Mercredi 7 novembre, le MFUC (Centre Universitaire Franco-Malaisien) et la Chambre de commerce franco-malaisienne (MFCCI) organisaient conjointement la French Career Fair pour la 3e année consécutive au Crowne Plaza. Retour sur cette journée de rencontres professionnelles.

Un forum pour mettre en relation Malaisiens et entreprises françaises
Cette journée se donne pour objectif de mettre en relation les Malaisiens ayant étudié en France, et donc titulaires de diplômes français, et les entreprises françaises implantées en Malaisie. Chaque année, environ 250 Malaisiens sont formés dans l’enseignement supérieur français. Le MFUC s'occupe de superviser leurs études.

Elisabeth Laubel, organisatrice de l’évènement côté MFCCI, explique que la journée a également pour but de faire connaître le MFUC aux entreprises françaises qui peuvent y voir un intermédiaire pour trouver tout un vivier de jeunes talents malaisiens. Ceux présents au salon sont pour la plupart "tout juste diplômés". "Ils ont des connaissances et un fort potentiel " poursuit-elle. "Ce sont de bons candidats". Parmi les 17 entreprises présentes lors de ce forum, citons entre autres Alstom, Vinci, Eurocopter, Petzl, Nestlé ou encore Danone.

Des Malaisiens de retour au pays mais désireux de pratiquer le Français
Cette année, comme l’année dernière, près d’une centaine de candidats se sont rendus à ce forum avec l’objectif d’y trouver un emploi, un stage ou simplement d’y faire de la prospection ou encore de se faire des contacts. Les candidats malaisiens étaient pour la grande majorité des titulaires de diplômes français ayant donc suivi une scolarité en France dans l’enseignement supérieur. Beaucoup présentaient des profils techniques, notamment ingénieur (génie mécanique, électronique, informatique, chimie). L’évènement a également attiré des diplômés en commerce et management, marketing et communication ou encore droit et économie. Certains étaient déjà expérimentés mais beaucoup rentraient tout juste en Malaisie après plusieurs années passées en France espérant profiter du forum pour décrocher un premier emploi.

C’est le cas de Rustan et Safuan. Ils ont respectivement étudié cinq et sept ans dans l’Hexagone. Le premier souhaitait "monter en haut de la Tour Eiffel", le second a atterri en France alors qu’il aurait préféré étudier dans un pays anglophone une fois son BAC malaisien en poche. Aujourd’hui, il ne le regrette pas. Safuan aurait même voulu y rester mais certaines circonstances ont fait qu’il n’a pu. Le jeune homme souhaite maintenant mettre à profit son expérience pour trouver un travail dans une compagnie française ici en Malaisie. Rustan, une fois ses études terminées, est revenu en Malaisie, son pays lui manquait. S’il est là aujourd’hui, c’est qu’il aimerait continuer à pratiquer le Français pour ne pas perdre tout ce qu’il a appris.

Des Français et des francophones à la recherche d’une opportunité
Parmi les candidats non Malaisiens, une vingtaine de Français étaient présents. Nina et Laure sont étudiantes à UM (University of Malaya) le temps d’un semestre. Ces parisiennes de l’école d’ingénieurs ECE sont tombées sous le charme de la Malaisie et espèrent y revenir l’été prochain pour un stage. Alors, pour mettre toutes les chances de leur côté, elles ont imprimé quelques CV et se sont rendues au Crowne Plaza. Solenn, elle, est d’ores et déjà dans la vie active. La jeune femme titulaire d’un diplôme d’école de commerce compte déjà 4 ans d’expérience à Paris. Ayant suivi son compagnon en Malaisie, ce forum était pour elle une occasion d’approcher le marché malaisien et de prendre des cartes de visite.

Enfin, un peu plus d’une dizaine de francophones d’autres nationalités (Vietnamiens, Tunisiens, Indonésiens, Brésiliens, Iraniens) avaient également fait le déplacement. Chi, Vietnamienne, a étudié 5 ans la communication d’entreprise en France. Après la naissance de son enfant, elle est à la recherche d’un emploi mais estime qu’ "il est difficile de trouver un poste non technique en Malaisie lorsqu’on est étranger".

Des jeunes talents malaisiens très recherchés
Les entreprises implantées en Malaisie sont très demandeuses de talents locaux qui sont relativement difficiles à embaucher mais encore plus à garder.

Thierry Guillem, directeur administratif et financier de Vinci Malaisie et son collègue Guillaume Herbert, responsable du développement commercial, participent à cette journée dans l’espoir de recruter des Malaisiens jeunes diplômés ou encore étudiants, quitte à les former dans l’entreprise, pour des postes en génie civil ou en management de projet. La chose est loin d’être aisée puisque les Malaisiens ne restent pas assez longtemps au sein d’une même entreprise. "Le turn-over est considérable", expliquent-ils.

Marie-Fleur Humbert, responsable marketing et seule francophone de Danone Malaisie confirme qu'il n’est pas évident de retenir les bons éléments. "Tout le monde se les arrache" analyse-t-elle. Le taux de chômage est très faible en Malaisie, il y a du travail alors, pour quelques ringgits de plus, les travailleurs sont souvent prêts à quitter leur entreprise pour aller chez le concurrents. La jeune femme en conclut : "Les Malaisiens ne sont pas fidèles à une entreprise ". L’objectif de Danone lors de cette journée était de "trouver des talents dans le pays, des Malaisiens qui ont des expériences à l'international, des spécificités à faire valoir". Gageons que le groupe ait trouvé à La French Career Fair ce qu’il cherchait!

L’an passé, suite à ce forum, cinq recrutements de Malaisiens avaient été finalisés. Ce chiffre sera t-il plus élevé cette année ? Pour le savoir, les candidats vont devoir s’armer de patience et attendre le prochain entretien ou le coup de téléphone de la délivrance.

Photos et Texte Camille Bondu (www.lepetitjournal.com/kuala-lumpur.html) Lundi 12 novembre 2012

A la une

AMOUR ET EXPATRIATION - Les grandes tendances

La Saint-Valentin, c’était le mois dernier. Mais l’amour, c’est tous les jours, et peu importe les kilomètres qu’il faut parcourir. Une étude baptisée « Expat insider 2014 » publiée par le site communautaire d’expatriés Internations dévoile des statistiques sur l’amour et l’expatriation. On y apprend notamment que 11% des sondés ont choisi l’expatriation par amour pour leur conjoint.
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Tunis - Actualité

BARDO - Grande marche solidaire dimanche

Les trois présidences tunisiennes organisent dimanche 29 mars une grande marche solidaire et internationale contre le terrorisme. François…
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala
Expat
Expat - Emploi

FRANCOPHONIE – Le français, la langue morte des entreprises ?

Yves Montenay yvesmontenay.fr
À l’heure de la mondialisation, l’anglais a un statut hégémonique dans le monde de l’entreprise. Qu’en est-il du français ? Peut-il encore être considéré comme une langue de travail ? Yves Montenay, directeur de l’Institut de culture, économie et géopolitique, et ancien chef d’entreprise, estime que c’est une valeur essentielle à la santé des entreprises francophones.

COACHING - Peur de rentrer en France

Après 25 ans en Australie à travailler dans l'hôtellerie Joséphine hésite à rentrer. Le retour en France est-il simple après une si longue expatriation ? Afin de surmonter son appréhension elle fait appel à un coach. Nicolas Serres Cousiné nous fait part de cette expérience
Expat - Politique

FRANCOPHONIE - Fleur Pellerin lance la 20e édition de la semaine de la langue Française

"La langue française est langue d’accueil " c’est le thème de la 20e édition de la semaine de langue française, lancée par la ministre de la culture et de la communication Fleur Pellerin ce mercredi 11 mars à Paris. Avec les événements de ce début d’année, la langue française devient un outil stratégique d’unification et de tolérance pour les francophones.

MATTHIAS FEKL – Premier forum pour pousser les PME à l’export

Pour aider les PME à exporter plus, Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, du Tourisme et des Français de l’étranger, présentait un nouveau plan d’action lors du premier forum des PME à l’international dont il est l'initiateur.
Magazine
Francophonie

JEAN-FRANÇOIS BLAREL - La francophonie: un partenariat gagnant pour tous les participants

Le 20 mars est traditionnellement la date lors de laquelle un peu partout dans le monde on fête la francophonie. Alors qu´au Portugal un certain nombre de changements sont en cours au sein des structures françaises, Lepetitjournal.com a voulu interroger l´ambassadeur de France, M. Jean-François Blarel sur l´importance de cette célébration et sur le poids de la présence française dans le pays.

REPORTAGE - A São Paulo, Zaz est la nouvelle star du Brésil

"Maravilhoso", "empolgamente", "genial", "top"… Les superlatifs résonnent après le concert de Zaz dimanche dernier à l’auditorium Ibirapuera – Oscar Niemeyer du parc Ibirapuera de São Paulo. Mais que diable les Brésiliens ont-ils pour l’artiste française ? Retour sur cette soirée musicale pleine de bonne humeur et de messages d’espoir !