Nous avons parfois un appétit déconcertant pour les incongruités et autres bizzareries qui, il faut bien le dire, sont légions dans notre monde. Et, fort heureusement,  la vie se charge régulièrement de nous instruire en la matière, pour notre plus grand plaisir, et parfois même, à notre corps défendant…

Hello qui ?
Il y a peu, à la veille du Moon Festival, je me présentai à l’aéroport de Hong Kong au comptoir d’une compagnie low cost sur laquelle j’avais réservé un aller-retour pour Taipei, lorsque une hôtesse m’annonça, souriante, que je ne voyagerais pas comme je le pensais sur les lignes Hong Kong Airlines mais sur celles d’une compagnie partenaire nommée Eva Air. Qu’à cela ne tienne ! Nullement agacée par ce changement inattendu, je me dirigeai d’un pas résigné mais léger vers le comptoir de la dite compagnie. Bien évidemment, je ne devinais encore rien à ce moment-là de l’expérience aérienne qui m’attendait. Juré, craché, croix de bois, croix de fer…. Je ne commençais à soupçonner la vérité que lorsque l’hôtesse pourtant tout habillée de vert (comme quoi ces gens-là avancent masqués) me tendit mon boarding pass sur lequel j’aperçus, incrédule, les moustaches d’un célèbre chat. Vous auriez vu ma tête ! Eh oui, parce qu’Eva Air, pour notre gouverne à tous, pauvres incultes que nous sommes qui ignorions encore tout de cette compagnie chic et de bon goût, c’est la Taiwan Hello Kitty Airlines ! Si, si, comme on vous dit ! Avec la tête du gros chachat blanc au nœud rose sur le gros navion ! Je ne réalisais tout à fait ce qui m’arrivait qu’une fois installée sur mon siège, assise face à un cartoon façon « Hello Kitty and friends » me souhaitant bienvenue à bord.

Kitchissime
N’en croyant pas mes yeux ni mes oreilles (ah oui ! parce qu’il y aussi de la musique à bord pour accompagner le cartoon, un petit jingle bien mélodieux du genre Mimi la Souris et autre émission pour enfants …), j’inspectais tout autour de moi, l’oreiller Hello Kitty, le sac pour vomir Hello Kitty, les lingettes Hello Kitty…  Mise en appétit par tant de kitscheries kittiennes, je contenais mal mon impatience. Qu’allais-je découvrir dans le plateau repas qu’on ne manquerait pas de nous servir ? Je ne doutais pas qu’il serait le clou de ce spectacle sirupeux. Celui-ci en effet finit par débouler, après le décollage, servi par des hôtesses en tabliers rose bonbon à gros nœud (que vous pouvez d’ailleurs vous procurer à bord : il est au catalogue duty free !). Ma kesako ? Quelle déception ! Après tant de promesses, voilà que se présente un repas d’un classicisme déceptif, sans imagination ni fioritures…. Alors que je commençais à me réjouir de cette immersion aérienne dans le monde blanc et rose à moustache, me délectant par avance du récit savoureux que j’allais pouvoir en faire autour de moi, aucune trace dans mon assiette des pâtes et de la pasta sauce Hello Kitty tant escomptées ! Nada, zéro, niente ! Rien qu’un vulgaire porc sauté accompagné de riz ! Je lorgnais alors avec envie le plateau d’une de mes voisines qui avait la chance, elle, d’avoir ladite pasta party, livrée dans une boîte rose au kitsch renversant ! L’avait-elle commandée ?!!? Je n’avais, moi, pour toute consolation, que les couverts de dinette roses et le surimi à tête de chat sur ma salade ! Pas même un chocolat ou une sucette Hello Kitty pour accompagner mon café !

Mais je me remis bientôt de ma déception car le meilleur m’attendait à l’aéroport de Taipei où un espace entier est dédié à la compagnie et à son égérie. Mais chhhhhhhhhuuut ! Je vous laisse découvrir les photos....

 



Florence Morin (www.lepetitjournal.com/hongkong.html), vendredi 16 novembre 2012

Une internationale

MALADIE DES OS DE VERRE – Aidez Beth à faire le tour du monde !

Beth est une jeune Australienne de 12 ans atteinte de la maladie des os de verre. Avant l’entrée au lycée, sa mère Katie a souhaité qu’elle puisse vivre la grande aventure de sa vie en partant à la découverte du monde. L'hébergement représente un gros budget lors d'un tel voyage mais vous pouvez les aider grâce au home-sitting en les invitant chez vous !
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
tokyo - Société

MODE - Le dandysme dans la peau

Souvent caricaturés comme une armée de "salarymen", ces cols blancs aux costumes noirs, les Japonais ont pourtant gardé de leur tradition…
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine