Affiliée à la FIAFE (Fédération Internationale de l’Accueil des Français à l’Etranger), Buenos Aires Accueil est une association à but non lucratif dédiée à l’intégration des Français expatriés de Buenos Aires. Créée en 1984, elle compte aujourd’hui près de 160 adhérents. Stéphanie Degonde nous présente l’association dont elle est coordinatrice depuis peu.

Des bénévoles au service des expatriés et de la culture française

Buenos Aires Accueil (BAA) est gérée par une équipe coordinatrice de douze bénévoles et un réseau de huit marraines de quartier chargées d’accueillir et de guider les nouveaux arrivants. « Nous avons deux rôles principaux », nous explique Stéphanie, « faciliter l’accueil des familles expatriées et diffuser la culture française ». Car si la plupart des adhérents sont français, l’association compte également des francophones (canadiens, belges, suisses), des conjoints de français ou encore des Argentins cherchant à garder un lien avec la culture française.

Stéphanie reconnait que, dans un premier temps, l’installation peut être difficile. Elle-même fille d’expatrié, elle admet que "les amis et la famille que l’on a laissés en France ainsi que le manque de repères peuvent nous faire sentir un peu perdus". Pour elle, "la femme est le squelette de la famille, si elle est intégrée et qu’elle se sent bien, l’expatriation se passera sans problème". C’est en cela que l’association peut être utile aux nouveaux arrivants et particulièrement aux mères de familles.

Coté pratique, elle donne de nombreux conseils sur le fonctionnement du pays, les quartiers où habiter ou encore les adresses utiles, comme celles de médecins parlant français. Quant au relationnel, l’association fait en sorte de faciliter l’intégration de ces expats en organisant des rencontres grâce aux différentes activités proposées.

Parallèlement, BAA est en contact avec d’autres associations caritatives installées en Argentine comme Dame tu Mano, Emmaüs ou encore la Fondation d’Entraide des Français en Argentine,, qu’elle aide ponctuellement.

Une association vivante et "buena onda"

Chaque mois est publié "Buena Onda", le journal de l’association bien fourni en bonnes adresses, plans voyages, interviews, infos historiques et culturelles sur Buenos Aires et l’Argentine. Les 160 adhérents sont tous invités à participer à sa publication, des plus jeunes aux plus anciens.

Il donne notamment rendez-vous pour des rencontres gourmandes autour d’un café-viennoiseries, d’un atelier cuisine entre copines ou d’un apéro convivial. Il permet de faire des rencontres, de passer de bons moments entre amis et de se communiquer les derniers bons plans.

Quant aux activités culturelles, elles permettent de découvrir ou redécouvrir la culture Argentine : au programme la visite du Teatro Colon, des quartiers de Buenos Aires ou encore des expositions et rencontres avec des intervenants argentins.

Enfin, BAA propose, une fois par semaine, des activités variées allant de l’atelier théâtre au club Kayak à Tigre. "Nous avons aussi dans l’idée de développer des sorties photos en groupe", nous confie Stéphanie.

Pour ceux qui seraient tentés de rejoindre l’association, une conférence sur Antonio Berni dans le cadre de l’exposition Fortabat à Puerto Madero aura lieu prochainement.

Crédit Photo : BAA

Daphné de Vautibault (www.lepetitjournal.com - Buenos Aires) Jeudi 16 Août 2012

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’association Buenos Aires Accueil ou prenez directement contact par mail avec l’équipe de BAA: contact@buenosairesaccueil.com.

 

 
Une internationale
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Pour lire le chinois il faut commencer tôt

Dans toute langue écrite, les mots font l’objet d’une triple correspondance : la prononciation, l’écriture, et évidemment la signification (ou plus correctement le signifié). Ainsi, le mot français cheval désigne l’animal de trait et de course, se prononce /ʃə.val/ et s’écrit c-h-e-v-a-l. L’écriture du français étant alphabétique et le mot cheval régulier, toute personne sachant lire saura prononcer correctement ce mot même s’il ne l’a jamais vu écrit auparavant. Comme nous l’explique S. Dehaene, la lecture emprunte ici la voie dite phonologique : les graphèmes sont mécaniquement convertis en phonèmes sans faire appel à des représentations sémantiques plus profondes.

Assurance santé expatriés : quel type de contrat choisir ?

Pour les expatriés résidant et travaillant hors de leur pays d'origine avoir une assurance santé de qualité n'est pas un luxe mais une nécessité. Fort heureusement un large choix d'assurances santé est aujourd'hui disponible, qu'elles soient de nature internationale, nationale ou voyage. Outre les nombreuses préoccupations liées à une expatriation (logement, écoles, activité professionnelle, etc.), choisir le bon contrat pour protéger sa santé et son bien-être peut se révéler un défi de taille compte tenue de sa complexité.
Expat
Expat - Emploi

TOURISME EN IRAN - Un secteur en expansion et des défis à surmonter

 Depuis le rétablissement et l’amélioration des relations entre l’Iran et l’Occident, il y a un secteur qui se porte à merveille... le tourisme. Annoncé par les analystes depuis déjà plusieurs années, Marc Botinelli parlait déjà en 2013 de « Bombe touristique à retardement » et il ne s’était pas trompé.
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine
En direct de nos éditions locales