Dimanche dernier, l’équipe première du club de rugby du Lycée Français de Madrid, qui évolue en Division Honneur B (2nde division espagnole), s’est imposée 38 à 3 face à l’équipe Helvetia de Séville. Une victoire à l’image de la bonne santé du club. Un peu d'histoire et rencontre avec les joueurs

Pour la petite histoire
Fondé en 1968, "el Liceo" est un des plus vieux clubs de rugby de Madrid encore en activité. A l'initiative de Luis Abad "Luison", il fut créé à l’occasion de l’inauguration du collège-lycée français de Madrid et de son parc Conde de Orgaz. Le 15 juillet 1972, à 17 heures précises, 12 membres de l'équipe se forment en assemblée générale extraordinaire, et fondent une société sportive nommée "Club Sportif des Anciens Elèves du Lycée Français de Madrid" (CDAALFM, initiales espagnoles). Au début, le terrain n'est fait que de sable, mais le stade "Ramon Urtubi" est inauguré en 1978, et apporte au club une vraie pelouse. Depuis, le club évolue au plus haut niveau espagnol.
Question palmarès, l’équipe première du club a été vice-championne d’Espagne de première division à deux reprises (1991 et 1993), et dans les années 90, les équipes de jeunes, elles aussi, ont glané de nombreux titres. D’autre part, le club collectionne les titres régionaux et a compté parmi ses rangs une pléiade d’internationaux espagnols, de Luis Abad "Luison" dans les années 70 à Ivan Migliore aujourd’hui. Et le Liceo peut même se targuer d’avoir parmi ses anciens internationaux un joueur qui a eu la chance de disputer un mondial (France - Royaume-Uni, 1999) : Fernando Díez Molina.

Un club pas comme les autres
Avec 425 licenciés et 22 équipes dans toutes les catégories nationales, "el Liceo" fait partie des 3 clubs espagnols comptant le plus de joueurs. Des "linces" (plus de 6 ans) aux séniors (plus de 20 ans), en passant par l’équipe féminine et l’équipe de vétérans, tous prennent plaisir à venir s’y faire passer la balle ovale. Mais ce n’est pas seulement ça qui rend le club si particulier. Ce n’est pas non plus le fait d’avoir formé Javier Bardem, célèbre acteur international (Mar adentro, No country for old men, Vicky Cristina Barcelona) et mari de Pénélope Cruz. Non, une des spécificités du club, c’est d’accueillir de nombreux Français, francophones ou binationaux.
En effet, c’est ici que les enfants d’expatriés français viennent étudier le français et les maths, mais aussi le rugby. C’est aussi le point d’atterrissage des Erasmus français qui désirent intégrer une équipe pendant leur expérience à l’étranger. "J’ai été attiré par cet environnement franco-espagnol, ça fait partie des raisons pour lesquelles j’ai rejoint le club. J’ai apprécié de retrouver des racines françaises. Je ne dirais pas qu’il y a 50% de Français mais au moins 25%", commente Jérémy, n°9 de l’équipe première du Liceo, arrivé il y a quatre ans. "Les Français sont surtout présents dans les catégories de jeunes, car ils étudient encore au lycée. Après, on en retrouve moins chez les seniors, entre 2 et 5 par saison" précise Pierre, 2de ligne de l’équipe fanion du club. Avant d’ajouter : "même s’il y en a étrangement beaucoup cette année". Paco Usero, directeur technique, affirme que "le club est ouvert à tous les joueurs qui veulent y évoluer". Ce mélange de nationalités "est une chance pour le club, autant sur le plan du jeu qu’au niveau de l’échange interculturel entre les joueurs". Une vraie plus-value cultivée, une marque fortement imprégnée et qui profite à tous.

Du nouveau cette année
Depuis cette saison, l’équipe première a fait un recrutement de choix au poste d’entraineur : Bernard Charreyre. A l’occasion d’une formation en Espagne organisée par l’IRB, le club est venu le chercher. A 62 ans, son palmarès impose le respect. Champion de France en tant que joueur avec l’USAP, champion du monde avec l’équipe de France universitaire (1996), entraîneur de l’équipe de France U - 19 puis U – 21, entraîneur au Racing Métro, entraîneur de la Roumanie de 2001 à 2004, équipe avec laquelle il a participé à la coupe du monde en 2003... Entres autres jolies lignes à son CV. Il est venu apporter un projet de jeu et de vie pour les trois prochaines années à venir. "Le projet n’est pas axé sur les résultats, mais sur la performance des joueurs. Ils doivent hausser leur niveau de jeu" nous confie-t-il. Sa méthode ? "Instaurer des principes et des références pour un jeu de mouvement dynamique". A terme, cela doit être la marque du club. Et le projet concerne toutes les catégories : "à la fin de chaque catégorie, les joueurs doivent acquérir un savoir-faire". Approché par la sélection espagnole, il a été retenu en France et regrette de ne pas avoir pu apporter sa patte experte au rugby espagnol.

La situation du rugby en Espagne ?
Car ce rugby espagnol, "il manque d’harmonie dans la relation théorie-pratique", selon Bernard, qui souligne le manque de formation des entraîneurs comme principal problème au développement du rugby en Espagne. Pour Pierre, c’est "le manque de culture rugbystique" qui fait défaut à cette nation : "tout est orienté vers le foot". D’après Jérémy, c’est davantage un problème économique : "ce qui hausse le niveau du rugby en Espagne, c’est l’arrivé de bons joueurs étrangers dans les clubs. Or depuis deux saisons, et notamment à cause de la crise économique, les budgets ont été revus à la baisse, et ces joueurs étrangers sont partis". Enfin, David Motta, ¾ centre de l’équipe première du Liceo et plusieurs fois sélectionnés avec l’équipe nationale, nous livre une autre analyse, et pointe du doigt "un problème de structure". "Il y a un énorme potentiel sportif en Espagne, et l’on pourrait être compétitifs au plus haut niveau. Mais le souci majeur est le manque de structure professionnelle de la ligue".

Problème de formation des entraîneurs, de culture, d’argent ou de structure, les éléments ne manquent pas pour caractériser le rugby espagnol. Alors malgré ces difficultés, le Liceo Francés de Madrid a d’autant plus de mérite de connaître une telle longévité, et un tel succès. Bonne chance à toutes les équipes pour cette nouvelle saison !

Arnaud ROY (www.lepetitjournal.com - Espagne) Jeudi 18 octobre 2012
Crédit photos : club de rugby El liceo.

 
Une internationale

HIKARI – Plongez au cœur de La Havane, Tokyo ou encore Rio !

Désignant la lumière en japonais, le terme Hikari aura sans doute séduit les éditions françaises du même nom, qui à leur façon souhaitent elles aussi mettre le monde en lumière. Avec leur collection « Portraits Ville » elles ont pour ambition de renouveler le genre du livre de voyage, et de faire découvrir à leurs lecteurs de façon intime et personnelle les moindres recoins d’une métropole à travers le regard de ses habitants. Cet été, 3…
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Voyage à Bali : l’île aux trésors

Bali est un mythe et même un personnage de roman. Particulièrement photogénique, elle a su préserver sa beauté époustouflante et sa magie, et si cette île a toujours été une destination de prédilection des honeymooners, c'est aussi un voyage de rêve à réaliser en famille.
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales