Fanny nous conte les tribulations d'une Française à Buenos Aires : des aventures sucrées et épicées d'une Gersoise en Argentine. Aujourd'hui : le bruit et les odeurs.

Jamais je n'avais autant identifié une ville à ses bruits, ses sons, sa musique et ses odeurs que Buenos Aires.

Le bruit
Buenos Aires est l'une des capitales les plus bruyantes au monde paraît-il. Le centre est envahi de taxis jaunes et noirs tel un New York européo-latino. Alors que le réseau de métro est peu développé, les collectivos, eux, quadrillent la ville jour et nuit. Quelque soit l´endroit de la capitale on peut écouter le collectivo dévaler sans limitation de vitesse avenues et ruelles. Vivre dans une rue où ne passe pas le collectivo est devenu un gage de tranquillité sonore. Visuellement, les collectivos se distinguent selon la ligne et la compagnie privée qui les exploite. Certains, les plus drôles, sont customisés avec couleurs et dégradés bleutés sur le pare-brise, la radio et la musique au goût du chauffeur, le chapelet pendant au rétroviseur et la photo des enfants ou de la novia du chauffeur... En d´autres termes, à chaque trajet, un univers différent attend le voyageur.

Les voitures peuvent être modernes ou d'une autre époque. Un tiers ne passerait probablement pas le contrôle technique mais roulent pourtant… avec le bruit correspondant. Beaucoup moins de voitures circulent dans le centre en comparaison aux capitales européennes. Situation économique oblige, si nous sommes loin d'une voiture par famille, collectivo et métro priment.

On peut entendre au hasard d´une rue, la musique typique d´Argentine, le tango. Quelques notes, un air, une chanson, qui s'échappent d'un attrape-touristes, d'un magasin de disques, d'une fenêtre, d'une boutique, d'un taxi, d´un bar, d´une milonga ou d´une école de danse.
Au bureau pendant la journée j'écoute Andrès Calamaro, los Rodriguez, los Fabulosos Cadillacs, du folklore argentin, Mercedes Sosa, Mana, tous les tubes latinos du moment ou les classiques, Chichi Peralta, un peu de salsa, de merengue, bachata... C'est comme si je faisais une sélection de ma musique préférée, sauf qu'elle passe à la radio !

L'autre bruit typique de Buenos Aires est l´enthousiasme provoqué par les matches de foot télévisuels dominicaux. Cris, hurlements, explosions de joie - ou de colère-, insultes… aux joueurs, entraîneurs, arbitres et supporters de l'équipe adverse. C'est le fond sonore habituel d'un dimanche calme passé à la maison les fenêtres ouvertes...

Et les odeurs ? Quelles odeurs ?
L'odeur des braises ardentes, de la grillade dès 10h du matin et celle du filet de fumée provenant des restaurants du quartier qui me chatouille les narines au bureau et me permettent de calculer l´heure de la pause déjeuner. Les Argentins qui peuvent dépenser 40 pesos en profiteront pour commander une bonne viande à midi cuite au feu de bois. C'est l'asado, la parilla, la parillada, bref, tout le vocabulaire de cuisson de barbecue que l'on apprend ici en arrivant. C'est le plat de prédilection,  incontournable pour un dimanche en famille, une soirée entre amis, improvisé à toute heure, en hiver ou en été. Certains installent même les braises par terre dans la rue. Ici les braises sont aussi facile à acheter qu'une bouteille d'eau. L'odeur des braises est dans toute la ville. Dans les restaurants en semaine, dans les jardins et terrasses les week-ends... et dans ma mémoire olfactive pour toujours.
Fanny D. (www.lepetitjournal.com/buenos-aires.html) mercredi 7 novembre 2012

Fanny est aussi auteure de Destino Buenos Aires.
(Re)-Découvrez ses précédentes chroniques :

"Être une femme: pourquoi on aime ça!"

La séduction porteña

Parler d´amour dans les taxis porteños

Une internationale

GUILLAUME MUSSO - "Lorsque je voyage à l’étranger, je ressens l’admiration de la tradition littéraire de la France".

Au 57ème étage de la Tour Montparnasse, dans un bureau de son éditeur XO Editions dominant majestueusement Paris, Guillaume Musso, 40 ans, nous accueille. Un café, un verre d’eau et voilà l’ancien professeur d’économie prêt à se livrer, longuement. Sur son 13ème roman, « L’Instant Présent », évidemment, un excellent thriller temporel dans lequel un homme et une femme tentent de s’aimer malgré le destin incroyablement compliqué que la vie leur a…
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

LAOS - Repenser l'idée d'entreprendre

S'installer au Laos, c'est choisir sa qualité de vie, et un engagement humain. Cette dimension est en effet essentielle dans le pays, car on vient pas ici pour faire fortune. La responsabilité sociétale de ceux qui s'y sont installés ne laisse pas de place au doute sur les raisons qui leur ont fait choisir ce pays! Un reportage vidéo du W Project (équipe sociale et solidaire)
Expat - Politique

POLITIQUE – Manuel Valls, en visite de deux jours à Dublin

images/stories/2015/04/Dublin/photo1.jpg
La reprise économique spectaculaire du Tigre celtique, déjà évoquée récemment dans un des articles de notre édition irlandaise, est considérée pour beaucoup, comme un modèle européen. Bien que très fragilisé par la crise des subprimes, le gouvernement irlandais a su tirer le pays vers le haut, à coups de politiques d'austérités et de réformes drastiques. C'est donc un pays au programme de relance que le premier ministre français, Manuel Valls, a décidé de saluer, par le biais d'une visite de deux jours, à savoir, hier et aujourd'hui.
Magazine
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala