a donné son aval pour m'embaucher, j'y suis rentré seulement en octobre... Entretemps, j'ai travaillé pour une boite de conseil. L'EDHEC m'a aidé".

Ambassadeur de l'EDHEC, avec pour objectif la transmission de la nécessité du réseau
Une présence continue. "A travers l'EDHEC, j'ai étudié à Toronto, Pékin, Madrid, et Nice; travaillé à Londres et Paris. On peut le résumer ainsi : grâce à l'EDHEC, j'ai voyagé". Pierre-Alban tisse aussi son réseau amical via le rugby, "avec les collègues de l'EDHEC, dont certains comptent encore parmi mes meilleurs amis. J'évolue à l'Olímpico Pozuelo. Attention, je ne suis pas Frédéric Michalak, mais je m'amuse."
Le quiziste assume l'esprit d'équipe sur le terrain, moins en dehors, où il préfère assurer seul sa destiné professionnelle. En mai 2011, après deux ans comme consultant management chez Accenture, il démissionne, pour "créer mon truc, assumer mes propres choix." La porte n'est pas claquée, qui restera toujours ouverte, au prix d'un passage remarqué.
Le temps de la réflexion passé, le "truc" en question s'impose à lui comme une évidence. "Je me suis dit : pourquoi ne pas aider les étrangers à s'installer à Madrid. Mais en essayant de prendre la brèche à mi-chemin entre l'agence immobilière et les services classiques de relocation. En proposant des services abordables pour tous." "Moving2Madrid" venait de naître.

Quatre pays différents durant les études, deux pour la vie professionnelle
Le concept en détails ? "Des visites d'appartement à distance, en particulier via skype. Je cherche le logement, j'assure un accompagnement durant six mois". Un essai rapidement transformé. "J'ai des clients pour deux mois d'avance, surtout des Français, mais aussi des anglophones et même Chinois. Donc oui, ça marche!"
Il n'oublie pas pour autant ce qu'il doit à l'EDHEC, dont il est aujourd'hui l'ambassadeur. "J'ai repris le groupe des anciens diplomés, j'en suis le responsable, "l'ambassadeur". Nous sommes 300 en Espagne, dont un tiers à Madrid. On organise fréquemment des rencontres pour créer un réseau. Tous les deux mois environ. En ce moment, ma plateforme privilégiée de communication et d'organisation du groupe est le site que je viens de lancer pour le RDV des Grandes Écoles: http://www.meetup.com/Grandes-Ecoles-Madrid. Vous pouvez me contacter par le groupe linkedin, le site RDV Grandes Écoles".

Benjamin IDRAC (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mardi 14 février 2012

Contacter Pierre-Alban Waters : pierre-alban.waters@edhec.com, tel: 622 691 827, linkedin http://es.linkedin.com/in/pierrealbanwaters
EDHEC Alumni", association des anciens élèves de l'EDHEC, site officiel www.edhecalumni.com
Sur linkedin, le groupe s'appelle "EDHEC in Spain" http://www.linkedin.com/groups?gid=3962206&trk=hb_side_g


 
Une internationale

CHERI(E) ON S’EXPATRIE ! – Et le couple dans tout ça ?

On aurait tendance à oublier, voire à occulter, que l’expatriation peut être délicate pour les couples avec son lot de surprises, de challenges, de remises en question. Pour traverser sans dommages ce "big bang personnel", ne manquez pas le "guide de survie à l’usage des couples aventuriers", d’Alix Carnot. Drôle et pratique, il donne des clés pour partir averti, et revenir à deux.
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Le rachat de trimestres de retraite pour les expatriés : avantages et inconvénients

Si vous travaillez à l’étranger depuis plusieurs années, il est probable que vous ne puissiez bénéficier d’une retraite française complète. En effet, à moins d’avoir été affilié aux régimes volontaires de retraite pour les expatriés, la Caisse des français de l’étranger pour la retraite de base, et la CRE et IRCAFEX pour la retraite complémentaire (cela pouvant résulter d’une obligation de votre employeur si vous avez conservé un contrat de travail avec une société française), vous avez cessé d’acquérir des droits à compter de votre départ de France.
Expat
Expat - Emploi

GAME CHANGERS - Le témoignages de celles et ceux qui "disruptent" le jeu à l’international

Qui sont les Game Changers ? Celles/ceux qui incarnent l'agilité, l'audace et la transformation. Lors de la récente conférence de l’International au Féminin, étaient invitées stars de l'E-commerce, chefs d'entreprise, responsables innovation d’entreprises libérées, VP International de grands groupes, Startupeuses. Voici les secrets de celles et ceux qui ouvrent l'horizon et partagent les clefs de leur réussite.

EXPATRIATION - Pourquoi se reconvertir est important ?

Que vous soyez une femme, un homme, le conjoint suiveur ou le/la salarié(e) qui est expatrié(e), la problématique est totalement identique. Il arrive des moments (une expatriation ou une nième expatriation, un accouchement, un burn-out ou tout autre évènement) qui peuvent être un déclencheur. Ce(s) moment(s) permettent de « sortir la tête du guidon » et nous aident à prendre du recul pour nous apercevoir que nous avons été, jusque-là, en mode automatique. Nous avons suivi un chemin sans même nous poser trop de questions et/ou prendre de vraies décisions quant à la vie que nous souhaitons avoir.
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL – "Il ne faut pas affoler tout le monde avec le Brexit"

Bientôt deux ans que Matthias Fekl occupe le poste de secrétaire d’Etat au commerce extérieur, à la promotion du tourisme et aux Français de l’étranger. Le ministre est confronté à de nombreux chantiers à commencer par les négociations en vue du futur traité transatlantique, le TTIP. Plus récemment s’est aussi posé le problème des Français au Royaume-Uni. Retour sur les principaux enjeux de la fonction de Matthias Fekl. 
Magazine
En direct de nos éditions locales